La renaissance d'une planète

Edora, une planète qui sert de refuge pour les êtres surnaturels, détruite par une guerre et qui renaît aujourd'hui de ses cendres...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]   Dim 29 Juin - 0:00

Je test une nouvelle façon de RP mon ange, espère que ça te plaira et ne te troublera pas trop... <3

Edora. Après tant de récits, tant de légende, j'avais finalement réussi à foulé le sol de ce royaume mystique. Au début, je dois avoué que je n'y croyais pas. Je crois que je dois encore une fois remercier ma curiosité. Sans elle, je ne serais pas là à l'heure qui l'est. Malheureusement, lorsque je me regarde, je ne suis pas arrivé ici sans prix. J'ai perdu ma main il y a plus de 100 ans, et voilà que je perds mon pied, ma jambe. Je suis assez triste à voir faut dire. Je ressens encore ma jambe en plus. C'est la deuxième fois que je perds un membre et je ressens tout de même encore ces sensations fantômes. L'esprit humain est quand même troublant. Mais je m'égare.

Je me sens redevable. Je sais pas, c'est étrange. Peut-être que les coutumes d'Edora sont différentes mais cet homme qui m'a sauvé me parait suspect ? Pourquoi ? Comment ? Faisais-je tellement pitié pour qu'il décide de me ramener chez lui ? Quand j'y pense, je ne sais même pas comment il s'appelle. A vrai dire, il ne s'est pas intéressé à savoir qui j'étais non-plus. Il était étrange, très silencieux. Lorsque je me refais l'image de son corps, je me demande à quel point le métal le recouvrait. Etais-ce finalement un homme comme moi ? Avait-il un coeur ? Mon esprit s'évade un peu trop, je divague. Le résultat est là. Sa bonté n'est peut-être pas innocente mais il m'a sauvé, soigné et laissé partir dans un silence de mort. Pour le coup, je ne me suis pas fais prier pour partir.

Sa technologie est impressionnante. Sur Terre, nous sommes à des milliers d'années derrière cela. Ces deux prothèses dont il m'a fais cadeau sont de réels bijoux. Je ressens encore une démangeaisons au raccordement mais je pense que cela s'estompera. Mon nouveau bras semble fonctionner comme l'ancien. J'ai vraiment l'impression d'avoir récupéré mon membre. En ce qui concerne ma jambe, même si j'ai l'impression de ne pas avoir eu le choix, il me l'a amputé et remplacé tellement vite que je n'ai pas l'impression de redécouvrir quoi que ce soit. C'est une chance. Je n'ai pas eu besoin de rééducation et j'ai repris une démarche très rapidement et aisément. Je sens quand même que mon esprit est troublé par ce nouveau bras bionique. Pour le moment, je ne devrais peut-être pas trop y toucher.

Cela fais maintenant une bonne heure que je marche. L'inconnu m'a juste indiqué une direction et j'avoue que je ne sais même pas vers quoi elle mène. Depuis un bon quart d'heure, le sentier que je suis m'a emmener dans cette forêt luxuriante. La flore y est vivante, je la sens vibrer autour de moi. C'est impressionnant. Tant de couleur, tant d'odeur. Je découvre un nouveau monde et j'en suis plus qu'excité. Je sors mon carnet de notes tous les 5 pas. Je note tout ce que je vois. Ma main est tremblante. J'ai pas l'habitude de ce nouveau bras mais je suis fier. Mon crayon reste entre mes doigts et je pense réussir à me relire. Cette flore est vraiment bluffante. J'ai l'impression de découvrir un écosystème tout nouveau. Les plantes ressemblent aux plantes terriennes mais ne semble pas l'être. J'aimerais en prendre des échantillons, mais il vaut mieux se retenir.

Bon, aller. Arrêtons les notes et mettons nous réellement en route maintenant. Je ne sais pas quelle heure il est, ni comment le système jour/nuit fonctionne ici. Mais une chose est sûre, je ne veux pas finir dans cette forêt et dans le noir, pas du tout. Reprenons la route alors... Merde. Où est le sentier ? Non mais.. J'ai pas été assez maladroit pour paumé le seul sentier que je suivais...? Bon sang, j'ai été tellement happé par toutes ces nouvelles choses que j'ai réussi à me perdre. Bon. Restons calme et partons dans cette direction, peut-être que je le retrouverai. J'ai pas de meilleure idée pour le moment et j'ai même conscience que celle-ci est pas très bonne. Je suis dans de beaux draps.

J'ai trouvé quelques choses. C'était bien caché mais j'ai eu de la chance. Il y a une maison, enfin une cabane là-bas, sur le haut de l'arbre. Elle me semble habité, du moins à première vue. Allons-y, on verra bien ce que je peux y trouver. Je vais quand même cacher mon bras sous mon manteau, je préfère rester discret à ce sujet. Bon, le meilleure moyen de se faire entendre...

- Bonjour ? Il y a quelqu'un là-haut ?

Color = ff9933

Bwaaaah... Je pensais qu'écrire à la première personne serait sympa mais je reprendrai à la troisième, je trouve ça bizarre tu me diras ton avis.. <3
Revenir en haut Aller en bas
Ella Eärwen

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Métier: Etudiante / Infirmière
Relations:

MessageSujet: Re: Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]   Dim 29 Juin - 21:58


Le soleil se levait lentement, baignant la chambre d'une douce lumière dorée. Les grands yeux bleus de l'Elfe regardait les ombres danser sur le plancher lisse depuis un bon moment déjà. Elle n'était  pas pressée car aujourd'hui, elle était libérée de toutes ses obligations habituelles : pas de cours, devoirs finis, et jours de congés. Néanmoins, elle n'allait pas rester à flemmarder toute la journée dans son lit sous sa couette verte ; elle n’appréciait ce moment de détente seulement le matin, lorsque la forêt s'éveillait doucement et que l'odeur de la rosée s'engouffrait délicatement dans ses petites narines . Elle se leva donc et partit dans la petite salle de bain juste à côté de sa chambre. La douche qu'elle y prit fut courte, mais pas moins agréable pour autant. Elle enfila une robe légère et courte comme à son habitude, dont la couleur bleue se mariait parfaitement avec celle de ses yeux. Après quoi elle rangea sa petite nuisette sous son oreiller, ouvrit la fenêtre en grand et sortit de la pièce.

Après avoir prit un rapide petit-déjeuné, la blondinette s'attela aussitôt à la tâche qu'elle voulait accomplir aujourd'hui : étudier, classer et ranger toutes les plantes dont elle avait fait la récolte la semaine précédente. Le défis était de taille car elle avait amassé un bon nombre de végétaux durant ces derniers jours. La table basse, le bureau, les étagères et même une partie du canapé se voyaient ensevelis par diverses plantes, fleurs, baies et parfois même de feuilles.

Sa mission lui prit toute la matinée. Elle ne rencontra aucun problème pour les végétaux qu'elle connaissait déjà. La difficulté étaient lorsqu'elle faisait face à une plante qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Dans ces cas-là, il fallait faire des recherches dans les livres pour trouver son nom, les lieux propices à sa cueillette ainsi que les saisons adéquates, ses caractéristiques médicinales, les particularités de conservations, les éventuels effets secondaires, avec quelles autres plantes on pouvait ou ne pouvait pas l'associer et diverses autres éléments, tout en mémorisant bien sûr son apparence. Ensuite il lui fallait encore classer et ranger le tout. Il y avait bien des façons différentes pour ça. L'Elfe pouvait choisir de les regrouper par lieu de cueillette, pour savoir où aller lorsqu'elle manquait d'une chose ou d'une autre. Elle pouvait aussi les regrouper par couleur, mais elle trouvait l'intérêt de ce genre de classement futile, surtout en cas d'urgence. La méthodes qui lui paraissait à la fois la plus logique et la plus intelligente était de rassembler chaque plante selon leurs utilités médicinales. Ainsi lorsqu'elle avait besoin d'arrêter une hémorragie par exemple, elle savait exactement où elle devait chercher, en plus d'avoir le choix. Et dans le cas où une autre personne qu'elle-même devait se servir de ses affaires -ce qui était peu probable, non seulement parce qu'elle ne laissait que peu de personne rentrer chez elle, et encore moins toucher à ses plantes ou ses livres- elle n'aurait qu'à lui indiquer l'apparence et l'endroit où se trouvait ce dont elle avait besoin. Lorsqu'elle passa à la phase de rangement, Ella prit soin d'établir une liste relatant tout ce qu'elle possédait en matière de végétaux pour ne jamais tomber à court de quoi que ce soit.

Quand elle eut fini sa mission, le soleil était bien haut dans le ciel, et l'après-midi commençait doucement. L'Elfe ouvrit toutes les fenêtre de sa cabane et adossa ses fesses sur le bord de l'encadrement de l'une d'elle. Elle s'accorda une courte pause, humant l'air où se mélangeait une douce odeur de pins et d'herbe fraîchement coupée, émanant probablement de ses plantes et fleurs. Alors qu'elle rêvassait, un tout jeune oisillons entra dans la pièce, virevolta pendant un moment et se posa sur le plan de travail du coin cuisine. Ella l'observa en souriant et se dirigea vers lui. La plupart des animaux de la forêt étaient habitués à sa présence, comme si elle faisait elle-même partie de la nature, et l'oiseau ne bougea pas.La blondinette attrapa une assiette creuse dans son vaisselier , y plaça une bonne dose de graines et découpa aussi un peu de bleuet des champs, une plante très bonne pour de nombreux oiseaux.

- Bonjour ? Il y a quelqu'un là-haut ?

Ella releva la tête, intriguée. La voix, une voix d'homme, provenait du pied de l'arbre. Quelqu'un se serait-il perdu ? C'était une hypothèse très probable, la forêt se révélait être un vrai labyrinthe lorsque l'on ne la connaissait pas. Néanmoins, elle restait très dangereuse, avec des monstres tel que le Musaboru ou simplement des animaux sauvages, tel qu'un ours par exemple (comme toiiii <3). La jeune fille termina d'effeuiller la fleur et sortit sur la petite terrasse qui se tenait devant sa cabane. Elle posa l'assiette sur une petite table dans un coin et instantanément, trois oiseaux s'y posèrent et commencèrent à picorer. Elle tourna ensuite la tête vers le bas pour regarder la personne qui l'avait interpellé.

C'était un homme. Un tout petit homme. L'Elfe ne pu retenir un petit sourire légèrement amusé en voyant ce garçon à l'apparence si juvénile, mais le transforma aussitôt en sourire bienveillant pour ne pas paraître impolie. Elle s'accouda à la rambarde qui faisait le tour de sa cabane, plaçant son menton dans le creux de la paume de sa main, pour mieux l'observer de ses grands yeux bleus. Une chevelure presque aussi blonde que la sienne coiffée en natte, des yeux tirant sur le doré comme un soleil se reflétant dans une eau lisse, un visage aux traits jeunes avec toutefois, un regard inspiré de curiosité et de savoir. A première vue, il avait tout d'un humain, d'un petit humain. Mais il n'y en avait pas sur Edora. Alors qu'était-il réellement ? La première idée qui effleura son esprit fut qu'il soit un nain. Mais à sa connaissance, ces créatures existaient dans les contes et légendes, mais pas sur cette Nouvelle Lune. Elle laissa de côté son jugement pour venir en aide à ce garçon et parla d'une voix forte pour qu'il puisse l'entendre, mais toujours aussi douce :

- Je peux vous aider ?



J'espère que la réponse va te plaire... Désolée y a beaucoup de blabbla inutile et je fais pas beaucoup avancer les choses pour le moment... Je t'aime fort ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]   Dim 29 Juin - 22:49

La promenade champêtre de notre jeune sorcier commençait doucement à virer au cauchemars. A vrai dire, si le jeune homme était doté d'une intelligence hors norme, son sens de l'orientation, quant à lui, semblait bien lui faire défaut. La situation était si bête, si cocasse. Et pourtant, oui. Matt était perdu dans cette forêt. Pas dénué de mauvaise foi, il n'hésiterai pas à justifier cela par la nouveauté du lieu, les fuseaux horaires ou les changements climatiques. Mais personne ne serait dupe. Matt, complètement happé par ses curiosités botaniques s'étaient égaré. Rien de plus. Rien de moins.

Si cela pouvait faire rire, Matt ne pouvait s'empêcher de garder en lui une certaine inquiétude. Il faut comprendre que le jeune homme découvrait un monde inconnu à ces yeux. Tout, simplement tout, sur cette lune présentait un danger potentiel pour notre sorcier désorienté. Matt n'avait cessé d'être épanoui, époustouflé, par la flore locale. La forêt était épanouie, vivante. Loin des forêts terriennes ravagées par l'Homme. Celle-ci vibrait. C'était une impression presque dérangeante mais à la foi enivrante. Le jeu des couleurs étaient uniques, oscillant tantôt sur des nuanciers de brun, de par ces troncs majestueux qui semblaient trancher le ciel. Ou encore par ces teintes de vert, tantôt dominant par des feuillages touffus ou disparate. Sans oublier le jaune, le bleu, le violet... bref, un cortège florale qui baignait tous les sens du jeune homme dans une mer d'émotions positives et sereines. Mais outre la flore, c'est surtout la faune qui inquiétait Matt.

Jusque là, le jeune homme n'était encore pas tombé sur un animal, ou créature de ce nouveau monde. Et à vrai dire, même si sa curiosité n'avait de limite, il préférait éviter de tomber nez-à-nez avec un prédateur. De plus, rénové dernièrement au niveau de son bras et de sa jambe, notre cher sorcier n'était probablement pas au mieux de sa forme pour se défendre. D'un pas plus haletant, Matt s'était empressé dans une direction aléatoire pour retrouver un repère. Cela pouvait être un arbre unique dans sa forme, ou, dans le meilleur des cas, le sentier qui semblait sillonné la forêt. Au final, ce ne fut ni l'un ni l'autre. Contournant un arbre de grande envergure, Matt remarqua non-loin de lui, en hauteur sur un arbre, une petite cabane. Le lieu semblait modeste. Le cabanon était de taille acceptable et disposait d'une petite terrasse sur le devant. En gagnant de la distance avec le logis, Matt remarqua alors une petite échelle pour monter. Observant attentivement le lieu, il remarqua aussi que les fenêtres de la bâtisse étaient ouvertes. A vrai dire, Matt ne savait pas sur qui ou quoi il venait de tombé, mais il était fort probable qu'une autre entité se trouvait en ces lieux. Il n'y avait donc pas trente-six-milles choses à faire.

Le sorcier s'avança alors pour se mettre au niveau de l'échelle. Sans la monter ni même la toucher. Avant de prendre la parole, il préféra alors retirer son bras de la manche de son long manteau rouge pour la coller à son corps et ainsi la caché devant le tissu vermillon. Ce n'était pas une question de honte, ni rien de réellement problématique. Mais Matt ne voulait pas donner cette image de façon direct. Comme nous l'avons répéter à plusieurs reprise, tout était nouveau ici. Si une personne vivait bel et bien ici, Matt n'avait aucune idée de la réaction que cette dernière aurait vis-à-vis de ses membres robotiques. Sur Terre, cela n'existe pas. Et même si l'inconnu qui lui avait greffé cela tendait à montrer que c'était une coutume plutôt "standard" ici, Matt ne voulait prendre aucun risque. Il se montrerait au grand jour uniquement une fois qu'il sera sûr que cela ne ferait pas peur ni rien de négatif.

Matt pris alors la parole et demanda simplement, d'une voix plutôt neutre, si quelqu'un se trouvait en ces lieux. Il entendit alors un léger craquement à divers endroits, démontrant alors un déplacement dans la cabane. Son souffle se haleta alors quand les bruits atteignirent l'entrée de la cabane puis se relâcha à la vision d'une longue chevelure aussi dorée que la sienne virevolter au vent. De là où il était, il ne voyait pas grand chose mais c'était une femme. Sans aucun doute. Elle tenait quelques choses à la main. Un plat ? Une assiette peut-être. Quoi que cela puisse être, elle le posa alors sur un rebord de la terrasse avant que des oiseaux ne s'y ruent. Très certainement un bol de graine. Cela fait, la demoiselle sembla alors se déplaça du côté de Matt et un fois face à lui, se pencha au-dessus de la rambarde pour regarder vers le bas. La cabane n'était pas très haute mais malheureusement le jeune homme avait de la peine à distinguer le visage de sa future interlocutrice. Le soleil brillait encore fortement et transperçait quelques peu les feuillages de l'arbre dominant qui accueillait ce gite. Matt fronça alors légèrement les yeux et remonta sa main gauche au-dessus de son visage pour se faire de l'ombre. Il pu alors voir un peu mieux la personne qui se trouvait là haut. Elle avait donc une longue chevelure, au moins jusqu'au milieu du dos vu d'ici. Elle semblait fine et tout à fais séduisante. Elle portait une robe, plutôt courte, qui mettait ses formes en valeurs. Mais autre chose happa totalement l'attention de notre sorcier. Ces yeux. Wow. Elle avait de magnifique yeux bleus azurs. Matt semblait s'y noyer dedans. Ce bleu était si profond, si apaisant. C'était émerveillant. Matt n'avait encore jamais vu ça. Cela ne semblait pas humain. Et pourquoi, c'était bien une femme qui se trouvait là non ? Enfin, c'est ce que Matt pensait car d'en bas, il ne voyait pas les oreilles de la douce et belle inconnu.

La belle répondit alors d'une voix assez forte. Ou plutôt audible. Avec, à la fois, un soupçon de douceur qui vint faire frisonner le jeune homme en contre-bas. Elle demanda alors à Matt si elle pouvait l'aider. A vrai dire, il n'attendait que cela et ne se fit pas prier.

- Excusez mon intrusion gente demoiselle, mais il semble que je me sois perdu en quittant le sentier de la forêt. Je recherche actuellement à atteindre la ville la plus proche de cette forêt.

Il se frotta alors l'arrière de la tête, montrant une certaine gêne à avouer s'être perdu et reprit naturellement, et sur un ton amical :

- Oh, pardonnez-moi mes manières. Je me nomme Matthew. Matthew Anderson.

Puis, la gorge nouée, conclut par :

- Auriez-vous l'amabilité de m'offrir un verre d'eau ? Je ne compte pas vous importuner bien longtemps, promis.

Matt plongea alors ensuite son regard dans celui de la jeune inconnu et ne le quitta pas. A vrai dire, il ne l'avait pas quitté depuis le premier contact. Notre jeune sorcier était comme envouté... mais qui était cet ange sylvestre...?

Je t'aime <3
Revenir en haut Aller en bas
Ella Eärwen

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Métier: Etudiante / Infirmière
Relations:

MessageSujet: Re: Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]   Sam 26 Juil - 13:43

A la manière d'un cours d'eau paisible parsemé des rayons du soleil filtrant à travers un feuillage éclatant, Ella aimait passer ses journées au calme d'un soleil clair et pur, se laissant guidée par le temps et les événements, tel les quelques rochers émergeant d'un fleuve en perturbant sa continuité. C'est ainsi qu'elle préférait se fixer une ou plusieurs missions à accomplir dans la journée, sans limite de temps, tout en donnant loisirs aux imprévues de s’immiscer dans son programme. Elle ne mettait jamais de réveil le matin, bien qu'elle réussissait toujours à se lever suffisamment tôt pour ne pas être en retard en cours ou au travail. Elle ne se précipitait pour ainsi dire jamais, sauf dans le cas d'une situation dangereuse qui demandait de la rapidité bien entendu. Même le classement des plantes qui lui avait pris toute la matinée reflétait cet aspect de sa personnalité : tout était rangé de sorte à prévoir toutes les éventualités, les événements inattendus n'avaient plus qu'à arriver.

Et d'ailleurs ça ne se fit pas attendre. A peine avait-elle commencer à préparer une assiette qu'elle offrait souvent à ses compagnons volatiles de la forêt, une voix avait retenti au pied de l'arbre qui abritait sa modeste cabane. Sans se hâter, elle avait fini la tâche qu'elle avait entrepris juste avant et alla déposer le plat contenant le repas des oiseaux sur la terrasse. Ce n'est qu'après qu'elle s'intéressa à la personne qui l'avait interpellé, s'attardant tout particulièrement sur son physique. D'abord, parce qu'elle n'avait que ça sous les yeux, puisqu'il s'agissait d'un parfait inconnu. Mais aussi car son physique était assez particulier. Outre ses cheveux d'un blond semblable à la chevelure de l'Elfe, ce qui l'avait surtout surpris, c'était sa taille particulièrement petite. Mais derrière cette taille d'enfant innocent se cachait quelque chose de bien plus grand. Elle n'aurait pas su dire pourquoi elle avait cette impression, elle le sentait, c'est tout. Et il faut avouer que ça donnait un certain charme à ce garçon, à l'allure pure et mystérieuse à la fois.

Le jeune homme l'avait apostrophé et notre jeune amie lui avait donc naturellement proposer son aide tout en le dévorant du regard avec le plus de discrétion dont elle pouvait faire preuve. Il faut dire qu'il suscitait chez elle la plus grande curiosité qu'elle cachait tant bien que mal derrière son doux sourire. Il avait apposé sa main gauche sur son front, juste au-dessus de ses yeux, certainement pour lui offrir l'ombre qu'il lui manquait jusqu'à lors pour apercevoir comme il faut la personne à qui il parlait. Le vermillon du long manteau contrastait avec le blond de ses cheveux, ce qui dessinait un mélange de couleur tout à fait agréable à voir. La réponse du garçon ne se fit pas plus attendre et il déclara tout en se frottant la tête :

- Excusez mon intrusion gente demoiselle, mais il semble que je me sois perdu en quittant le sentier de la forêt. Je recherche actuellement à atteindre la ville la plus proche de cette forêt.

Ella sourit, pour différentes raisons. La première était qu'elle appréciait la politesse dont son interlocuteur faisait preuve, car elle y avait été habituée lorsqu'elle vivait chez les elfes mais aussi parce que c'était une qualité qu'il manquait cruellement aux humains d'après ce qu'elle avait eu comme expérience sur Terre. La seconde raison était qu'il avait l'air gêné de devoir avouer qu'il s'était égaré dans le bois. Certainement la fierté masculine qui était difficile à mettre de côté, ce qui était plutôt mignon il faut le dire.

- Oh, pardonnez-moi mes manières. Je me nomme Matthew. Matthew Anderson. Auriez-vous l'amabilité de m'offrir un verre d'eau ? Je ne compte pas vous importuner bien longtemps, promis.

Sa politesse n'avait pas d'égale et Ella aimait ça. Du sommet de son perchoir, la petite blondinette fit un geste de la main, consistant à la fois à désigner avec élégance sa maison et à inviter le jeune homme à la rejoindre.

- Eh bien, Matthew Anderson, c'est avec joie que je vous offre l'hospitalité de ma demeure autant qu'elle vous sera utile, ainsi que mon aide pour retrouver votre chemin. Montez donc.

L'Elfe esquissa un mouvement vers l'entrée de sa cabane avant de se raviser et observer le fameux Matthew. Elle l'avait remarqué avant sans y accorder trop d'importance, mais son bras droit lui faisait défaut, collé contre son torse, caché sous le long manteau rouge, d'après la déformation du tissu à cet endroit. Etait-il blessé ? Si c'était le cas, il éprouverait sans doute quelques difficultés à gravir l'échelle à la force d'un seul bras. Ou peut-être dissimulait-il une arme, près à attaquer ? Pour éliminer toutes incertitudes, elle devait procéder à une petite vérification. Avec son contrôle de l'eau, elle pouvait aisément visualiser toutes les particules d'eau se trouvant autour d'elle. Le corps humain (ou plutôt, humanoïde, puisqu'elle n'avait aucune idée de la race à laquelle il pouvait appartenir) était essentiellement composé d'eau, il lui serait alors facile de déterminer si son bras était simplement blessé ou s'il semblait tenir une arme quelconque. Un léger reflet vert passa à travers ses yeux lorsqu'elle utilisa ses pouvoirs, mais se fut une expression de surprise qui les anima lorsqu'elle se rendit compte que ce qu'il cachait sous son manteau ne contenait absolument pas la dose normale d'eau pour un bras, mais seulement une quantité infime, presque indiscernable. Une chose était sûre, il n'était pas blessé et pourrait monter seul.

Décidant de faire confiance à ce garçon sans vraiment aucune raison valable, elle haussa les épaules le laissa grimper et se dirigea sans attendre dans la cuisine, où elle attrapa un verre de bonne contenance qu'elle remplie d'une eau bien fraîche. Quand elle se retourna, il était sur le seuil de la porte. Elle lui désigna alors le canapé avec une main, toujours accompagné de son doux sourire, et lui tendit le breuvage qu'il avait demandé.

- Asseyez-vous, un peu de repos ne vous fera certainement pas de mal. Je m'appelle Ella Eärwen, enchantée.

Après lui avoir donné le verre, la blondinette repartit vers le coin cuisine et attrapa deux petites assiettes finement décorées de peintures représentant un arbre, dont les lianes semblaient bouger au rythme du vent sur la céramique blanche. Elle les déposa sur la petite table qui faisait face au canapé, accompagné de deux petites cuillères et un couteau. Pour finir, elle amena un gâteau à la myrtille qu'elle avait fait la veille et auquel elle n'avait pas encore touché. Elle espérait tout de même que son invité aimerait cette petite gourmandise, car elle n'avait malheureusement rien d'autre à lui proposer, à part de nombreux fruits. Ceci fait, elle alla s'asseoir à côté du jeune homme, se tournant légèrement pour lui faire face et lui parla tout en commençant à couper une part du gâteau.

- Vous avez eu de la chance d'arriver ici sans rencontrer une créature menaçante vous savez ? Cette forêt est aussi charmante que dangereuse. Je vous sers un peu de gâteau ? Il est à la myrtille.

A l'aide du couteau, elle souleva légèrement la part qu'elle venait de couper pour illustrer sa question. Assis face à face, il n'y avait plus de différence de taille entre eux. Elle fut étonnée de s'apercevoir qu'en mettant ce détail de côté, et certainement en pouvant l'observer de plus près, Matthew semblait bien plus mature qu'elle l'avait jugé alors qu'il était en contrebas. Ella continua de le regarder, perdue dans ses pensées, sans pouvoir dire d'où venait cette curiosité grandissante envers le garçon. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle voulait apprendre à le connaître.

J'ai un peu fait avancé les choses, pour pas que tu restes en bas 30 ans, j'espère que ça te dérange pas >< ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]   Lun 28 Juil - 10:15

La chance semblait enfin décidée à remontrer le bout de son nez. Le calvaire de notre sorcier semblait enfin prendre fin et ce n'était pas trop tôt. Matt commençait doucement à éprouver des difficultés quant à cacher ses inquiétudes. Il ne connaissait encore rien de ce monde et qui sait sur quoi il aurait pu tomber dans cette forêt. Sur son ancien monde, un ours furieux n'était même pas une menace pour lui. Mais ici ? Il fallait faire preuve de prudence et Matt savait se montrer prudent. Sa curiosité et son envie de découverte avait déjà laissé apparaître un malaise et une profonde peur en lui. Finalement, ce n'était qu'un homme comme les autres et depuis toujours, ce que l'on ne connait pas et ce que l'on ne comprend pas nous fait peur. Sur Terre, et pendant des siècles, cela avait conduit à de nombreux massacres. Matt n'éprouvait aucune répugnance aux diverses religions de ce monde mais il les savait responsable de génocide plus idiots les uns que les autres. De la Saint-Barthélémy jusqu'à Jeanne d'Arc, on ne compte plus le nombre de bûcher. C'était peut-être ironique pour un mage de penser à cette mort, restez en paix défuntes sorcières, mais il ne savait pas encore les règles de ce monde. Enfin bon, Matt s'envolait un peu dans ses pensées. Il faut dire que son seul contact, qu'on qualifiera d'humain, s'était fait avec un homme de chair et de métal. Loin d'être concluant. Heureusement pour lui, cela allait changer et de suite.

C'est en la personne d'une belle et douce demoiselle à la toison d'or que tout cela allait prendre fin. A sa vue, à l'écoute de sa douce voix, toutes les pensées négatives du jeune homme s'était envolées. Si son regard azur avait envoûte le jeune homme, les premiers mots qui s'échappèrent de sa bouche le mirent en sécurité, comme s'il était protégé dans un coque impénétrable. Faisant preuve de courtoisie, la jeune inconnue accepta alors de l'aider et l'invita même à monter la rejoindre. Matt sentit ses joues chauffées, par une gêne inexpliquée, et s'avança vers l'échelle que la belle jeune demoiselle avait pointée. Le jeune sorcier lança alors un rapide regard en hauteur pour remarquer que la demoiselle était déjà repartie, probablement dans la cabane. Il retira alors son bras droit qu'il avait pris soin de mettre sous sa cape et monta à l'échelle sans grande difficulté. Lors de la montée, il ne pu s'empêcher de laisser un petit rire s'échapper de ses lèvres. La situation l'avait amené à penser à un conte pour jeune enfant qu'il avait lu sur Terre. "Raiponce". L'histoire d'une princesse à la chevelure blonde et magique qui vivait enfermée dans une tour en haut d'un arbre. Enfin bon, n'allez tout de même pas croire que Matt se prenait pour un prince hein.

Arrivé sur ce qui semblait être la terrasse, Matt entendit alors le doux son de l'eau qui coulait. Sa gorge était nouée et ce simple son suffisait à redonner des forces à notre jeune homme fort assoiffé. Ce dernier se dirigea alors vers la porte et resta dans l'encablure, par politesse. Il ne se ravisa toutefois pas de regarder avec curiosité le logis de la belle demoiselle. La cabane était de taille convenable. Les fenêtres, pour la plupart ouvertes, laissaient entrer le soleil dans un jeu de lumière se jumelant aux couleurs boisées pour renforcer la chaleur visuelle du lieu. Les meubles étaient simples et il y avait le nécessaire pour mener une petite vie tranquille. Matt nota alors aussi la présence de beaucoup d’œuvres littéraires, pour sa plus grande curiosité, ainsi qu'une forte abondance de plantes. En clair, l’atmosphère était chaleureuse, aérée et des plus agréables. Avant qu'elle ne se retourne, Matt avait machinalement cacher une nouvelle fois son bras. De nouveau face à elle, Matt pu l'observer de plus près sans que le soleil ne l'en empêche. Elle avait un visage angélique et ses cheveux étaient encore plus beaux de près. Son regard était toujours aussi envoûtant, inhumain. Matt en venait même à penser que cette demoiselle n'était pas humaine malgré les apparences. Toutefois, à la vision de son habitat et de son visage enchantée, il n'avait aucun doute sur le fait qu'elle était probablement incapable de blessée quelqu'un par méchanceté.

Elle l'invita alors à rejoindre le canapé qui se trouvait dans la pièce principale. Matt, acceptant son invitation d'un léger hochement de tête, parti s'asseoir avec douceur sur le divan. Par la même occasion, elle avait profité de cette phrase pour y glisser son prénom : Ella Eärwen. C'était un très jolie prénom qui rappelait toutefois quelques choses au jeune homme qui n'arrivait plus à ce souvenir. Il avait déjà entendu ça quelques part, enfin peu importe. Il releva les yeux et saisit le verre qu'elle lui tendait. Par réflexe, et habitude car il était droitier tout simplement, son bras droit bougea en premier mais il le retint le plus discrètement possible pour se saisir du verre de la main gauche. Il la remercia du regard et amena le verre d'une main tremblante jusqu'à ces lèvres pour en boire le contenu d'une traite avant de laisser sortir un léger soupir de plaisir une fois sa gorge bien fraîche. Pendant ce temps, la jeune demoiselle s'était attelé à préparer un petit goûter. Elle avait amener deux petites assiettes aux ornements boisés ainsi qu'un magnifique gâteau qui semblait être fais maison. Elle prit place devant lui, les ramenant enfin à une taille quasi similaire et entama la discussion. Elle parla alors de chance mais surtout de créatures. Oui, elle employa le mot créature. A ce terme, les yeux de Matt se mirent à pétiller de curiosité. Cet homme était aussi instable qu'étrange. Tantôt la curiosité pouvait devenir peur tantôt les réelles dangers pouvaient titiller sa curiosité. C'en était presque malsain. Il s'était alors mis à imaginer plein de chose. Des créatures de mythologies aux monstres de conte allant même jusqu'au dinosaures. Son état revint alors à la réalité lorsqu'il vit son hôtesse lui tendre une part de gâteau qui semblait être à la myrtille. Il secoua alors brièvement sa tête pour quitter ses pensées et se saisit de l'assiette avec sa main gauche.

- Vous êtes bien trop aimable mademoiselle Eärwen. Je ne saurais vous remercier de votre hospitalité si spontanée.

Il saisit alors la cuillère de sa main gauche pour goûter une part de gâteau avant de reprendre :

- Il est délicieux très chère. Merci de me faire l'honneur de cette part.

Comme un enfant, il enchaina alors les cuillerées jusqu'à engloutir sa part de gâteau. Il était délicieux. La pate était juste croquante à point, l'amertume des myrtilles jouait un parfait tango avec l'ensemble sucré du gâteau. Divin. Puis, reposant délicatement la cuillère sur l'assiette Matt continua la conversation.

- Mademoiselle Eärwen, seriez-vous d'accord de me parler un peu plus de cette forêt et de ces fameuses créatures ? J'avoue que vous avez titiller ma curiosité au plus haut point en parlant de cela. Vous vous en doutez peut-être déjà, mais je ne viens pas de ces contrées.

Puis tout en la regardant avec interrogation, quelques choses lui échappa de la bouche.

- Elfique ! Oui !

Par réflexe, il ramena alors sa main droite sur sa bouche pour se taire, dévoilant par la même occasion sa prothèse de métal. Ce qui l'avait perturber avec le prénom de la demoiselle était maintenant clair. C'était un nom elfique emprunter dans un grand nombre d’œuvres, notamment le Seigneur des Anneaux de JRR Tolkien. Remarquant alors que son bras était désormais découvert, il conclut alors sur :

- Ah oui je euh...

Désolé, il est pas forcément très très bien, j'espère quand même qu'il te plaira...
Revenir en haut Aller en bas
Ella Eärwen

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Métier: Etudiante / Infirmière
Relations:

MessageSujet: Re: Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]   Jeu 31 Juil - 16:01

Le caractère des Elfes, et en particulier de notre chère blondinette, était quelque chose de très difficile à comprendre. En effet, comme beaucoup de ses semblables, elle n'aimait pas particulièrement la foule, sauf si celle-ci était composée de ses congénères. Plus généralement, ils n'appréciaient que rarement la compagnie de d'autres races, sans non plus devenir asociales. C'est sur ce point que notre jeune fille se différenciait des siens. Bien qu'elle n'aimait pas non plus les lieux trop fréquenté, elle trouvait la compagnie d'une autre personne, plus encore s'il s'agissait d'une personne appartenant à une autre espèce. Mais cela était soumis à certaines conditions : qu'il n'y ait pas plus d'une ou deux personnes au maximum, et qu'elle puisse leur parler librement -malgré qu'elle n'était pas bien bavarde- et surtout, qu'elle puisse en apprendre plus sur ses interlocuteurs. En effet, elle trouvait passionnant d'apprendre à connaître les gens avec qui elle entrait en contact, tout en sachant rester polie et non indiscrète. Cela était sûrement dû à une grande curiosité de sa part, une soif inépuisable de connaître et comprendre tout ce qui l'entourait. D'une certaine façon, on pourrait dire que ce trait de caractère se voyait aussi dans son habitat : une cabane dans la forêt, loin du tumulte de la ville, mais dont la taille et l'ambiance invitaient à l'intimité, à la confidence.

Quand un jeune homme lui avait expliqué qu'il s'était perdu dans les bois, elle n'avait donc pas hésité à l'inviter la rejoindre dans sa maison, ravie de pouvoir venir en aide à un garçon aussi charmant et poli. Il avait aussi spécifié qu'il souhaitait boire pour désaltérer sa gorge sèche, et elle s'était empressée de répondre à sa demande en lui proposant de rester se reposer un peu avant qu'elle ne l'aide à rejoindre la ville. Alors qu'il prenait place sur le canapé qu'elle lui avait désigné, elle ne pouvait s'empêcher de le dévorer du regard, mille et une question lui brûlants les lèvres, notamment sur ce qu'il cachait sous son manteau vermillon. Mais elle savait se tenir et se contenta d'apporter une petite collation qu'elle avait faite elle-même la veille. Il accepta une part de gâteau à la myrtille et prit l'assiette avec sa main gauche, la même dont il s'était servi pour boire le verre d'eau. Ce n'était sans doute qu'une impression, mais elle ne put s'empêcher de penser qu'il n'était pas réellement gaucher, ses gestes n'étant pas assez souples et plutôt mal assuré pour que ça en soit le cas. Mais pourquoi s'efforçait-il de ne se servir que de son bras gauche ? Elle savait déjà que ce qui reposait contre son torse n'était pas un bras à proprement parlé, ce qui pouvait expliquer l'usage de la main qui n'était pas dominante.

- Vous êtes bien trop aimable mademoiselle Eärwen. Je ne saurais vous remercier de votre hospitalité si spontanée.


Ella leva la tête et cligna rapidement de ses grands yeux bleus, sortie de ses pensées. Elle sourit et tenta de cacher tant bien que mal son absence.

- Il est délicieux très chère. Merci de me faire l'honneur de cette part.

Il venait de goûter de gâteau qu'il trouvait à son goût si on en jugeait la vitesse avec laquelle il engloutit ce qu'il en restait dans son assiette. Naturellement, l'Elfe n'avait pas manqué de le remercier pour son compliment et profitait de quelques bouchées pour continuer à l'observer. Quel étrange garçon. Quelle étrange sensation. Mais pourquoi n'arrivait-elle pas à détacher son regard du visage du jeune homme ? Il est vrai qu'il était plutôt séduisant et carrément craquant, mais d'ordinaire, elle n'était pas sensible à ce genre de charme. Et pourtant, lorsqu'il prit la parole pour poursuivre la conversation, une joie inexplicable s'empara de la jeune fille, la joie de pouvoir passer plus de temps en sa compagnie.

- Mademoiselle Eärwen, seriez-vous d'accord de me parler un peu plus de cette forêt et de ces fameuses créatures ? J'avoue que vous avez titiller ma curiosité au plus haut point en parlant de cela. Vous vous en doutez peut-être déjà, mais je ne viens pas de ces contrées.

Les lèvres rosées de la jeune fille s'étirèrent en un large sourire où se mêlait une expression de joie avec une passion dévorante. Personne d'autre sur Edora ne pouvait mieux connaître qu'elle cette forêt et ce qu'elle contenait. Et il avait lui-même avoué qu'il était curieux, alors il ne pourrait qu'apprécier la diversité des secrets que recelait ce lieu. Par quoi allait-elle commencer ? Le plus simple aurait sûrement était d'énumérer en premier tous les animaux les plus communs qu'il aurait des chances de connaître. Peut-être aurait-il l'opportunité de voir le bal aérien que les oiseaux avaient offert à Ella quelques jours plus tôt. Mais l'envie de lui parler de la flore environnante brûlait en elle et lui faisait à présent pétiller les yeux. Les végétaux de cette planète illuminaient cette forêt de mille et une couleurs chatoyantes. Tout ici semblaient imprégné de magie, une vie que rien au monde ne pourrait altérer. Elle voulait lui décrire le délicat bruit de l'eau qui serpente doucement entre les rochers de la rivière pas loin d'ici, lui faire sentir la caresse sur la peau du vent qui s'engouffre à travers le feuillage, lui faire découvrir les sublimes odeurs émanant des fruits abrités par les plus hauts arbres. Mais il y avait encore mieux ! En mélangeant la faune et la flore, elle pouvait aussi lui raconter de merveilleuses histoires sur les Silas, ces créatures créées par les Elfes ex-même. Après tout, c'est bien d'avoir évoqué la présence de créatures qui avait titiller sa curiosité !
Mais elle avait fait allusion à des bien plus dangereuse, comme le Musaboru qui sévissait dans les profondeurs de la forêt. Bien que ces bêtes étaient beaucoup plus redoutables et que jamais elle ne consentirait à lui montrer, elles étaient tout aussi fascinante et prendrait autant de plaisir à lui en parler. Elle décida de simplement demander au jeune homme sur quel sujet il voulait avoir des informations en premier, mais alors qu'elle ouvrit la bouche pour lui poser la question, le jeune blond prit la parole de façon inattendue :

- Elfique ! Oui !

Le premier réflexe qu'elle eut fut de sourire. Apparemment, le mystérieux inconnu venait tout juste de comprendre qu'elle était une elfe. Elle n'y avait pas pensé mais l'indice le plus annonciateur de sa race, ses oreilles, était sans nul doute caché par sa chevelure et il pouvait difficilement le deviner autrement. En revanche, lui aussi avait eu un réflexe, des plus naturels, celui de porter la main à la bouche, comme lorsqu'on a laissé échapper un mot sans le vouloir. Mais les réflexes étant quelque chose d'incontrôlable, sa nature de droitier avait repris le dessus. Et c'était des doigts métalliques qui étaient posés sur les lèvres du garçon, qui avait tout bras en fer. Ella haussa un sourcil, surprise de la révélation qui venait de se faire. Maintenant au moins, elle comprenait pourquoi elle n'avait pas pu desceller l'eau dans ce bras bionique. Travaillant à l'hôpital, elle avait eu plusieurs fois l'occasion de faire affaire avec ce genre de membres, parfois même de les reconstruire, bien que ses capacités en soin la rendait plus apte à soigner des corps faits de chair.

- Ah oui je euh...

Le beau blond regardait son bras droit et semblait gêné, sans qu'elle puisse comprendre pourquoi du premier coup. Mais l'Elfe se rappela  qu'il avait précisé qu'il ne venait pas d'ici. Peut-être avait-il peur de choquer la jeune fille face à ce membre si peu commun. Cette pensée lui fit chaud au cœur et elle ne put s'empêcher de sourire tendrement. Elle s'approcha doucement de lui, attrapa délicatement le bras du garçon et le posa sur ses genoux, ouvrant la paume de la main vers le haut, et déclara avec une voix douce :

- Sachez que je n'apprécie guère les cachotteries...

Elle sourit, pour lui faire comprendre qu'elle plaisantait, puis passa soigneusement l'index le long de l'armature de métal. Le contact froid fit frissonner la jeune fille qui replaça doucement le bras vers son propriétaire en souriant.

- Il me semble que vous l'aviez deviné, avec un très bon instinct, mais je suis bel et bien une Elfe. Du clan des Eärwen, naturellement.


Comme pour appuyer ses dires, elle dégagea ses longs cheveux blonds vers l'arrière, dévoilant ainsi deux oreilles fines et pointues. Elle inclina  légèrement la tête pour que Matthew puisse les voir, et après un court moment de réflexion, elle attrapa une pince à cheveux qui traînait non loin de là et se coiffa de sorte à ce qu'on puisse voir ses oreilles tout en gardant sa chevelure lâche. Une sensation étrange s'empara d'elle : bien qu'ici elle n'avait pas besoin de cacher sa vraie nature, elle avait gardé l'habitude de camoufler ce trait physique si particulier lorsqu'elle avait vécue sur Terre. Elle n'avait clairement plus l'habitude de laisser ses oreilles découverte, mais d'une certaine façon, elle se sentait mieux, comme si elle pouvait enfin être elle-même.

- Je serai ravie de vous dévoiler ce que vous voudrez sur cette forêt, mais avant ça, accepteriez de me parler un peu de vous ?

En réalité, de nombreuses questions lui venaient à l'esprit. D'où venait-il ? Etait-il un cyborg ? Comment avait-il obtenu ce bras, dont la mécanique était totalement étrangère à l'Elfe ? Le nom de  Eärwen semblait lui avoir évoqué quelque chose, peut-être connaissait-il sa famille, et mieux encore, il savait peut-être où elle était en ce moment même ! A cette idée, Ella se mordit les lèvres, effrayée par une possible fausse joie. Naturellement, elle était trop polie pour lui demander tant de renseignements d'entrée de jeu et préféra lui laisser le loisir de révéler ce qu'il lui convenait. Elle attendait avec une douce excitation les paroles de son invité tout en leur resservant un peu d'eau à chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]   Ven 8 Aoû - 14:01

Ella Eärwen. C'était son nom. Un nom qui, après quelques minutes de réflexion, avait rappelé au jeune homme des textes de littératures divers et varié. La consonance ne laissait planer aucun doute. A cette simple pensée, le jeune homme analysa l'entièreté de la situation. Si cela pouvait paraître insensé pour le commun des mortels, tout portait à croire que cette belle demoiselle aux yeux bleus était une elfe. La forêt, la cabane, cette modeste habitation vivant en fusion parfaite avec la nature. Cette douceur, cette gentillesse, bref. Elle était bien de la race elfique. Matthew en était tellement convaincu que son esprit fit mouche, et sa bouche vendit la mèche. C'était assez maladroit de sa part mais la bourde était faite. Malheureusement pour lui, cela s'enchaîna sur un autre geste de sa part qui allait le placer dans une situation bien gênante. En effet, s'il avait pris la peine de cacher son bras depuis le début de cette rencontre, sa nature de droitier l'avait fait ressortir au grand jour lorsqu'il mit sa main sur sa bouche. Ses joues chauffèrent alors bien rapidement. Il avait une impression de gêne, voir même de honte. Il se sentait comme dégoutant d'avoir caché cela, d'avoir menti d'une certaine manière. Toutefois, la réaction de la maîtresse des lieux fut plutôt positive. En un sourire d'une tendresse inégalable, elle ébranla sans peine les sentiments négatifs du jeune homme et gonfla en lui une profonde impression de sécurité. Elle s'approcha alors doucement de lui et Matt, comme envoûté, ne fit aucun geste, se contenta de la suivre du regard. Elle se saisit alors de son bras de métal qu'elle ramena sur ses genoux. A cet instant, les joues du garçon étaient uniquement rouges par la gêne et une pointe de timidité inexpliquée. Le regard du jeune homme se baissa alors doucement sur les mains de l'efle qui touchait son bras de fer. Instantanément, une sensation de tristesse s'empara du sorcier qui plus que tout, aurait aimé sentir la douceur des doigts d'Ella sur sa chair. Malheureusement pour lui, ce plaisir ne pouvait désormais qu'être alimenté par ses yeux. Aucune sensation de toucher n'était possible avec cette armature métallique. Il ressentait toutefois encore quelques choses. Cette impression connue de la médecine qu'ont les patients que l'on ampute. Cela s'appelait le syndrome des membres fantômes. Par chance, Matt n'avait pas réellement mal. Mais sur le coup, il aurait préféré avoir son bras et pouvoir sentir la chaleur de la jeune elfe sur son bras. A la place, c'est un métal froid et inorganique qui s'abreuva d'une petite caresse. L'instant fut bref. Après quoi, Ella lui réprimanda avec humour et taquinerie qu'elle n'appréciait pas les cachotteries. A vrai dire, Matthew était assez perdu face à cette réaction. Assez perplexe. Elle avait eu une légère surprise certes, mais ce n'était que la surprise de voir que ce bras était de métal. Le fait de concevoir que cela existait n'avait pas eu l'air de la toucher d'une quelconque manière. Cela ne pouvait dire alors qu'une chose : ce n'était pas la première fois qu'elle voyait une prothèse de la sorte.

Lorsqu'elle reposa le bras du jeune homme vers son propriétaire, ce dernier eu comme un réflexe de défense et le serra contre lui. Une sorte de peur qui persistait quand même. Toutefois, tout cela fut ensuite très vite balayer lorsqu'Ella dévoila alors sa vraie nature. L'esprit affuté du jeune homme avait bel et bien fait mouche et s'il était très difficile pour Matt d'en croire ces yeux : Ella était une elfe. Une vraie elfe. Levant sa magnifique chevelure et inclinant sa tête vers le jeune homme, elle permit alors à ce dernier de remarquer sans aucune peine cette particularité qu'ont les elfes : des oreilles pointues. C'était adorable. Intriguant. Fou même. Matt, aussi discrètement que possible, retint sa main droite avec l'aide de sa gauche pour éviter même de mimer un mouvement montrant son envie quasi obsessionnelle d'y toucher.  Suite à cela, elle saisit alors une pince pour maintenir une coupe permettant à ses oreilles fines et pointues de rester au grand jour. Elle expliqua alors qu'effectivement elle était une efle. Elle précisa alors qu'elle faisait partie du clan des Eärwen. Cela interpella alors notre jeune sorcier qui comprit alors que le mode des vies des elfes était différent de celui des humains. Ils étaient probablement séparer en plusieurs clans, plus ou moins forts via leur nombre voir leur lignée même et que le nom de famille d'un elfe découlait de cela. Ou peut-être que clan était un mot qui voulait dire famille pour eux. Ou peut-être que… stop. Il fallait rester calme et concentré. Matt n'arrivait pas à maintenir son esprit bien trop titillé par la suite d’événements et de découvertes qu'il venait de faire.

Les révélations étaient alors faites. Il régnait dans ce petit salon une sensation de légèreté. Comme si le cœur de ses deux hôtes s'était allégé d'une certaine façon. Ils ne se connaissaient que depuis un petit quart d'heure, voire moins même, mais Matt avait déjà cette impression de la connaître. Il ne fallut que ces quelques minutes pour que pour l'un, comme pour l'autre, attribue un semblant de confiance à cette relation. C'était assez agréable comme sensation. Matt avait bien compris qu'il n'avait rien à cacher à Ella et lorsqu'elle lui demanda de bien vouloir parler un peu plus de lui, il dessina un large sourire sur ses lèvres et entreprit de nourrir la curiosité de son hôte. Après cela, ce serait à elle de raconter son histoire. Notre jeune héros s'en réjouissait déjà. Enfin bref.

Levant ses yeux, en pleine réflexion, le jeune homme entreprit de maintenir une sorte de fil conducteur dans son récit. Si cela pouvait paraître simple de base, parler de soi était un exercice bien complexe. Il ne fallait pas oublier le principal et éviter le superflu. Des éléments pouvant nous paraître normaux, naturels, pouvaient en fait être des choses à raconter. Mais il fallait bien se lancer.

- Bon que dire hm… Je m'appelle donc Matthew Anderson – mais vous le savez déjà pardon, ajouta-t-il rapidement – et je viens de la planète… Terre ?

Sa fin de phrase laissa planer comme une certaine interrogation. Il n'était actuellement plus sur Terre c'était une évidence. Mais cela ne voulait en aucun cas dire qu'Ella venait aussi de la Terre. Matt n'avait jamais vu de vrais elfes sur Terre. Sur cette dernière, les elfes étaient une race utilisée dans de nombreux récit, rien de plus. Ella pouvait alors tout aussi bien venir de ce propre monde voir même… d'un autre. Malgré cette question qui trottait dans sa tête, il reprit quand même son récit. Ella allait très certainement apporter des réponses à notre jeune sorcier.

- Je suis né le 14 février… - il marqua une légère hésitation, non pas car il n'était pas sûr mais plutôt pour juger si oui ou non il fallait dire ça – 1894. Je suis donc âgé de… - comptant quelques chiffres à l'aide de ses doigts – 120 ans. Pour autant que nous soyons dans les années 2014. Je suis d'origines anglaises, de Londre. – il s'arrêta une nouvelle fois, se disant que si elle ne venait pas de la Terre elle n'allait rien comprendre, mais continua tout de même -. Je suis issu d'une famille plutôt noble et j'ai eu une enfance que l'on peut qualifier d'idyllique.

Emporté par son récit, Matt se leva alors du petit canapé et prit le verre à nouveau rempli d'eau avec lui. Il continua alors son histoire tout en marchant lentement et aléatoirement dans la pièce.

- A vrai dire, j'ai eu pas mal de chance. A cette époque-ci, c'était soit être noble, soit être pauvre. La chance a fait que mes parents étaient plutôt nobles. En ce qui concerne mon enfance hm… Je dirais qu'elle a été bonne. J'ai toujours été quelqu'un de… comment qualifier cela… Plutôt scientifique oui. J'aime lire. J'aime apprendre, découvrir. Je pense que ma curiosité vous a déjà probablement frappé au visage et j'en suis désolé. C'est probablement mon vilain défaut. Enfin bref… Une enfance très bien disais-je…

Il se tut ensuite et laissa un petit silence prendre place. Il serra doucement le verre dans sa main et en bu une gorgée. Il souffla doucement, montrant une certaine difficulté et continua alors d'une voix légèrement tremblante :

- Puis il y a eu la guerre… La première guerre mondiale. Je n'étais pas fait pour ça. Je n'ai jamais été quelqu'un de physique, de sportif. Alors revêtir une tenue de soldat et allait me battre…  - il renifla légèrement du nez – mais c'était mon devoir et je l'ai fait. C'est alors là que j'ai découvert que j'étais spécial. – Il marqua à nouveau une légère pause et reprit – Je n'étais pas humain. Du moins pas comme les autres. Je ne sais pas de quel monde vous venez  Madame Eärwen, peut-être que cela ne vous étonnera pas, mais je suis capable de contrôler la foudre.

A cet instant, notre jeune sorcier se trouvait face à une fenêtre ouverte et regardait au lieu. Il était dos à l'elfe. Il leva alors son bras gauche et ferma doucement le poing. Une fraction de seconde plutôt, une étincelle électrique apparue autour de ce dernier et Matt redescendit son bras. Il n'avait aucune preuve à montrer, mais il s'était senti comme obligé de le faire. Ce n'était pas une question de lui montrer pour qu'elle le croie. C'était juste… Pour lui montrer. Il posa ensuite le verre sur le comptoir du lavabo et continua en marchant à nouveau dans la pièce :

- La guerre fut horrible. Cela change un homme. Je m'en suis sorti par chance. Et uniquement car j'étais spécial. Malheureusement, tout cela me couta quand même un bras. – il secoua alors ensuite sa main droite, métallique – Après cela, j'ai dû fuir. Encore et encore. Les hommes me désiraient comme une arme mais il était hors de question que je tue encore des personnes. Je n'aime pas tuer. Cela me dégoute. J'ai donc cavalé sur Terre, voyagé partout. J'ai traversé les âges, les évolutions… tout. – on sentait dans sa voix une certaine nostalgie.- J'ai appris plein de chose. Ma soif de connaissance a été nourrie par mes voyages, par mes rencontres. Sans me vanter, je suis quasiment devenu une encyclopédie vivante. Ou un vieux sage… ça, c'est selon les avis – laissant un très léger rire s'échapper -. Puis j'ai entendu parler de ce lieu. Edora. Un monde magique, une terre d'accueil pour les personnes différentes.  J'ai alors tout mis en œuvres pour arriver ici. J'y suis finalement arriver mais j'ai du payer le prix fort.

Matt se trouvait alors face à Ella. Il s'accroupi alors et releva son pantalon au niveau de sa jambe gauche pour dévoiler une autre prothèse de métal. Il baissa ensuite le pantalon et termina son récit.

- Après le bras, la jambe. C'était le prix à payer. J'ai été ensuite secouru par une créature, un robot ou un humain… Les deux. Dur à dire. Il n'était pas très bavard mais il m'a soigné. Je n'ai pas vraiment demandé à ce que l'on m'ampute, mais finalement les choses sont peut-être mieux comme ça. Aussi étrange que cela puisse être, je suis déjà habitué à ces prothèses robotiques. Mon sauveur m'a ensuite laisser partir. J'ai encore des doutes concernant ses intentions mais il ne m'a pas demandé de dédommagement.  Après quoi… Je suis entré dans cette forêt et la suite, vous la connaissez.

Son histoire terminée. Matt se remit sur le canapé et posa ses bras sur ses genoux tout en fixant le sol. Il essayait malgré tout de garder la tête haute, mais c'était impossible. Repenser à tout cela rappelait beaucoup d'émotion au jeune garçon. Après un petit silence, il releva le visage, souriant faussement pour faire bonne figure et demanda doucement :

- Et vous Mademoiselle Eärwen ? Que me contez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Ella Eärwen

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Métier: Etudiante / Infirmière
Relations:

MessageSujet: Re: Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]   Ven 15 Aoû - 12:34



La présence de Matthew Anderson dans la demeure de l'Elfe avait quelque chose de réconfortant. Non pas qu'elle souffrait de solitude, avec les animaux qui partageaient la forêt, elle n'était jamais seule, ou alors ce n'était que par choix personnel. Mais le fait de pouvoir partager ses connaissances sur ces lieux avec lui était agréable, et avoir la chance de découvrir un peu plus le jeune homme provoquait chez elle une certaine excitation qu'elle n'arrivait pas à expliquer. Étrangement, elle sentait un lien se tisser entre eux, un peu plus fort à chaque seconde qui passait. Il faut dire qu'elle connaissait pas mal de monde, de pures connaissances seulement, son observation l'aidant beaucoup dans cette tâche, mais elle n'avait jamais été proche de qui que ce soit, ni ici, ni sur Terre. Pas par manque de sociabilité, ni pour aucune raison en réalité. Depuis qu'elle n'avait plus sa famille, elle avait la sensation constante qui lui manquait une partie d'elle même, cette partie qui l'empêchait de nouer des liens profonds. La peur de l'attachement et de l'abandon s'était développée en elle, mettant des distances avec quiconque essaierait de créer un lien avec la jeune fille. Mais elle sentait que c'était en train de changer avec lui. Peut-être était-ce parce qu'il était là, dans sa maison, sur son canapé, dans sa propre intimité, avec un respect pour celle-ci qui la mettait en confiance. Peut-être parce qu'elle sentait chez lui un passé marqué, lourd, une similarité entre leurs deux caractères. Il avait beau être un inconnu fraîchement débarqué, elle avait presque l'impression de se confier à un ami, de passer du bon temps avec quelqu'un qu'elle connaissait depuis des années. C'était tout à fait stupide, à par son nom, elle ne savait rien de lui pour le moment, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir bien, tout simplement. Pendant quelques secondes, elle culpabilisa de se sentir ainsi face à un inconnu, mais très vite, elle laissa ce sentiment de côté pour profiter pleinement de cette sensation de bien-être si enivrante. Après tout, elle n'avait rien à craindre de lui, et rien à cacher non plus. Se laisser porter par le flot de ces sentiments ne lui ferait certainement pas de mal.

Et puis, lui aussi allait se confier, sur la demande de la blondinette d'ailleurs. Il avait un bras entier fait en métal, un membre bionique en somme, ce qui faisait de lui un cyborg. Ella était très curieuse de savoir comme il était devenu ainsi, pourquoi cherchait-il à le dissimuler, et de façon plus générale, en apprendre plus sur ce garçon qui ne venait pas de ces terres. Elle avait déjà commencé les révélations en déclarant qu'elle était une Elfe. C'était un peu mince comme confidence c'est vrai, mais il fallait bien commencer par quelque chose et cette nouvelle semblait convenir tout à fait à l'invité qui paraissait fasciné par ces deux oreilles pointues. Peut-être qu'après lui, ça serait à son tour de parler d'elle, bien qu'il n'y avait pas grand-chose à dire en réalité. Elle avait eu une vie d'Elfe tout à fait normal, jusqu'à ce fameux jours où elle avait perdu tous ceux qu'elle connaissait. Mais peu importe, pour le moment c'était à lui de conter son histoire qu'elle attendait avec impatience. Après un certain temps pendant lequel il réfléchissait certainement, Matthew prit la parole pour commencer son récit.

- Bon que dire hm… Je m'appelle donc Matthew Anderson et je viens de la planète… Terre ? Je suis né le 14 février…1894. Je suis donc âgé de…120 ans. Pour autant que nous soyons dans les années 2014. Je suis d'origines anglaises, de Londre. Je suis issu d'une famille plutôt noble et j'ai eu une enfance que l'on peut qualifier d'idyllique.

A ce moment-là, le garçon se leva et commença à arpenter la pièce en faisant les cent pas. La jeune fille pouvait sentir toute l'hésitation qui s'échappait de ses mots mais elle ne pouvait que le comprendre. Il était perdu, totalement perdu. Il avait été habitué à un mode de vie, à une planète entière pendant toute sa vie, et maintenant qu'il était sur Edora, il n'avait plus aucun repère. Il ne savait rien de cette planète si étrange, et encore moins si ses habitants pouvaient connaître quoi que ce soit du monde d'où il venait. En fait, ce pauvre garçon vivait ce qu'Ella avait vécu auparavant : elle ne connaissait que le monde des Elfes, et du jour au lendemain, elle s'était retrouvée sur Terre sans rien y connaître. L'avantage à ce jour, c'était qu'elle pouvait plus ou moins comprendre de quoi il parlait. Elle ne connaissait pas Londre, la ville dont il parlait, mais elle pouvait la situer dans un contexte grâce à de nombreux écrits qu'elle avait lu durant son séjour sur Terre.  

- A vrai dire, j'ai eu pas mal de chance. A cette époque-ci, c'était soit être noble, soit être pauvre. La chance a fait que mes parents étaient plutôt nobles. En ce qui concerne mon enfance hm… Je dirais qu'elle a été bonne. J'ai toujours été quelqu'un de… comment qualifier cela… Plutôt scientifique oui. J'aime lire. J'aime apprendre, découvrir. Je pense que ma curiosité vous a déjà probablement frappé au visage et j'en suis désolé. C'est probablement mon vilain défaut. Enfin bref… Une enfance très bien disais-je…


En effet, sa curiosité était plus que facile à voir. Et pourtant, ce n'était pas tout ce qu'il y avait dans ses yeux. De la connaissance, de l'envie d'apprendre, ça c'était évident. Mais pourtant, on pouvait aussi y voir des blessures, de la tristesse et des épreuves difficiles à surmonter. Si son enfance était si idyllique qu'il le disait, à quel moment avait-il du affronter ces difficultés ? Elle n'allait pas tarder à le savoir, vu son comportement. Après avoir bu un peu d'eau, il poursuivit avec difficulté, ses émotions transperçant son récit qui était ponctué de pause ici et là.

- Puis il y a eu la guerre… La première guerre mondiale. Je n'étais pas fait pour ça. Je n'ai jamais été quelqu'un de physique, de sportif. Alors revêtir une tenue de soldat et allait me battre… mais c'était mon devoir et je l'ai fait. C'est alors là que j'ai découvert que j'étais spécial. Je n'étais pas humain. Du moins pas comme les autres. Je ne sais pas de quel monde vous venez  Madame Eärwen, peut-être que cela ne vous étonnera pas, mais je suis capable de contrôler la foudre.

Alors il n'était pas un cyborg ! Ou plutôt si, son bras le classait incontestablement dans cette catégorie, mais il n'était pas que ça. Le contrôle de la foudre pouvait être une spécialité des Elfes -il n'en était pas un, sans aucun doute- mais ça allait de paire avec d'autres attributs. Alors qu'elle était en train de réfléchir sur la provenance de ce don de la foudre, le garçon illustra ses propos. Il leva sa main gauche, celle faite de chaire et de sang donc,  et ferme le poing. A ce moment-là, quelques étincelles électriques firent apparition autour du poing. Ella en fut stupéfaite, par cette facilitée à contrôler ce don. Sans s'en rendre compta, elle commença à se poser mille et une question. Il avait sans doute du s’entraîner un certain temps avant de pouvoir le contrôler, et cela avait dû lui poser quelques problèmes. Mais la foudre est un élément qui pouvait se manifester sous diverses formes et elle était avide de savoir ce qu'il pouvait en faire. Malheureusement, ce genre de découverte et d'apprentissage n'est pas facile à vivre pour tout le monde et elle jugea qu'il était préférable de ne pas poser plus de question pour le moment. Après tout, elle aurait sans doute encore beaucoup de temps pour en apprendre plus sur lui, sans risquer de l'offenser en étant trop directe. Quoi qu'il en soit, sa maîtrise de la foudre relevait plutôt de la sorcellerie a priori. Sorcier et cyborg, ici il serait avant tout considéré comme un hybride. Le jeune homme posa le verre vide sur le bord de l'évier et recommença à marcher au travers de la pièce en poursuivant son histoire.

- La guerre fut horrible. Cela change un homme. Je m'en suis sorti par chance. Et uniquement car j'étais spécial. Malheureusement, tout cela me couta quand même un bras.Après cela, j'ai dû fuir. Encore et encore. Les hommes me désiraient comme une arme mais il était hors de question que je tue encore des personnes. Je n'aime pas tuer. Cela me dégoute. J'ai donc cavalé sur Terre, voyagé partout. J'ai traversé les âges, les évolutions… tout. J'ai appris plein de chose. Ma soif de connaissance a été nourrie par mes voyages, par mes rencontres. Sans me vanter, je suis quasiment devenu une encyclopédie vivante. Ou un vieux sage… ça, c'est selon les avis, Puis j'ai entendu parler de ce lieu. Edora. Un monde magique, une terre d'accueil pour les personnes différentes. J'ai alors tout mis en œuvres pour arriver ici. J'y suis finalement arriver mais j'ai du payer le prix fort.

Quelque chose inattendue se produit alors. Le sorcier releva le tissu du pantalon qui couvrait sa jambe gauche et lorsqu'elle vit un reflet métallique, elle comprit. « J'ai alors tout mis en œuvres pour arriver ici. ». Quoi qu'il est fait, il en avait perdu sa jambe. D'abord son bras, puis sa jambe. Sans compter tous ces repères, tout ce qu'il avait connu avant la guerre. Il avait même du renoncer à l'attachement à un lieu, à des gens, durant sa fuite. Au final, il avait tout perdu. Bien sûr, en qualité de sorcier il avait gagné un don, ainsi qu'une longévité qu'il n'aurait pu avoir en tant que simple humain. Grâce à ça il avait aussi pu accroître ses connaissances et sa sagesse. Mais est-ce que ça valait le coup de tout perdre ? Bien sûr, il n'avait pas eu le choix et il devait maintenant accepter tout ça. La note de nostalgie qu'on pouvait entendre dans sa voix lorsqu'il parlait était tout à fait compréhensible. Le pire était sans doute qu'il ne devait pas casser d'entendre des « Tu as de la chance ! » lorsqu'il se servait de ses pouvoirs par exemple. Ella ne pouvait s'empêcher de ressentir une profonde tristesse pour ce garçon qui n'avait jamais vraiment eu de chance.

- Après le bras, la jambe. C'était le prix à payer. J'ai été ensuite secouru par une créature, un robot ou un humain… Les deux. Dur à dire. Il n'était pas très bavard mais il m'a soigné. Je n'ai pas vraiment demandé à ce que l'on m'ampute, mais finalement les choses sont peut-être mieux comme ça. Aussi étrange que cela puisse être, je suis déjà habitué à ces prothèses robotiques. Mon sauveur m'a ensuite laisser partir. J'ai encore des doutes concernant ses intentions mais il ne m'a pas demandé de dédommagement.  Après quoi… Je suis entré dans cette forêt et la suite, vous la connaissez.

Maintenant elle savait. Elle savait pourquoi malgré sa taille et son visage juvénile, son regard trahissait de nombreuses épreuves et beaucoup de connaissances. Matthew se replaça sur le canapé, les yeux rivés sur le sol. Instinctivement, Ella voulu le prendre dans ses bras. Le réconforter. Essayer d'apaiser ses souffrances passées. Ella s'avança vers lui, mais au dernier moment, elle ne le prit pas contre elle. Premièrement, parce que le geste était sans doute déplacé. Certes, une certaine intimité s'était installé entre eux, mais il ne fallait pas oublier qu'ils ne se connaissaient que depuis moins d'une heure. Deuxièmement, ce n'était pas la bonne méthode, à ses yeux du moins. Peut-être qu'il aurait apprécié, peut-être pas. Mais elle doutait qu'il avait besoin de pitié ou de compassion. Après tout, il était bien placé pour savoir à quel point son passé était douleur et quelle difficultés il avait rencontrées pour surmonter tout ça, il n'avait nul besoin qu'on lui dise en plus. Quelque chose de positif, voilà ce qu'il lui fallait. Lui montrer que tout ça était derrière lui et surtout, qu'il n'était pas seul. Car Ella était bien décidée à l'aider, et sa nature têtue imposerait son aide au jeune homme. D'ailleurs, celui-ci dans un effort de faire bonne figure, sourit et demanda comme s'il n'était pas du tout affecté :

- Et vous Mademoiselle Eärwen ? Que me contez-vous ?

L'Elfe ouvrit la bouche, sans dire un mot. Comment pouvait-il essayer de paraître souriant avec de telles révélations, avec tellement de souffrances sur ses épaules. Mais s'il voulait ne rien laisser paraître, c'était son droit et elle allait le respecter. Affichant un sourire à la fois réconfortant et amical, et elle parla d'un ton enjoué.

- Avant tout, sachez que je vous apprendrais tout ce qu'il faut savoir sur Edora, cette planète où nous sommes. Ou même tout ce que vous voudrez ! Vous n'êtes pas seul Matthew, sachez le.

Après cette simple déclaration débordant de sincérité Ella posa délicatement une main sur l'épaule du sorcier et plongea ses yeux bleus dans ceux couleur or du garçon. Après un court instant, elle se leva et entreprit de ranger la table basse puisqu'ils avaient fini leur collation.

- Pour ce qui est de mon histoire, elle est bien moins intéressante que la vôtre je dois l'avouer... Comme beaucoup d'Elfe, j'ai passé mon enfance avec mon clan, sur Bloody Moon. Elle hésita un instant, sachant qu'il venait de la Terre, il ne savait rien de Bloody Moon. Riant légèrement de sa stupidité, elle poursuivit : Bloody Moon est une planète comme Edora, l'ancien Edora plus exactement. Mais je vous expliquerais ça plus tard. Sachez juste que j'ai eu une enfance des plus paisibles. Mes parents étaient respectés et mon initiation à la magie s'est déroulé sans aucun problème.

C'était à son tour de mettre en œuvre ses dons. Elle ouvrit légèrement le robinet de la cuisine qui laissa s'échapper un mince filet d'eau. Bien que c'était assez superflue, elle bougea les doigts et l'eau qui tombait doucement commença à dériver au-dessus de l'évier. Avec quelques gestes de la main et un grand sourire amusé sur son visage, elle dirigea l'eau à travers la pièce, créant un véritable bal aquatique/aérien, faisant tantôt danser l'eau autour de la chevelure blonde du garçon, tantôt entre ses doigts. Après quoi elle déposa l'eau dans l'évier et se mit à faire la vaisselle en continuant de parler.

- Ici aussi, la guerre éclata. Une guerre mondiale en quelques sortes. Les démons attaquaient tout le monde à travers la planète, dans le but de prendre le pouvoir. Certaines races, certaines personnes s'alliaient avec eux, pour différentes raisons. Pour le pouvoir, ou par peur. Ils voulaient être du côté des gagnants tout simplement. Quoi qu'il en soit, mon clan a été attaqué lui-aussi. Par des démons principalement, mais par de nombreux sorciers aussi. Il y a toujours eu une rivalité entre eux et nous, alors je suppose qu'ils ont sauté sur l'occasion. J'y suis allée vous savez. Au front. On voulait me protéger avec les autres enfants, mais je suis allée, j'ai aidé les autres soigneurs à s'occuper des blessés. Au fond, peut-être que si j'étais restée à l'arrière...

Sa voix se s'affaiblit pendant un instant. Elle y avait souvent pensé, à ce qui se serait passé si elle n'avait pas foncé au front. Probablement rien de différent, si ce n'est sa blessure qui ne serait pas présente. Elle se reprit tant bien que mal et poursuit :

- Naturellement, ce qui devait arriver arriva. Un démon s'en ait pris à moi, m'infligeant une blessure qui aurait dû m'être fatale et,...

Toujours devant l'évier, dos à son interlocuteur, elle s’apprêta à ouvrir le dos de sa robe pour dévoiler la cicatrice encore rouge qui lui barrait le bas du dos. Mais elle y renonça, c'était trop dur pour elle. Cette cicatrice qui la faisant encore aujourd'hui souffrir représentait pour elle cette journée, le jour où elle avait tout perdu. Elle se contenta d'évoquer la marque sur un ton léger, malgré un léger tremblement dans sa voix.

- On s'est, disons, occupé de moi. Je vous avouerais que dans l'état où j'étais, il m'est difficile de me souvenir avec exactitude ce qu'il s'est passé. On m'a soigné, et amené loin de la bataille. C'est à ce moment-là que ma mère m'a donné son bracelet -l'Elfe se tourna et montra au jeune homme le bracelet fait de plante qui était à son poignet-, juste avant... Avant de partir. Lorsque je me suis réveillée, je n'étais plus au même endroit, plus sur la même planète. J'étais sur votre chère Terre, monsieur Anderson. Vous savez, nous les Efles, nous savons nous adapter à toutes les situations. C'est ce que j'ai fait. Je n'avais pas vraiment d'autres choix en fait. Alors je me suis faite passer pour une humaine de tout ce qu'il y a de plus normale. J'avais beau n'être qu'une enfant pour mon espèce, chez eux j'étais déjà presque une adulte. J'ai vécu ainsi longtemps, me fondant dans cette masse qui m'était totalement inconnu, me demandant pourquoi...

Pourquoi ses parents l'avaient abandonné, c'était la fin de sa phrase. Mais elle ne pouvait pas le dire, elle serait totalement ridicule. Elle sourit alors avant de venir rejoindre le jeune sorcier sur le canapé.

- Et puis un jour j'ai appris qu'il existait Edora. Bloody Moon avait été détruit par la guerre et les survivant avait reconstruit la planète qui s'appelait dorénavant Edora. Alors, j'y suis venue, et j'ai dû me reconstruire une vie ici. Je ne m'étais jamais accoutumée de la technologie qu'il y avait sur Terre et je ne le ferais pas plus ici. Mais au moins, les gens que je rencontre sont comme moi, ou du moins ils sont aussi différents que moi. Personne ne sera choqué de voir quelqu'un utiliser la magie, voler dans le ciel... Ou avoir un membre fait de métal par exemple.

Elle regarda le blondinet avec un sourire amusé et se leva pour s'approcher de la fenêtre.

- C'est différent de mon village sur Bloody Moon, mais pour le moment, je peux pas m'en rapprocher plus... Mais vous verrez, c'est très facile de s’intégrer ici et vous qui êtes curieux, vous allez pouvoir acquérir de nouvelles connaissances pour compléter votre panoplie !

Ella se retourna face à son invité, lui affichant un sourire radieux, et s'adossa sur le rebord de la fenêtre, balançant sa longue chevelure blonde dans son dos.

- Et d'ailleurs, si vous le permettez, je serais ravie d'être votre guide pour votre quête de connaissances !





5 pages Word, 3 000 mots... Bonjours j'écris un roman ! Je vais me pendre je reviens ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je veux toucher tes oreilles ! [PV Ella]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Taymans, Carin et Simon : Ella Mahé
» [JEU] G- CAVER : Déplace la balle sans toucher les murs [Gratuit]
» Je veux changer mon pseudo
» Hello, pour mon retour, je veux rire !!!
» Pour ne pas avoir froid aux oreilles ....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La renaissance d'une planète :: Hors Rôle Play :: Allez HOP POUBELLE-
Sauter vers: