La renaissance d'une planète

Edora, une planète qui sert de refuge pour les êtres surnaturels, détruite par une guerre et qui renaît aujourd'hui de ses cendres...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'heure est venue...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
John Doe
Admin
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 23/12/2013
Age : 25

Feuille de personnage
Métier: Avocat
Relations:

MessageSujet: L'heure est venue...    Lun 6 Oct - 21:17


Depuis les Elections John était étrange, il fuyait les projecteurs et ses proches pour s’enfermer dans son bureau des journées entière, même Justice n’y coupait pas. Seul son assistant, Samaël, passait de temps à autre pour disparaitre à son tour pendant plusieurs jours. La situation pour eux était grave, les tâches était rudes pour refaire d’Edora un monde normal de plus, on retrouvait des CyBorgs morts ou mutilés, de toutes évidences on en voulait aux CyBorgs ces derniers temps pour quels raisons, ça, était inconnu par tous.
 
Les nouveaux pouvoirs de John lui donnait envie de faire enfermer un criminel en particulier, celui avec  qui il avait passé un accord de « laisser faire » sur toutes ses activités illégales. Dimma Dokkhond, criminel ambitieux mais criminel orgueilleux, John inventa alors une stratégie pour le faire tomber. Dans un premier ; il coupa toutes les communications avec la terre, puis attrapa tous ses complices, un par un pour leur proposer un marché douteux qu’ils ne pourraient pas refuser : la prison à vie pour eux ou pour leur chef. Au départ ils refusèrent tous mais une petite frappe sans envergure donna son chef à John, ses coordonnées et même un moyen de le joindre directement. John utilisa alors son atout et contacta Dimma

«-Bonjour Mr Dokkhond je suis John Doe, vous ne m’avez pas oublié j’espère. Je viens vous contacter pour vous dire que vous êtes fini sur Edora et partout ailleurs, je vais vous rayer de la carte. Je vais vous exploser. Je vais vous atomiser, le monde tourneras mieux sans vous. Je vais revoir notre accord,…  en réalité il n’y a plus d’accord. Vous voila prévenu Dimma ; à bientôt.

John raccrocha et s’empressa d’appeler Justice :

[Dans un souci de rapidité et avec l’accord de Justice je narrais moi-même justice pour cette fois-ci]

-Justice ? C’est moi, j’ai lancé la pierre dans l’étang, est-ce que tes modifications tiendront ?

-Je ne peux rien te promettre, ce matériau m’est pratiquement inconnu, je ne suis sure de rien. Mais normalement il ne pourra rien contre toi.

-Merci beaucoup Ju’

-De rien, fais attention à toi. Je t’aime.

-Je t’aime aussi.

John posa son téléphone sur son bureau et y déposa une enveloppe à coté. Il se tourna vers la fenêtre, dos à l’entrée, il croisa les bras attendant une réaction. Samaël le contacta en premier.
John décrocha :

-John, Shën est au courant de ce que tu as fait avec L’elfe Dimma, elle n’est pas contente mais je gère la situation en haut.  
 
-Merci mon ami, n’oublis pas ce que tu dois faire au cas où …

-oui je sais, coupa sèchement Samaël, je tiens au courant de la suite.

John raccrocha à nouveau pour se poser devant la fenêtre, le temps était gris, le vent soufflait bien et la pluie menaçait de tomber sur la petite ville.

-Quelle dommage… il va pleuvoir.

_________________


Where is my mind...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'heure est venue...    Mar 7 Oct - 20:56

Bonjour Mr Dokkhond je suis John Doe, vous ne m’avez pas oublié j’espère. Je viens vous contacter pour vous dire que vous êtes fini sur Edora et partout ailleurs, je vais vous rayer de la carte. Je vais vous exploser. Je vais vous atomiser, le monde tourneras mieux sans vous. Je vais revoir notre accord,…  en réalité il n’y a plus d’accord. Vous voila prévenu Dimma ; à bientôt.

Dimma se passait le message de Sire Tribun en boucle. L'Elfe n'y comprenait rien. Il savait que le cyborg n'était pas très intelligent – Dimma ne concevait pas que les gens soient intelligents en général – mais cette tirade,si typique de lui, c'était du suicide.

Qu'est-ce qu'il manigançait ? Si John Doe avait bien une telle intention de détruire Dimma, comme il l'avait si justement annoncé, alors il savait que le meilleur moyen d'y parvenir était de ne pas le prévenir. Quoi, se sentait-il défendu par une protection divine ? Il était conscient qu'à cause de ses implants cybernétiques, Dimma pouvait le plier en deux d'un simple geste du doigt.

Je viens vous contacter pour vous dire que vous êtes fini sur Edora et partout ailleurs, je vais vous rayer de la carte.

Comment pouvait-il affirmer cela ? À moins d’avoir eu la soudaine idée de se la jouer étoile de la mort sur Edora, il n’avait pas tant de moyens à sa disposition pour l’éliminer.

Je vais vous exploser. Je vais vous atomiser, le monde tourneras mieux sans vous. Je vais revoir notre accord,…  en réalité il n’y a plus d’accord.

Il n’y a plus d’accord. Ces mots étaient une façon détournée de demander une mise à mort rapide. John savait parfaitement qu’il ne faisait pas le poids face à la Kabbale en général, et à Dimma en particulier. Lors de leur première, et jusque-là unique confrontation, c’était bien l’avocat qui avait cherché le compromis. C’était lui qui avait vendu son âme au diable. S’il était parvenu au poste de maire, c’était grâce à l’Elfe. Le chevalier blanc d’Edora n’avait pas accepté de porter le manteau des ténèbres, il l’avait réclamé. Et désormais, il cherchait à conserver ses privilèges tout en voulant se soustraire à ses obligations ? Le petit filou robotique…

Vous voila prévenu Dimma ; à bientôt.

À bientôt. John s’attendait à sa visite. Ce n’était pas bon signe, non. Ce message dévoilait clairement que Sire Tribun n’avait plus peur, et qu’il avait de quoi manier le bâton, dorénavant. Dimma se devait nécessairement d’agir avant que le cyborg ne passe à l’action.

L’Elfe s’enfonça dans son fauteuil derrière son bureau, caché dans les profondeurs de son quartier général, et croisa les doigts, les coudes posés logiquement sur les accoudoirs.

Non.

C’était exactement ce qu’attendait Sire Tribun. Que Dimma agisse sans réfléchir, et fonce tête baissée dans ce qui était le piège le plus évident du monde.

Il devait d’abord monter un plan. John Doe semblait vouloir jouer aux échecs. Il avait ouvert le jeu, Dimma était forcément désavantagé, et devait adapter sa stratégie en conséquence. Durant un moment qui aurait pu durer aussi bien une petite minute que de nombreuses heures, l’Elfe se retrancha dans les confins de son esprit, là où les ténèbres étaient les plus denses, là où les rouages d’acier tournaient au gré des battements du coeur, là où une énergie électrique maintenait en ordre une sombre personnalité.

Déjà, il ne pouvait pas tuer le cyborg, ou en tout cas pas dans l'immédiat. Cela ferait de lui un martyre. Bien sûr, Dimma pourrait toujours renverser la vapeur avec son successeur, mais il valait mieux jouer la prudence sur cette affaire : John Doe avait très clairement préparé quelque chose. Et puis, ses hommes ne tolèreraient pas que cette insulte reste impunie ; Dimma pourrait bien voir se fragiliser une partie de son emprise sur eux. La rencontre devait être planifiée, d’un bout à l’autre, pour que le message passe bien : Dimma était le maître.

L’Elfe sourit tandis qu’une esquisse de stratagème se développait dans sa tête. John avait une faiblesse facilement exploitable, commune d’ailleurs à tous ceux qui se prenaient pour des héros : il ne supportait pas la méchanceté gratuite.

Le message que lui avait envoyé Sire Tribun était un ultimatum. Dimma allait répondre par la culpabilisation.



Ainsi, l’Elfe ne réagit qu’au bout de trois jours. 72 heures après avoir reçu le message de John Doe, Dimma se retrouvait sur la grand-place devant le tribunal, bien en vue de la fenêtre du bureau de l’avocat. Derrière lui se tenaient, à genoux, six personnes menottées et encagoulées, menacées chacune par l’arme d’un homme de la Kabbale. Un camion était garé non loin, gardé par Stirbjórn, Requiem, et Jorge le Razoran mexicain, accompagnés de quelques miliciens. C’était un jour pluvieux, à nouveau, et Dimma était heureux de sentir l’orage poindre.

Il prit le téléphone sur lequel l’avait appelé John plus tôt et attendit que l’avocat décroche de son côté :

— Bonjour, John. Je sais que vous êtes dans votre bureau, je vous ai vu. Vous devriez regarder par votre fenêtre, mon ami. Je crois que vous me voyez bien, j’ai avec moi aujourd’hui six personnes qui ont combattu à vos côtés durant la guerre. Vous m’excuserez, j’ai pensé qu’un léger rappel à l’ordre s’imposait, après votre dernier message. Vous avez exactement six minutes pour me rejoindre.

Une détonation retentit, et le corps de l’une des personnes encagoulées s’écroula lourdement sur le pavé.

— Plus que cinq.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'heure est venue...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Collection] Heure d'amour / Bouton d'or (E.R.F)
» Comment envoyer un sms à une heure différée
» (Collection) Une heure d'oubli... (Ernest Flammarion)
» L'heure en mer, une histoire de chronomètre.
» [AIDE] Bug heure dété / d'hiver

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La renaissance d'une planète :: Hors Rôle Play :: Allez HOP POUBELLE-
Sauter vers: