La renaissance d'une planète

Edora, une planète qui sert de refuge pour les êtres surnaturels, détruite par une guerre et qui renaît aujourd'hui de ses cendres...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Enlèvement [PV Dimma/Lev]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Lun 23 Juin - 23:16


L’eau était parfaite ce soir. J’avais laissé mes vêtements sur le port, comme d’habitude, à la différence près que mon téléphone portable se trouvait chez Lev.

J’avais eu de la chance la dernière fois, mais qui sait sur qui j’aurais pu tomber… En tout cas, si je trouvais quelqu’un sur le port, je pourrais laisser mes vêtements sur place et rester sous l’eau où j’étais plus en sécurité.

J’y étais seule. Etrange pour une ville peuplée de créatures surnaturelles, mais pas désagréable.

J’avais toujours la baignoire de Lev, qui était plus sûre que l’océan, mais j’avais besoin d’espace. De me maintenir en forme en nageant et de me vider la tête ainsi.

Je réfléchissais mieux sous l’eau, isolée de tous.

Oh, bien sûr, je ne pouvais pas faire les comptes de l’entreprise ni consulter certains dossiers, mais ça me permettait de me concentrer sur ce qu’il y avait autours. J’avais déjà bouclé quelques contrats et Edorian Security commençait à devenir célèbre.

En même temps… avec ma capacité à repérer les bons employés… Il n’y avait presque pas besoin de les mettre à niveau !

C’était parfait.

Un sourire satisfait se dessina sur mes lèvres alors que je donnais un coup de nageoire pour me rapprocher du port.

Il était temps de rentrer.

Je n’eus pas le temps de remonter qu’un… filet (?!) tomba lourdement derrière moi et m’emprisonna avant même que je puisse réagir. Poussant un cri de surprise et d’affolement, je me débattis de toutes mes forces pour me libérer.

Quelqu’un pouvait-il pêcher à une heure pareille ? Non, pas aussi près du bord avec un filet !

C’était intentionnel ! C’était…

On me fit remonter lentement et j’agrippai les cordages pour me stabiliser, repliant ma nageoire devant moi.

…C’était les hommes de Vinur/Dimma ! Je les reconnaissais !

- Vous n’avez pas le droit ! Pestais-je. Laissez-moi partir !

Ballotée à chaque pas qu’ils faisaient, je tentai de repérer l’elfe, mais il n’était pas présent.

Les cordes étaient trop imbibées d’eau pour que je me transforme et il n’y avait aucun moyen de m’échapper. J’étais totalement démunie, sous ma forme aquatique ( !!), et le fait que Vinur/Dimma ait choisi de me pêcher comme un vulgaire poisson plutôt que de m’appeler pour me donner rendez-vous, ou même venir tout simplement, m’inquiétait énormément. Me paniquait même.

Qu’avait-il prévu ?!

On me porta jusqu’à un camion dont le dessus s’ouvrit tandis qu’on me jetait dedans. Je découvris avec surprise qu’il était rempli d’eau.

J’étais à nouveau libre de mes mouvements mais, déjà, le camion se refermait. Hurlant au secours, je tapai contre les parois métalliques, déclenchant frénétiquement mon sonar à la recherche d’une faille dans ma prison.

Le moteur du camion faisait vibrer l’eau et je me calmai, réfléchissant à une stratégie.

En m’enlevant, l’elfe comptait sans doute sur la peur, la panique que cela produirait chez moi. Je ne devais pas lui laisser ce loisir.

Enfin, le camion s’arrêta et le plafond s’ouvrit de nouveau. Les bords étaient trop hauts pour que je puisse m’échapper, bien sûr. Une passerelle surplombait le camion et, dessus se tenait, Vinur. Enfin, Dimma. Enfin… Je n’en sais rien en fait.

Remontant à la surface, je toisai l’elfe, sûre de moi (c’est l’image que je voulais donner de moi, bien sûr) :

- Un coup de téléphone aurait largement suffit, vous savez ?   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Mar 24 Juin - 10:32

Dimma était très embêté. Depuis qu'il avait appris que son associée, Symphonie, avait monté sa propre entreprise de services de sécurité, il était dévasté. Bon, c'était peut-être exagérer que de dire cela... Mais il était en tout cas contrarié.

Pour dire vrai, il ne s'était pas attendu à une décision aussi irréfléchie et spontanée de sa part. Il la pensait plus calme et machiavélique, mais il avait apparemment eu tort.

D'un autre côté, il fallait voir cet évènement sous un autre angle, un angle plus juteux. Cette entreprise, cette Edorian Security, pouvait lui servir d'antenne pour recruter davantage d'hommes de main et imposer sa loi de façon plus... légale. Le tout était d'en parler à Symphonie et de la convaincre que c'était mieux pour elle d'accepter ce partenariat.

Dimma l'avait fait suivre et avait envoyé ses hommes la récupérer... Ils ne devraient plus tarder à arriver. Il attendait tranquillement dans les bureaux d'un entrepôt, en train de déguster une tasse de rooibos. Il entendit alors la grande porte de tôle automatique s'élever, puis le bruit du moteur du camion. L'Elfe termina de boire sa tasse, puis se rendit sur la passerelle qui surplombait tout l'entrepôt.

Lentement, il arriva au centre du chemin de fer, et s'appuya sur la rambarde alors que le toit du camion s'ouvrait, et révélait Symphonie, nue, immergée dans une piscine. La sirène monta jusqu'à la surface et interpella l'Elfe génocidaire :

— Un coup de téléphone aurait largement suffit, vous savez ?
— Vous savez tout autant que moi que j'aime le théâtral et le dramatique.

L'un de ses hommes de main lui donna une télécommande, et il appuya sur un bouton. Aussitôt, une grille fut déposée sur le bassin, tandis que les parois de la remorque se déplièrent et s'écartèrent, révélant que la piscine dans laquelle se trouvait la sirène était transparente, et que des dizaines de caméras étaient en train de la filmer.

Dimma bondit par-dessus la passerelle et atterrit sur le camion, contemplant la sirène depuis sa position de force.

— Alors que nous parlons, mon amie, les images de votre corps nu et cartilagineux sont enregistrées dans ces caméras et envoyées à un ordinateur central, qui stockent absolument toutes les informations de grande valeur. Malheureusement, mon équipe technique m'a informé qu'il avait tendance à mal fonctionner et qu'il lui arrivait même de propager des nouvelles sur le réseau public...

Il posa la main sur la bouche de son masque, choqué.

— Je n'ose imaginer ce qui vous arriverait si ces informations passaient sous les yeux de collectionneurs avides. Vous n'êtes pas sans savoir que les sirènes valent une fortune sur le marché noir.

Il s'accroupit et rangea la télécommande dans sa botte.

— À vrai dire, je ne sais plus quoi faire avec vous, mon amie. Vous me voyez là dans un état de désespoir. Je suis démuni. Je suis totalement démuni face à vous. Je fais en sorte que vous obteniez tout ce que vous désirez, je vous laisse vous faire engrosser par un loup-garou teigneux, et vous me remerciez de cette façon ? Vraiment, je suis très embêté. J'avais d'immenses projets pour vous, mais vous persistez à agir sottement...

Il soupira et se redressa. Il était temps d'aborder la partie délicate.

— Je ne vais pas y aller par quatre chemins, vous savez déjà ce que je veux. Je sais que vous avez démarré votre petite entreprise, et je veux en être. Je veux 20% des bénéfices.
Revenir en haut Aller en bas
Lev Konstantin
Admin
avatar

Messages : 771
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 24
Localisation : aaaaah AH

Feuille de personnage
Métier: je bosse pour un mec masqué plutôt bizarre....
Relations:

MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Dim 29 Juin - 14:21

Quoi qu'on fasse les choses changes, elles changent un peu trop subitement à mon goût, ma première et réel petite amie avec un amour sincère: Symphonie. N'est plus vraiment la femme douce et gentil que je me suis imaginer. Ma conversation avec l'elfe dans la salle des sports ne m'a pas mis de doute. Non, c'est notre première dispute à cause d'une saleté d'espionne. D'ailleurs celle-là si je la retrouve... Elle va payé très cher. Je n'ai jamais vraiment eu de petite amie, mais plutôt des plan cul pour assouvir mes envies. Je ne suis donc pas conscient qu'il soit normal que je me dispute au moins une fois avec la femme que j'aime.

Mais j'ai beau ne pas faire confiance à cette elfe elle est tout de même parvenue à me mettre dans le doute. Car quelque un de ses dires était justifié. Comme la fois ou elle est rentré de sa baignade au port, et qu'elle puait le métal et la clope alors qu'elle ne fume pas. Elle est souvent dehors, et on ne discute pas autant que je ne le pensais au vu de ses dires pendant notre dispute.

Beaucoup de question s'entrechoque sans réponse étant cette fois incapable de réfléchir malgré la volontés qui pour une fois y était. Je ne comprenais plus rien. C'est ça l'amour? Une torture de confusion et d'inquiétude pour une personne qui n'a pas le même sang que nous? Alors que j'envisageais de rentrer chez Andro' pour cette nuit histoire de la laisser seule. Je passe devant le port et regarde l'heure. Habituellement c'est a cette heure la qu'elle sort de l'eau du port pour rentrer. Je devrais en profiter pour la raccompagner et m'excuser... Faut dire que j'ai plutôt abuser dans cette dispute.

Alors que je me dirige prudemment vers le port afin de ne pas surprendre Symphonie sous sa forme sirène. C'est une surprise des plus désagréable que j'aperçois lorsque j'arrive à destination. Des hommes emportant la jeune femme avec un filet dans un camion qui au moment où je vous ''parle'' est en train de démarrer. Sans plus attendre je cours vers se camion pour m'y accrocher et tente de contenir ma rage pour arriver au repère et de tout les défoncer ensuite. Ils vont payer tous très cher pour ce geste, surtout la personne qui organise tout ça et ceux qui on accepté.

Une fois arrivé dans un... Entrepôt je descend du camion et tentant d'être pour une fois réfléchis, je ne me montre pas de suite préférant d'abord repérer l'ennemie numéro 1. Mais la surprise de la découverte de celui que je voulais de base massacrer est encore plus désagréable que l'enlèvement lui même.

- Un coup de téléphone aurait largement suffit, vous savez ?

— Vous savez tout autant que moi que j'aime le théâtral et le dramatique.

Mon propre patron. Mais bordel de merde pourquoi?! Il est évident que si je lui casse la gueule pour cet enlèvement je vais me faire virer et me retrouver encore sans emploi. Quoi que quand on voit le patron se ne serais pas une grande perte, plus on avance et plus cet elfe de malheurs m'agace. Non m'énerve. Non me désespère. Non... Me fait littéralement péter un câble.

— Alors que nous parlons, mon amie, les images de votre corps nu et cartilagineux sont enregistrées dans ces caméras et envoyées à un ordinateur central, qui stockent absolument toutes les informations de grande valeur. Malheureusement, mon équipe technique m'a informé qu'il avait tendance à mal fonctionner et qu'il lui arrivait même de propager des nouvelles sur le réseau public...

J'ouvre grand les yeux et serre le poing ne voulant pas regarder la scène par respect pour Symphonie, elle ne veut pas se montrer sous forme de sirène et cette encule non seulement se permet de la regarder ainsi, mais en plus de ça la film?!

— Je n'ose imaginer ce qui vous arriverait si ces informations passaient sous les yeux de collectionneurs avides. Vous n'êtes pas sans savoir que les sirènes valent une fortune sur le marché noir.

…. Ah bon? Ça se vend les sirènes? Il est sérieux là?

— À vrai dire, je ne sais plus quoi faire avec vous, mon amie. Vous me voyez là dans un état de désespoir. Je suis démuni. Je suis totalement démuni face à vous. Je fais en sorte que vous obteniez tout ce que vous désirez, je vous laisse vous faire engrosser par un loup-garou teigneux, et vous me remerciez de cette façon ? Vraiment, je suis très embêté. J'avais d'immenses projets pour vous, mais vous persistez à agir sottement...

….Engrosser.... Par un loup-garou... TEIGNEUX?! C'est qui cette enculer que je le butte! Ah merde oui non c'est moi... HEIN?! Attends... Il... On dirait... On dirait qu'il pense comme l'elfe de la salle des sport... Que Symphonie est une... Adepte de sex avec n'importe qui.... A croire qu'il sait des choses que je ne sais sur elle. Mais attends... Ce ne serait pas lui qui a envoyer cette fille pour me dire ce genre de chose alors? Pourquoi? Et d'où il lui autorise de me fréquenter elle fait ce qu'elle veut bordel de merde!

— Je ne vais pas y aller par quatre chemins, vous savez déjà ce que je veux. Je sais que vous avez démarré votre petite entreprise, et je veux en être. Je veux 20% des bénéfices.

…... Hein?

L'instant et grave ça y est je ne comprends plus rien. De quoi il parle? Il lui réclame de l'argent? Pourquoi? Je le bute de suite? Mh non, on va plutôt détruire les caméras. Mais comment? Raaaaah bordel de merde! JE FAIS QUOI AU FINAL?! Boh et puis merde à la fin je les butes tous et je verrais après. Tant pis pour la suite, mais je ne peux pas mentalement laisser Symphonie dans une situation pareil. Même après ce qu'on a bien pu ce dire il y a quelque heure de ça. Je regarde autour de moi parvenant de moins en moins à contenir ma colère.

C'est alors que par la rage qui ne parviens plus a contenir j'agis enfin le regard noir écarquillé comme deux boules de billard. Un homme commence à essayer de faire le malin. D'une main je le soulève et le fait tomber sur les autres hommes qui se précipite sur moi. Une fois tous au sol en poussant un hurlement j'arrache la portière d'un voiture et les écrases un par un jusqu'à ce qu'il perde connaissance (en gros un seul coup ça suffit). Une fois tout les hommes assommées je fixe mon regard froid et menaçant vers l'elfe. Je grince des dents n'osant toujours pas regarder Symphonie pour parler d'un ton froid et menaçant à mon supérieur.

« Relâche la... De suite. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://edora-planet.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Dim 29 Juin - 14:52

— Vous savez tout autant que moi que j'aime le théâtral et le dramatique.

Il appuya sur une petite télécommande et les parois du camion s’écartèrent, révélant des vitres transparentes. J’étais. Dans. Un. Aquarium. Géant.

Et…

Oh horreur !

… J’étais filmée !!

Une grille se posa par-dessus l’aquarium et l’elfe sauta dessus.

— Alors que nous parlons, mon amie, les images de votre corps nu et cartilagineux sont enregistrées dans ces caméras et envoyées à un ordinateur central, qui stockent absolument toutes les informations de grande valeur. Malheureusement, mon équipe technique m'a informé qu'il avait tendance à mal fonctionner et qu'il lui arrivait même de propager des nouvelles sur le réseau public...

Je le fusillai du regard, contenant tant bien que mal la panique qui reprenait doucement le dessus.

— Je n'ose imaginer ce qui vous arriverait si ces informations passaient sous les yeux de collectionneurs avides. Vous n'êtes pas sans savoir que les sirènes valent une fortune sur le marché noir.

Il… Il n’oserait pas ?!

Je me crispai et inspirai un grand coup.

Ne pas céder. Surtout, ne pas lui montrer que ses menaces avaient de l’effet.

— À vrai dire, je ne sais plus quoi faire avec vous, mon amie. Vous me voyez là dans un état de désespoir. Je suis démuni. Je suis totalement démuni face à vous. Je fais en sorte que vous obteniez tout ce que vous désirez, je vous laisse vous faire engrosser par un loup-garou teigneux, et vous me remerciez de cette façon ? Vraiment, je suis très embêté. J'avais d'immenses projets pour vous, mais vous persistez à agir sottement...


Engrosser ?!

Ah mais il ne se gênait même plus pour m’insulter ouvertement là !

Je réfléchissais à toute vitesse.

Ces caméras étaient un véritable fléau. Non seulement elles représentaient une menace visuelle, une véritable attaque à ma pudeur, mais en plus, il y avait un risque pour qu’elles enregistrent notre conversation. Il fallait que je fasse très attention à ce que je disais.

— Je ne vais pas y aller par quatre chemins, vous savez déjà ce que je veux. Je sais que vous avez démarré votre petite entreprise, et je veux en être. Je veux 20% des bénéfices.


- Je ne pense pas non. Vous n’avez, en aucun cas, fait en sorte que j’aie ce que je désirais. Vous n’avez pas respecté notre contrat. J’ai vu ce tueur au tribunal. C’est en partie pour cela que j’ai créé cette entreprise, puisque vous n’êtes pas capable de tenir une promesse et de protéger quelqu’un d’un assassin, autant m’en charger moi-même.

Je tournais autours de lui, histoire d’éviter de rester là, sous lui, comme une parfaite victime qu’il dominait de toute sa hauteur.

- De plus, cette façon d’agir est une insulte à votre intelligence, c’est du racket pur et simple, digne d’une vulgaire petite frappe. Vous m’enfermez et me menacez, moi, une faible petite sirène alors qu’en temps normal, vous avez déjà un avantage physique certain, et je sais parfaitement que le seul que j'aie, je désignai mon physique d’un mouvement de la main, n’a aucun effet sur vous. Alors…  Vous ais-je fait si peur que cela en créant cette entreprise ? Moi qui vous croyais grand tacticien, c’est plutôt décevant, je dois avouer.

Parler ainsi m’aidait à retrouver mon calme. Du moins à le feindre. Et heureusement qu’il ne pouvait pas entendre les battements de mon cœur qui me trahiraient immédiatement.

Je rajoutais enfin :

- Et revoyez votre vocabulaire. Le verbe engrosser, en plus d’être extrêmement insultant, inclut le fait que sois enceinte, hors, si c’était le cas, je serais la première au courant. A vous entendre on pourrait croire que vous êtes jaloux de Lev...

Et puis je prenais mes précautions ! Comment croyez-vous qu’en vingt ans je ne sois pas tombée une seule fois enceinte avec la vie que je menais !

J’ouvris la bouche pour ajouter autre chose quand un vacarme attira mon attention plus bas. Je baissai les yeux et ne pus contenir un soupir de soulagement.

Lev était là !

Je plongeais pour me mettre le plus possible à sa hauteur et posai mes mains sur les parois de verre.
Il ne m’accorda pas un regard, comme gêné.

Qu’est-ce qu’il se passait ? Pourquoi il ne me regardait pas ?

« Relâche la... De suite. »

Je tapais contre la vitre pour attirer son attention, laissant tomber la prudence pour céder à la peur qui me tenaillait depuis le début.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Dim 6 Juil - 11:13

— Je ne pense pas non. Vous n’avez, en aucun cas, fait en sorte que j’aie ce que je désirais.

Ah ? Et comment cela ?

— Vous n’avez pas respecté notre contrat. J’ai vu ce tueur au tribunal.

Qui, Reiji ? Tout le monde l'a vu. C'était une piètre prestation, d'ailleurs.

— C’est en partie pour cela que j’ai créé cette entreprise, puisque vous n’êtes pas capable de tenir une promesse et de protéger quelqu’un d’un assassin, autant m’en charger moi-même.

Évidemment, Dimma lui avait effacé la mémoire. Leur avait effacé la mémoire. Il avait supprimé Symphonie des souvenirs de Reiji, mais avait aussi supprimé cette capacité des souvenirs de Symphonie. Pour éviter qu'elle n'en abuse.

Elle se voulait agressive, ce qui était naturel, mais elle s'agitait dans l'eau plutôt que de demeurer statique. Signe qu'elle n'était pas sereine. À juste titre.

— De plus, cette façon d’agir est une insulte à votre intelligence, c’est du racket pur et simple, digne d’une vulgaire petite frappe.

En effet. Très justement vu. Alors si c'était une insulte à sa propre intelligence, elle aurait dû vite comprendre que ce n'était qu'une fébrile façade pour obtenir ce qu'il désirait plus ardemment.

— Vous m’enfermez et me menacez, moi, une faible petite sirène alors qu’en temps normal, vous avez déjà un avantage physique certain, et je sais parfaitement que le seul que j'aie n’a aucun effet sur vous.

Elle possédait plus que son corps, elle avait une intelligence aiguisée et une pensée très mécanique. Les êtres de métal étaient toujours plus dangereux que ceux qui avaient un coeur.

— Alors…  Vous ais-je fait si peur que cela en créant cette entreprise ? Moi qui vous croyais grand tacticien, c’est plutôt décevant, je dois avouer.

Malheureusement elle était plus bavarde que réfléchie. C'était un défaut à éliminer. Mais une fois fait, elle pourrait devenir une sorte de Dimma II.

— Et revoyez votre vocabulaire. Le verbe engrosser, en plus d’être extrêmement insultant, inclut le fait que je sois enceinte, hors, si c’était le cas, je serais la première au courant. A vous entendre on pourrait croire que vous êtes jaloux de Lev...

Elle revenait sur ce terme. Cela l'avait plus déstabilisée que ce qu'il ne l'avait calculé.

Soudain, le camion s'ébranla. Dimma manqua de tomber mais reprit rapidement son équilibre, et regarda ce qu'il se passait.

Lev Konstantin, voilà ce qu'il se passait. Le loup-garou était arrivé, sûrement par magie, dans l'entrepôt, avait arraché une portière du semi-remorque, et s'en servait pour abattre les hommes de la Kabbale un par un.

Il en eut rapidement fini, et se tourna vers Symphonie... pour s'en détourner aussitôt. Pourquoi ? Craignait-il sa fureur s'il la voyait dans son état semi-pisciforme ?

Lev s'adressa alors à Dimma.

— Relâche la... De suite.

— Quand on parle du loup... Je ne t'attendais pas si tôt, Lev !

Dimma bondit de son perchoir et atterrit juste devant le loup-garou.

— Vous avez raison ! s'exclama l'Elfe à l'attention de la sirène. Je crois en effet qu'il y a de la jalousie dans l'air !

Il leva la main, et grâce à ses pouvoirs, s'empara de la portière et en asséna un coup formidable sur le crâne du loup-garou. Puis un deuxième. Puis un troisième. Puis il la jeta sur Lev, l’expédiant ainsi loin de lui et de Symphonie.

—Je suis blessé par votre insolence, mon amie… poursuivit-il à l’égard de Symphonie comme si rien ne venait de se produire. Je vais donc rafraichir un peu votre mémoire que j’avais si facilement effacée. Comme vous venez d’en voir la démonstration, je suis un Elfe de métal, de feu et d’électricité. Pour faire simple, le cerveau et le système nerveux ne sont que des amas d’électricité, et une seule impulsion bien placée peut suffire à vous priver définitivement d’un sens ou d’une faculté.

Il claqua des doigts et, subitement, un mur s’effondra avec fracas. Jorge le Razoran mexicain apparut dans l’ouverture nouvellement crée, et se rua sur Lev Konstantin. Cela serait un adversaire de taille pour le loup-garou, d’autant que Dimma n’était pas encore prêt à l’affronter. Il avait eu l’avantage de la surprise, et cela se reproduirait, car il se savait mille fois plus intelligent que Lev, mais en termes de force brute, ce dernier l’emportait haut la main.

Il fit léviter le poignard de Reiji hors de son fourreau, et le fit crisser contre la plaque de verre.

— Je vous ai effacée de la mémoire du démon. Vous. Et Lev aussi. Et j’ai pris soin d’occulter de votre esprit la connaissance de ma… capacité. Par mesure de sécurité, je suppose que nous nous comprenons. Vous auriez procédé comme moi car, après tout, nous sommes très similaires.

Dimma fit voler la dague jusqu’à lui, et la rangea.

— Aujourd’hui, je vais laisser votre cerveau enregistrer tout ce que j’ai dit. Je pense que c’est un marché honnête, par rapport à ce que je vais vous demander. Vous êtes trop maligne et retorse pour être contrôlée. Un partenariat semble désormais plus approprié à votre personnalité. Et puis, votre dette est toujours d’actualité. Maintenant je vous prierai de bien vouloir calmer votre chien de garde. Ses débordements pourraient vous être préjudiciables, hélas.

Lev était trop furieux pour se faire amadouer de la sorte. Il allait forcément s’en prendre à Dimma, et c’était exactement ce que l’Elfe désirait.
Revenir en haut Aller en bas
Lev Konstantin
Admin
avatar

Messages : 771
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 24
Localisation : aaaaah AH

Feuille de personnage
Métier: je bosse pour un mec masqué plutôt bizarre....
Relations:

MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Mer 16 Juil - 12:52

[je me suis permis de faire le razoran, préviens moi si tu n'es pas d'accord ^^]

La colère me fait perdre conscience de beaucoup de dangers mais surtout m'empêche d'écouter attentivement ce qui m'entoure. N'aillant entendu que quelque phrase de ma petite amie et l'elfe je me calme seulement lorsque je lève enfin les yeux vers elle l'apercevant pour la toute première fois sous sa forme réel que je me suis toujours abstenu de regarder pour elle. La voir frapper dans cette aquarium me donne de plus en plus envie d'étrangler mon patron quitte à ce que je perde mon travail. Encore sous l'émotion de cette splendide vue, elle est encore plus belle que je n'osais l'espérer. Mais ses yeux remplis de peur me fait vite retourner vers la réalité et lance mon regard haineux vers Dimma qui prend la parole.

— Quand on parle du loup... Je ne t'attendais pas si tôt, Lev !

Bordel lui un jour je le jure qu'il va prendre cher la mâchoire serré le regard haineux lorsqu'il se pose en face de moi.

— Vous avez raison ! Je crois en effet qu'il y a de la jalousie dans l'air !

Quand je le vois saisir la portière je me tiens prêt. Donc il contrôle le métal hein? Fixant la portière je lève mes bras qui prenne les coups à la place de ma tête les dents serré et me fait expédié plus loin de lui et Symphonie. La distance m'empêche d'écouter ses dires auprès de la sirène mais une chose était sûr pour moi, c'est qu'il n'allait pas s'en sortir comme ça! Et c'est au moment où il sort un poignard qu'il... Frotte on va dire tout seul contre le verre j'en profite pour lui renvoyer violemment la porte vers son visage. Mais au même moment où je lui lance la porte alors que le mur vient d'être ouvert par un Razoran. Aillant porté mon attention seulement sur l'elfe.

Je me prends le Razoran brutalement pour me faire écraser contre le mur poussant un crie de rage incontrôlé, je pousse la créature pour le libérer et tombe au sol fixant rageusement l'énorme bête beaucoup, mais vraiment beaucoup plus grande que moi. D'un sourire sadique comprenant bien que je vais enfin pouvoir réellement me défouler comme à l'époque de la guerre. Je saisie la camionnette vide et la balance sur le visage du Razoran et en profite pour foncer droit sur ses genoux de toute mes forces. Déjà que sans trop forcer je soulève des voitures et camion pour les faire voler loin. Donc imaginer si je force. La créature mexicain est automatiquement propulsé contre le mur saisissant de nouveau la camionnette je me met sur lui et détruit le camion et frappant le visage de la bête. Une fois la camionnette en miette je le frappe de mes poings en visage jusqu'à ce que je ne perçois aucune possibilité de mouvement de sa part. Une fois fait je porte le Razoran de mes deux mains et le balance sur Dimma brisant l'aquarium ou se trouvais Symphonie. Obsédé par sa sécurité grâce à ma vitesse je la prend dans mes bras avant qu'elle ne tombe au sol. Je me tourne vers l'elfe avec mes grands yeux couvert de rage le menaçant presque de finir comme le Razoran s'il s'approche de ma petite amie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://edora-planet.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Ven 18 Juil - 14:57



Lev baissa enfin les yeux vers moi et je me collai partiellement contre la paroi, comme si ce contact allait me rapprocher un peu plus de lui.

— Quand on parle du loup... Je ne t'attendais pas si tôt, Lev !

Je fronçais les sourcils et relevai la tête. Il l’attendait ?

Hum. Oui. C’était évident. Lev pouvait retrouver la trace de n’importe qui.

Je devenais paranoïaque.

Un instant j’avais cru que le but de toute cette mise en scène était de l'attirer.

L’elfe bondit de son perchoir et se planta juste devant lui.

— Vous avez raison ! Je crois en effet qu'il y a de la jalousie dans l'air !

Je remontai légèrement pour mieux voir et écarquillai les yeux lorsque la portière du camion s’écrasa sur mon loup plusieurs fois.

Dimma/Vinur l’envoya valser au loin et se tourna vers moi.


—Je suis blessé par votre insolence, mon amie…Je vais donc rafraichir un peu votre mémoire que j’avais si facilement effacée.

Quoi ?! Effacée ?!

Effacée !

Comment ???


- Comme vous venez d’en voir la démonstration, je suis un Elfe de métal, de feu et d’électricité. Pour faire simple, le cerveau et le système nerveux ne sont que des amas d’électricité, et une seule impulsion bien placée peut suffire à vous priver définitivement d’un sens ou d’une faculté.

Ma nageoire battait nerveusement l’eau au fur et à mesure que je prenais conscience du danger qu’il représentait. Non pas que je le pensais inoffensif, loin de là, mais visiblement c’était encore pire que je l’imaginais.

Il faudra que je prenne des dispositions pour contrer ces terribles capacités.

Et ce monstre qui se jetait sur Lev aussi.

L’elfe fit crisser la lame du poignard sur le verre de ma prison et je fis un effort monumental pour ne pas lui montrer à quel point ce son m’était désagréable sous l’eau.


— Je vous ai effacée de la mémoire du démon. Vous. Et Lev aussi. Et j’ai pris soin d’occulter de votre esprit la connaissance de ma… capacité. Par mesure de sécurité, je suppose que nous nous comprenons. Vous auriez procédé comme moi car, après tout, nous sommes très similaires.

Je me fermai. Au fond… il avait raison. J’aurais fait la même chose.

C’était quelque peu déroutant.


— Aujourd’hui, je vais laisser votre cerveau enregistrer tout ce que j’ai dit. Je pense que c’est un marché honnête, par rapport à ce que je vais vous demander. Vous êtes trop maligne et retorse pour être contrôlée. Un partenariat semble désormais plus approprié à votre personnalité. Et puis, votre dette est toujours d’actualité. Maintenant je vous prierai de bien vouloir calmer votre chien de garde. Ses débordements pourraient vous être préjudiciables, hélas.

Il me flattait pour me faire accepter son marché... Je n’aimais pas cette situation.

Enfin, elle était toujours préférable à la menace…

Je regardai Lev se battre et vaincre la créature qui l’attaquait, incapable de prononcer le moindre mot sous l’eau.

Il la souleva et la jeta sur l’elfe. Je me reculai lorsque leur chute brisa mon aquarium et me retrouvai aspirée à l’extérieur.

Ce n’était pas bon pour moi ça ! J’étais libre, certes, mais j’allais m’empaler sur les bouts de verre dans ma chute !

Deux bras puissants me retinrent à temps et je me blottis contre Lev alors qu’un torrent d’eau se déversait sur nous. Une fois l’aquarium vide, ma nageoire se scinda en deux jambes partiellement recouvertes d’écailles argentées.

Soulagée, je le serai contre moi.

Dimma/Vinur devait toujours se trouver écrasé sous son monstre, mais je savais que nous n’en avions pas fini avec lui. C’est toujours ceux qu’on veut tuer qui sont les plus coriaces. J’en savais quelque chose.

Tiraillée entre l’envie de déguerpir et celle d’en finir une bonne fois pour toute avec l’elfe et sa fichu dette, je jetai par-dessus mes épaules les mèches de cheveux qui me barraient le visage.

Si je partais avant d’avoir réglé cette affaire, je risquais de me faire enlever de nouveau. Et d’une manière pire encore.

Soupirant, je me résignai. J’étais nue et sans défenses, mais le contact de Lev me rassurait.

- Que voulez-vous vraiment ? Demandais-je à l’elfe.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Jeu 24 Juil - 19:36

Soudain, passant juste devant lui en vol plané, Jorge le Razoran mexicain percuta la prison de verre. Le temps s'arrêta net pour Dimma. À ses yeux, le monstre s'encastrait dans la paroi, les éclats se fissuraient et se détachaient, l'eau filtrait, et lui contemplait ce spectacle, impuissant. Les poings serrés, les mâchoires crispées, les muscles contractés, il regardait avec effroi sa machination s'effondrer. Il pensait que Lev allait s'attaquer directement à lui, pas au bocal qui retenait Symphonie prisonnière. Qui aurait libéré la princesse alors que le dragon était encore vivant ? Lev, apparemment.

Et lui, que pouvait-il faire pour empêcher cela ? Rien. Ses pouvoirs ne lui permettaient pas de retenir Symphonie dans l’eau, ni de retenir l’eau. Il avait beau avoir développé ses capacités jusqu’à les utiliser par simple réflexe, cela, il ne pouvait l’arrêter ni le réparer. La seule chose qu’il était en mesure, et en droit, de faire, était de manifester son incrédulité et son déni par un murmure :

— Non…

Et le temps reprit son cours.

Le Razoran détruisit la vitre, et le torrent se déversa, l’emportant dans l’autre sens et submergeant Dimma. L’Elfe et son chien de garde furent jetés l’un contre l’autre et aplatis par la formidable puissance de l’eau. Perdant ses repères, Dimma chercha instinctivement à rejoindre la surface, mais le corps désarticulé du Razoran l’en empêcha et l’écrasa complètement.

Cette situation de panique n’avait duré qu’une seconde, peut-être moins, mais cela avait amplement suffi pour déstabiliser Dimma. Il était étendu sur Jorge comme un vulgaire pantin brisé sur un récif.

L’Elfe était nauséeux, son cerveau rebondissait contre toutes les parois de son crâne. Il n’entendait plus rien, ne voyait plus rien, ne sentait plus rien. Son corps se reconstruisait, comme il l’avait toujours fait à chaque blessure. Dimma allait en subir les conséquences pour les semaines à venir… Ses os se ressoudèrent, ses muscles se remirent en place, et ses plaies se refermèrent.

Lentement, il se redressa, récupérant petit à petit ses sens et ses esprits. Il se fit glisser du corps du Razoran et se laissa tomber sur ses pieds bottés. Il fit quelques pas, titubant, la main sur le visage. Il l’ôta, et remarqua que des morceaux de son masque reposaient dans sa paume. Il les jeta rageusement dans la large flaque d’eau et avança à nouveau.

Lev portait Symphonie dans ses bras. Tous deux vierges de blessures. Le loup-garou allait amèrement regretter ce qu’il avait fait. Dimma écrasa l’un des éclats de verre pour attirer leur attention et s’avança encore vers eux.

— Que voulez-vous vraiment ? lui demanda Symphonie.

— Ce que je veux ? répéta Dimma.

Ses vêtements étaient pleins d’eau. Lourds, encombrants. L’Elfe déplia et replia les doigts frénétiquement, puis il rabaissa son capuchon sur ses épaules, dégrafa sa tunique, et la laissa choir dans la flaque. En-dessous, il portait une armure souple de couleur noire.

— Je veux tout, Symphonie. Je veux tout brûler, je veux anéantir chaque petite parcelle de ce monde, je veux oblitérer chaque être vivant. Je veux… tout.

Sur ces mots, il leva les bras, et arracha du plafond les câbles électriques qui alimentaient le bâtiment. Les lumières s’éteignirent soudain et la seule lueur qui persista fut celle des étincelles. Il plongea alors tous les fils dénudés dans l’eau, juste aux pieds de Lev, et le foudroya sur place. Il savait que cela allait affecter la sirène, mais de toute façon elle aurait dû passer par ce teste à un moment ou à un autre. Si elle survivait, elle allait s’avérer bien plus utile qu’il ne l’avait anticipé. Autrement… tant pis. Le générateur auxiliaire se mit en marche et les lumières revinrent à la vie.

Cependant, Dimma ne comptait pas en rester là. Il arracha deux barreaux de la grille qu’il avait fait apposer plus tôt sur l’aquarium, et les planta profondément entre les omoplates du loup-garou, transperçant ainsi son corps de part en part. Puis il lui expédia un coup de pied chassé dans la colonne vertébrale, le faisant chuter par terre. Grâce à ses pouvoirs, il le releva dans les airs.

—Tu me fais peine, Lev Konstantin.

Tout en parlant, il faisait remuer les barres de métal afin d’infliger le maximum de douleur à son adversaire.

— Le monde bouge sans arrêt autour de toi, et toi, tu es là à simplement regarder de façon hagarde. Tu ne comprends rien, tu ne saisis rien, tu t’en tiens seulement au peu que tu connais.

Il le projeta contre le sol à nouveau, puis contre le plafond, ensuite contre un mur.

— Je t’envierais presque.

Il le rapprocha de lui.

— Dis-moi, chien-chien. Est-ce que tu penses que ta maman, ta vraie maman, serait fière de ce que tu es devenue ? Hein ? Je crois plutôt que tu ne serais qu’une déception de plus pour elle… Tu ne t’es jamais demandé qui avaient envoyé les vampires saccager ton village, dévorer ton petit papa et tuer ta petite maman ? Tu n’as jamais compris par quel hasard tu es tombé sur Andromeda ? Non ? C’est normal. Tu n’as jamais rien compris.

Il l’expédia à travers à travers l’une des lucarnes, et l’envoya fuser jusque dans l’océan. Bien sûr, l'animal serait de retour dans peu de temps, mais c'était juste le temps qu'il jugeait nécessaire pour faire ce qu'il avait à faire. Il tendit sa main à Symphonie, tandis que d'autres morceaux de son masque voletait à la surface de l'eau.

— Vous venez de prouver que vous étiez capable de me servir pour encore longtemps, mon amie. Ne faites pas cette tête, réjouissez-vous, vous êtes encore en vie. À vous d'en faire bon usage. Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Lev Konstantin
Admin
avatar

Messages : 771
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 24
Localisation : aaaaah AH

Feuille de personnage
Métier: je bosse pour un mec masqué plutôt bizarre....
Relations:

MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Ven 25 Juil - 23:05

Avoir Symphonie dans mes bras et hors de cet aquarium me rassure. Pour la première fois ma priorité n'est pas de buter celui qui est l'objet de ma colère. Non ma priorité est la sécurité de celle que j'aime, et dans ce bocal elle ne l'était pas. Je tente en vain de contenir ma colère par le fait que l'elfe se relève. Heureusement, je sentie plus Symphonie se serrer contre moi, ce qui me fait abstenir de faire une...Bêtise. Fixant mon regard haineux sur lui, ne faisant pour une fois pas attention à ma copine nue dans mes bras, celle-ci prend la parole.

— Que voulez-vous vraiment ?

— Ce que je veux ?

On est tous trempé par le fait que j'ai briser la prison de verre de Symphonie mes vêtements me colle à la peau, surtout ma chemise qui ferais presque oublié que j'en ai une à cause de l'eau. Mais je ne bouge pas, mon patron, enfin futur ex patron enlève sa tunique, sans doute par le poids du vêtement imprégné d'eau.

— Je veux tout, Symphonie. Je veux tout brûler, je veux anéantir chaque petite parcelle de ce monde, je veux oblitérer chaque être vivant. Je veux… tout.

Je fronce les sourcils la gardant dans mes bras. Il m'aurait donc embauché dans le seul but de tuer tout le monde? Mais il est cinglé? Il est fou! Il est con! Il est... Bordel pourquoi est-ce que je n'avais pas su ça plus tôt?! Mais ce qui me fait froncé un peu plus froncé les sourcils est ce qui va suivre.

Des câbles électriques défoncent le plafond comme contrôlé par une magie qui vient très certainement de Dimma.  Le noir complet ne laisse visible que mes yeux mais surtout les étincelles d'électricité. C'est alors que je fais vite le lien, l'eau les câbles... Il veut nous griller comme de la viande. J'y survivrai mais Symphonie c'est moins sûr. Mais bordel je ne vois rien! Comment est-ce que je peux l'envoyer sur le camion au sec?! Je sais où il se trouve ce camion, mais elle saura s'y accroché? Je la lance avec sur le Razoran à terre et me prend de suite après un océan d'électricité et m'immobilise et me crispe de partout. Bien trop fier je m'abstiens de crier de douleur, mais on pouvait tout le même voir à ma tête, que je souffre atrocement. J'essaye de tourner la tête vers Symphonie, priant pour qu'elle n'ai rien n'arrivant pour le moment pas à me concentrer sur l'elfe au masque quasi-décomposé.

Et cette faute d'inattention m'aura été fatal. Des bandes de métal me transperce les omoplates ce qui me déchira un crie de douleur que je ne suis pas parvenue à retenir sous l'effet de surprise. Ces barres la m'empêche d'éviter le coup de pied prévisible et lent mais une fois soulevé dans les airs je saisie les barreaux incapable de décroché un mot. La douleur me rend muet sur ce coup la, mais pour le moment peu m'importait. Qu'il se préoccupe de moi, comme ça Symphonie pourra partir saine et sauve.

—Tu me fais peine, Lev Konstantin.

Ma mâchoire se crispe et ma tête de balance en avant refusant d'exprimer oralement ma douleur lorsque les barres de fer remue dans la chair.

— Le monde bouge sans arrêt autour de toi, et toi, tu es là à simplement regarder de façon hagarde. Tu ne comprends rien, tu ne saisis rien, tu t’en tiens seulement au peu que tu connais.

Je me retrouve un coup et violemment au sol, au plafond puis au mur, ce qui évidement accentue la douleur. Ce qu'il me fait c'est de la torture. Pourquoi? Parce que je veux protéger Symphonie? L'empêcher de l'utiliser à sa guise comme un vulgaire instrument?

— Je t’envierais presque.

Une fois devant lui, je ne me gêne pas de lui lancer un regard rempli de haine essoufflé par la torture.

— Dis-moi, chien-chien. Est-ce que tu penses que ta maman, ta vraie maman, serait fière de ce que tu es devenue ? Hein ? Je crois plutôt que tu ne serais qu’une déception de plus pour elle… Tu ne t’es jamais demandé qui avaient envoyé les vampires saccager ton village, dévorer ton petit papa et tuer ta petite maman ? Tu n’as jamais compris par quel hasard tu es tombé sur Andromeda ? Non ? C’est normal. Tu n’as jamais rien compris.

Mon regard de haine se change en de l'incompréhension. Quoi? Mais attend une seconde, les seuls personne vivante à connaître mon passé est Andro' et Symphonie... Comment cette ordure est-il parvenu à en savoir autant?  Attend... Mais toute ces questions... Ce sont des... SOUSENTENDUE! Ce serai lui qui aurait... Je me met à hurler et lui donne un très grand coup de poing au visage avant de me faire éjecter dans l'eau tel qu'un pantin qui obéi au fil qui sont dans le cas présent le métal planté dans mon dos.

Je m'enfonce peu à peu dans l'eau, sans parvenir à bouger. Des visions de mon passé commence à refaire surface. Des cries, des pleures, de la panique, des morts, des tripes, mes parents, ma promise... Bordel j'avais une promise à cet âge? Puis viens la poursuite, l'attaque, Andromeda, et la mort de ma génitrice. Toute ces horreurs que j'ai toujours tenter de fuir par la colère et l'impulsivité. Mes parents... Mon clan... Que vont-ils pensé de moi s'ils m'auraient vu grandir? Est-ce que j'aurais été à la hauteur de leur espérance? Est-ce que j'ai emprunté un chemin satisfaisant pour eux?

Alors que je m'enfonce peu à peu sans respirer, pensif, immobile je verserai une larme si mon corps serait sur terre. C'est au même moment que mon cœur fait un grand et violent bond. Me faisant crier sous l'eau de douleur tenant pressant mes tympans de mes deux mains me tordant dans tout les sens. La bête que je parviens normalement à retenir facilement, tente de sortir avec la fissure qui s'est formé sur ma coquille. Mon cœur bat de plus en plus vite, j'enlève enfin les barres de fer par impulsion, comme pour tenter de calmer la bête qui est en moi. Il ne faut pas qu'elle sorte, non il ne faut surtout pas qu'elle sorte comme à l'époque de la guerre sur Edora, cette créature tuerai n'importe qui si elle sort. Et plus on la retiens prisonnière et plus elle est puissante quand elle sort. Je tente de reprendre sur moi mes muscles gonfles je me contrôle de moins en moins.

Alors que ma deuxième transformation de mon existence est proche, ne respirant toujours pas sous l'eau. La douleur insupportable de l'eau qui entre dans mes poumons qui ne cesse de se régénéré ravive un souvenir oublié de mes un an....

Petit et plus ignorant encore qu'aujourd'hui, j'avais très vite soif de liberté. A peine j'avais réussis à marcher que je voulais déjà explorer le monde entier. Mon père et ma mère étant chef de clan, était un peu débordé de leur charges, mais chacun d'eux trouvait généralement un moment pour s'occuper de moi. Mais ce jour là étant tout deux occupé, je profitais de leur occupation pour aller jouer les aventuriers en dehors du village près d'un lac. Aussi étrange que ça puisse paraître j'ai souvent été attiré par les profondeurs de l'eau. A croire que je suis tombé amoureux de Symphonie instinctivement par le fait qu'elle est une créature des mers convoité de tout les hommes.

Au bord de se lac je cherchais une chose inconnue, une légende urbaine ou une quelconque chose qui pourrait attiré l'attention de tout le monde que je voulais voir de mes propres yeux. Pour dire vrai je ne me souviens même plus de la raison pour laquelle j'avais décider de me rapprocher du bord. Et bien entendue je tombe dans l'eau. M'enfonçant très vite dans les profondeur du lac je me débattais en tentais par tout les moyens de remonter. Mais ne sachant que marcher il était évident que la capacité de la natation n'était pas encore dans mes cordes. Mes poumons se remplissaient d'eau comme en se moment même, et le lycan malgré mon age, tentait de sortir pour sauver sa peau. Une douleur atroce pour un môme qui a à peine un an.

Après un long moment de lutte je perdais connaissance, j'étais condamné à rester sous l'eau à me régénéré instantanément laissant le lycan sortir peu à peu . Mais un bras agrippe ma veste et me remonte vers l'extérieur. Une fois sortie je tousse et crache toute l'eau avalé et continue à tousser m'étant pour le coup trop habitué à l'eau dans les bronches.

« Lev bon sang mais qu'est-ce qui t'a pris?! »

J'ouvrais les yeux sur cette voix familière, c'était un homme grand, la peau blanche à presque en croire qu'elle est grise, les cheveux long et châtain avec une barbiche de la même couleur, musclé autoritaire et vétue d'un costume blanc et noir. C'était mon père ,Iosif Wladimir Stanislas Igor chef du clan Kontantin 4eme génération. Son regard jaune perçant étant propre à tout les loup-garou de notre clan calma en un instant mon lycan. Essoufflé je n'osais pas dire un seul mot. Honteux, me rendant compte que j'ai fauté. Le regard dur mon père me forçait de le regarder droit dans les yeux.

« En temps que futur chef de notre clan Lev tu te doit de contrôler ton lycan même quand tu souffres ou que tu es en difficulté! »

« Pardon papa... »

Mon père m'avait pris dans ses bras trempant au passage ses vêtements et me disait.

« L'essentiel mon fils c'est que tu sois en vie, et je te promet que tant que je serais encore là je te sauverai toujours, par n'importe quel moyen. »


À la fin de ses mots je me réveille brusquement, quelqu'un m'avais sortie de l'eau pour partir aussitôt. On pourrait presque croire que cette personne aurait pu être envoyé par Iosif pour me sauver avec les dernières parole dont je me suis souvenue sous l'eau. Mais très vite je repense à ma perle Symphonie. Et la savoir seul avec ce psychopathe m'empêche de remarquer une lueur jaune rassuré de me voir en forme. Avec ma vitesse encore trempé je retourne au hangar me souvenant miraculeusement du chemin. Une fois à l'entré je n'explosais pas de colère comme je l'aurais déjà fait. J'ouvre tranquillement la porte, le regarde froid mais le visage étrangement calme. Le regard de mon père ma définitivement calmé et me fait en se moment même réfléchir à la situation, essayant de trouver une solution pour sortir Symphonie de ce pétrin. Je fixe froidement Dimma le visage calme et quasi-impénétrable prêt à agir en conséquence. Me voir comme ça quand on a l'habitude de me voir exploser, ça peu faire peur. Généralement c'est que quelque chose ne va pas. Je n'ai adressé d'un bref regard auprès de la sirène pour m'assurer que tout aille bien pour elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://edora-planet.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Mar 29 Juil - 12:46

La sirène était allongée sur le corps inerte du Razoran dans une position peu valorisante, il était vrai. Mais au moins était-elle en vie, et cela impressionnait à moitié l’Elfe génocidaire. S’il n’avait pas hésité à électrocuter Lev, c’était en partie pour découvrir si Symphonie possédait des capacités d’anguille, c’est-à-dire savoir si elle était imperméable à l’électricité.

Le destin avait décidé que oui.

Le destin avait décidé que Symphonie survivrait à cette épreuve.

C'était une bonne nouvelle. De toute façon, Dimma n'aurait plus pu repousser ce test indéfiniment. Il tendit sa main à la sirène pour l'aider à descendre du Razoran.

— Vous venez de prouver que vous étiez capable de me servir pour encore longtemps, mon amie. Ne faites pas cette tête, réjouissez-vous, vous êtes encore en vie. À vous d'en faire bon usage. Non ?

Il la prit dans ses bras, et marcha jusqu'à sortir de la flaque d'eau et de débris de verre, puis il la déposa sur ses pieds. Il se plaça ensuite derrière elle, et commença à lui essorer les cheveux.

— Je suis désolé d'avoir traité votre petit ami de la sorte, mais vous saviez tout comme moi qu'à force d'agir sans réfléchir, on finit par tomber sur plus fort que soi. C'est peut-être cela que trouvez d'attachant chez lui, d'ailleurs. Il y a une certaine complémentarité entre vous deux. Vous êtes toute frêle et intelligente, il est costaud et stupide. Vous venez de la mer, lui vient du plus profond de la forêt. On dirait que vous cherchez en lui ce qu'il y a d'absent chez vous.

Il inséra ses doigts dans la chevelure platine de la jeune fille et commença à les dénouer. Lentement, très délicatement.

— Vous vous inquiétez à propos de ce que j'ai dit tout à l'heure, n'est-ce pas ? Ne vous en faites pas. Vous avez le pouvoir que je recherche. Vous ferez partie des rares élus à survivre à la fin du monde. Car justement, je vais avoir besoin de vous pour la suite de mes plans.

Il posa ses pouces sur la nuque de Symphonie et la massa, tout en enserrant sa trachée de ses autres doigts.

— Soyez heureuse, vous allez enfin éponger votre dette. Rien de très compliqué, je vous rassure. Je veux simplement le trésor de la mère de Lev : son oeuf. Rapportez-moi l'oeuf d'Andromeda, intact, et je considérerai alors que nous sommes quittes.

L'Elfe rapprocha alors ses lèvres de l'oreille de la sirène, et conclut sa tirade.

— Ne vous retenez pas. Haïssez-moi. Détestez-moi. Abhorrez-moi. C'est désormais la seule liberté qu'il vous reste.

Dimma leva les yeux, et s'aperçut que Lev était de retour. Il s'écarta de Symphonie et fit six pas, exactement, en direction du loup-garou en ouvrant les bras.

— Eh bien, tu es sacrément persistant, Lev. Ta leçon ne t'a pas suffi ? Tu en veux peut-être une deuxième ?

Surgissant de l'ombre du plafond, Requiem bondit sur le loup-garou, et lui planta deux dagues juste au-dessus des clavicules. Il les retira et le frappa entre les côtes, puis il le souleva et le fit basculer par-dessus lui pour l'écraser au sol, face contre terre. Il fit tournoyer ses dagues, et posa sa botte sur la tête de Lev, le maintenant par terre.

— Je te donne une ultime chance, Lev. Tu es peut-être assez fort pour soulever un camion et le jeter en l'air, mais tu es loin d'être aussi entraîné que moi. Quoi qu'il arrive, je te surclasserai toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Jeu 31 Juil - 13:29

— Ce que je veux ?

L’elfe se débarrassa d’une première couche de vêtements, trempés, avant de continuer :

— Je veux tout, Symphonie. Je veux tout brûler, je veux anéantir chaque petite parcelle de ce monde, je veux oblitérer chaque être vivant. Je veux… tout.


Je sentis Lev se crisper, et, moi-même, je me tendis en fronçant les sourcils.

Quel intérêt de tout brûler quand on désirait tout posséder ?

Quelle était sa logique ?

Au fond, n’était-il pas un peu pessimiste ?

«  Je ne pourrais jamais avoir ce que je veux, alors personne n’aura rien ! »

Etait-ce comme ça qu’il résonnait ?

Déstabilisée par cette réponse, je compris au dernier moment ce que ce dernier était en train de faire.

Lev, par contre, avait anticipé la chose (sans doute l’avantage de ne pas trop réfléchir à chaque phrase de l’autre, contrairement à moi), il me lança en l’air et j’atterris sur la créature qu’il avait affrontée juste avant.

Ça aurait été plutôt une bonne initiative.... si le razoran avait été constitué de matériaux isolants.

A peine entrais-je en contact avec sa peau métallique qu’une vague de courant me parcourut.

Mais rien d’autre.

L’électricité ne fit que courir sur ma peau, provoquant une sensation légèrement désagréable, sans pour autant me blesser.

C’était … inattendu.

Je n’avais jamais été électrocutée (heureusement !) et c’était chose rare dans un océan. Il était donc impossible de savoir à la base si on avait des capacités d’anguille ou non.

C’était mon cas visiblement.

Sinon je serais… Je serais…

Morte.

Bon sang, je n’avais jamais été aussi près de mourir !

Bon sang !

Bon sang !

Tremblant comme une feuille, je restai allongée sur le corps inerte du razoran et laissai quelques larmes de soulagement couler.

Ce fut seulement après quelques longues secondes où je me calmai que je reportai mon attention sur les deux hommes, roulant sur le côté, encore un peu sonnée par… tout.

Dimma/Vinur (quel était l’importance de son nom après tout ?) torturait Lev et le projetai contre le mur à l’aide de barres métalliques qu’il avait planté en lui.

L’elfe était calme, comme à son habitude et Lev…

Mon cœur se serra en le voyant dans cette situation.

Même torturé ainsi, il retenait ses cris.

Qu’est-ce que j’aurais donné pour l’aider, là tout de suite !

Je fermai les yeux et serrai les poings, impuissante.

— Dis-moi, chien-chien. Est-ce que tu penses que ta maman, ta vraie maman, serait fière de ce que tu es devenue ? Hein ?
Continua l’elfe. Je crois plutôt que tu ne serais qu’une déception de plus pour elle… Tu ne t’es jamais demandé qui avaient envoyé les vampires saccager ton village, dévorer ton petit papa et tuer ta petite maman ? Tu n’as jamais compris par quel hasard tu es tombé sur Andromeda ? Non ? C’est normal. Tu n’as jamais rien compris.

Je rouvris les yeux, surprise.

Quoi ? Il avait un lien avec le passé de Lev ?!

C’était…

?!

Je me redressai légèrement et le vit expédier mon petit ami loin avant de se tourner vers moi. La partie inférieure de son masque était en pièces, flottant à quelques centimètres de l’eau.

Il me tendit la main et j’hésitai. Le sol était inondé. Qui dit inondé, dit transformation.

Je n’avais pas envie de ramper dans une marre de verre brisé pour me sortir de l’eau et récupérer mes jambes.

— Vous venez de prouver que vous étiez capable de me servir pour encore longtemps, mon amie. Ne faites pas cette tête, réjouissez-vous, vous êtes encore en vie. À vous d'en faire bon usage. Non ?

Je saisis sa main en serrant les dents.

Ses doigts se refermèrent sur les miens et il m’attira contre lui avant de glisser son autre bras sous mes cuisses pour me soulever.

Visiblement il avait pensé à la même chose que moi.

Une fois hors de l’eau, il me posa par terre et se faufila derrière moi.

Je sentis ses mains essorer mes cheveux tandis qu’il parlait.

— Je suis désolé d'avoir traité votre petit ami de la sorte, mais vous saviez tout comme moi qu'à force d'agir sans réfléchir, on finit par tomber sur plus fort que soi. C'est peut-être cela que trouvez d'attachant chez lui, d'ailleurs. Il y a une certaine complémentarité entre vous deux. Vous êtes toute frêle et intelligente, il est costaud et stupide. Vous venez de la mer, lui vient du plus profond de la forêt. On dirait que vous cherchez en lui ce qu'il y a d'absent chez vous.

Je haussai les épaules.

- Les contraires s’attirent comme on dit.


Ce dialogue totalement décalé par rapport à ce qu’il venait de se passer semblait sorti d’un film de Tarantino. De là à ce qu’il me propose un café…

Ses doigts glissèrent agréablement dans mes cheveux. Ça aurait pu passer pour un geste affectueux, tendre (d’autant plus que j’étais toujours totalement nue), mais je connaissais l’animal, à force. Je n’avais absolument rien à espérer de ce côté-là.

— Vous vous inquiétez à propos de ce que j'ai dit tout à l'heure, n'est-ce pas ? Ne vous en faites pas. Vous avez le pouvoir que je recherche. Vous ferez partie des rares élus à survivre à la fin du monde. Car justement, je vais avoir besoin de vous pour la suite de mes plans.


- Quelle chance j’ai…
Ironisais-je alors que ses mains enserraient délicatement ma gorge, non pour me blesser, mais pour me masser la nuque de ses pouces.

En temps normal, j’aurais retourné ma veste (que je n’ai pas) et rallié son groupe, à défaut de pouvoir m’incruster dans son lit.

Mais ça, c’était en temps normal. Sans Lev…

— Soyez heureuse, vous allez enfin éponger votre dette. Rien de très compliqué, je vous rassure. Je veux simplement le trésor de la mère de Lev : son oeuf. Rapportez-moi l'oeuf d'Andromeda, intact, et je considérerai alors que nous sommes quittes.

Je me raidis et blêmis alors qu’il rapprocha son visage de mon oreille, son souffle chaud me chatouillant alors que sa voix grave et sensuelle concluait :

— Ne vous retenez pas. Haïssez-moi. Détestez-moi. Abhorrez-moi. C'est désormais la seule liberté qu'il vous reste.

Ma mâchoire se crispa et avant même que j’aie le temps de réfléchir à une solution, Lev entra, incroyablement calme.

Dimma se désintéressa de moi pour se rapprocher du loup garou.

— Eh bien, tu es sacrément persistant, Lev. Ta leçon ne t'a pas suffi ? Tu en veux peut-être une deuxième ?

Je laissai échapper un cri de surprise et plaquai aussitôt mes mains sur ma bouche quand un homme masqué tomba du plafond et poignarda Lev plusieurs fois avant de le mettre à terre.

— Je te donne une ultime chance, Lev. Tu es peut-être assez fort pour soulever un camion et le jeter en l'air, mais tu es loin d'être aussi entraîné que moi. Quoi qu'il arrive, je te surclasserai toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Lev Konstantin
Admin
avatar

Messages : 771
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 24
Localisation : aaaaah AH

Feuille de personnage
Métier: je bosse pour un mec masqué plutôt bizarre....
Relations:

MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Ven 1 Aoû - 23:28

— Eh bien, tu es sacrément persistant, Lev. Ta leçon ne t'a pas suffi ? Tu en veux peut-être une deuxième ?

J'ai sentie venir l'intrus au dessus de moi, mais ne l'oublions pas, je me de me prendre une décharge électrique, des barres de fer dans le dos, et une noyade bourré de souvenir dérangeant. Donc j'ai beau avoir sentie l'attaque j'ai seulement eu le temps de lever la tête et de me prendre des dagues dans les épaules sous les cries effrayé de Symphonie encore nue. Je tombe lourdement au sol, tout les plaids causé par les coups de couteaux se referme instantanément et mon expression reste neutre et sans une honse de colère, car en vérité, le chien a cesser d'aboyer maintenant....

— Je te donne une ultime chance, Lev. Tu es peut-être assez fort pour soulever un camion et le jeter en l'air, mais tu es loin d'être aussi entraîné que moi. Quoi qu'il arrive, je te surclasserai toujours.

Il va mordre. Dimma est donc un elfe qui contrôle le métal l'électricité et le feu. Le moyen le plus efficace pour le battre serai donc au corps à corps. Ce n'est qu'une supposition mais à le voir attaquer toujours de loin et a utiliser les autres, ça donne la puce à l'oreille sur le fait qu'il n'est pas au mieux sur les combats rapproché. Mais il n'est pas à exclure qu'il sache bien ce défendre, mais une chose est sûr c'est que lui il ne cicatrise pas et n'a pas ma force.

C'est alors que je saisie la cheville de l'inconnue et le met à terre donnant trois puissant coup de poing au visage au point d'y faire éclater du sang. Sans doute mort ou condamné à un coma profond je me lève et fixe mon ancien patron avant de m'adresser à Symphonie en lui lançant ma chemise déjà ouverte.

« Enfile ça et part. Vite. »

Mon ton était calme posé peu importe si j'allais mourir ici, ou souffrir le martyr ma plus grande priorité reste ça sécurité et plus elle sera loin de ce psychopathe, mieux elle se portera. Le but de ce combat est de gagner du temps, le plus de temps possible, sans faire sortir la bête en moi. Il se prétend surpuissant mais il devrait faire attention. Parce que l'age l'expérience et le pouvoir d'un elfe ne peu pas nous rendre invincible. Et ce la péter comme le fera courire à sa perte. Je profiterais de e combat pour analyser ses attaque afin que je sois plus fort contre lui la prochaine fois qu'il osera se pointé devant moi.

N'adressant aucune parole à l'elfe je saisie, enfin, arrache un morceau de mur et féraille et le balance sur lui, profitant du fait qu'il va sans doute repousser la planche avec ses pouvoirs j'apparais à côté de lui avec ma vitesse et lui donne un coup de poing si fort qu'il se retrouve projeter contre un mur qui tombe en ruine avant que le second mur arrête sa courses. Déjà essoufflé je garde mon air calme et le soulève par le col pour ensuite l'écraser au sol commençant à l'étrangler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://edora-planet.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Dim 3 Aoû - 16:54

Lev mit l’homme au masque KO. Il était toujours aussi calme. Extérieurement.

Retirant sa chemise, il me la lança et m’ordonna :

« Enfile ça et part. Vite. »

Il ne fallait pas me le dire deux fois !

J’enfilai le vêtement et, sans même prendre le temps de le fermer, sortis en courant alors que le loup s’occupait de Dimma.

Dehors, un léger courant d’air frais me fit frissonner.

Mes jambes sècheront plus vite.

Je refermai les boutons de la chemise qui tombait jusqu’à mi-cuisse et tentai de me situer. Où étais-je ?

Je priai pour que l’on soit près de l’eau. Je pourrais y plonger et nager jusqu’au port. Ça m’évitera de faire quelques mauvaises rencontres…

Ah, si seulement je vivais au bord de l’eau !

Je pressai le pas et rasai les murs, guettant le moindre bruit.

Une femme comme moi, simplement vêtue d’une chemise trempée, ne devrait pas se retrouver seule dehors à une heure pareille.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Jeu 7 Aoû - 18:40

Lev se rebella et ne perdit pas son temps avec Requiem. Il le fracassa et le laissa gésir au sol. Dimma se craqua la nuque.

Le loup-garou ôta sa chemise et la lança à la sirène en lui ordonnant de déguerpir, et elle ne se fit pas prier. Peut-être ne l'aimait-elle finalement pas autant que ce qu'elle l'avait clamé...

L'Elfe demeura immobile, gardant ses mains croisées dans le dos, et attendit patiemment que Symphonie eût disparu.

— Elle n'ira pas loin, tu sais.

En réponse, Leva arracha un morceau complet du mur - le plâtre, le béton, les structures en métal - et le projeta sur Dimma. Ce dernier, désormais habitué à cette technique brute, tendit seulement une main pour arrêter le projectile à un mètre de lui. Soudain, Lev surgit à côté de lui.

Petit malin... pensa l'Elfe.

Le loup-garou lui asséna alors un formidable coup de poing, qui l'expédia à travers un mur fragile et l'encastra dans le suivant. Dimma tomba lourdement par terre. Il avait pu sauter pour légèrement amortir l'impact, mais il avait tout de même subi 90% de l'attaque. L'Elfe leva fébrilement la tête, et remarqua que son masque achevait de s'éparpiller.

Lev le souleva du sol pour mieux l'y renvoyer, et commença enfin à l'étrangler. Dimma porta à son tour ses mains sur celles, énormes, du loup-garou, et lui envoya une impulsion imperceptible dans le corps. L'impulsion électrique circula le long de ses nerfs en moins de quelques nanosecondes et inhiba le nerf vague, qui régulait le rythme cardiaque. Sans ce nerf, le coeur de Lev allait battre de plus en plus vite, ce qui allait lui pomper tout le sang et tout l'oxygène dont il avait besoin pour se battre, et ainsi il serait très affaibli.

Dimma donna ensuite un coup de pied entre les jambes du loup-garou, et parvint à le renverser sur le dos avant de se lever. Une fois debout, Dimma envoya sa botte dans le ventre du lycan, dégaina une dague d’argent et laissa à Lev le temps de se relever.

— Tu crois que tu peux me battre, Lev ? Tu n’es même pas capable de protéger Symphonie. Réalises-tu que tu viens de l’envoyer seule, dans la nuit, trempée et presque nue dans la rue ? Tu ignorais qu’Edora était une ville dangereuse, on dirait.

* * * * * *
Sous la lumière blafarde des lampadaires, Stirbjórn attendait avec quelques hommes de la Kabbale aux alentours des docks. Les ordres de Dimma étaient clairs : rester là, et empêcher quiconque d’entrer ou de sortir de la zone.

La patrouille de la Kabbale circulait entre les bâtiments, tandis qu'une poignée de sbires et le lieutenant patientaient ailleurs. Ce dernier croisa les bras et poussa un soupir de lassitude. Rien d'amusant ne s'était passé, ce soir. Pas de bagarre, pas de torture, tant psychologique que corporelle... L'ennui à l'état pur.

— Bon, on attend encore quinze minutes, et s'il se passe rien, on remballe, prévint-il.

Son talkie-walkie crépita soudain, à l'instar d'une manne divine qui tombait des cieux.

— Stir ? grésilla la voix dans l'appareil.
— Qu'est-ce qu'il y a, Úlfur ?
— On a un visuel.
— Ami ou ennemi ?
— C'est la greluche du protégé de Stjornandi.
— On a ordre de ne laisser passer personne. Si elle est là, c'est qu'il est arrivé quelque chose à Stjornandi. Capturez-la, et amenez-la moi. Je vais la ramener à Stjornandi.
— Reçu 5/5.

Stirbjorn rangea le talkie-walkie. Úlfur était une tireuse d'élite, elle surveillait tout ce qu'il se passait depuis les toits, son équipe récupérerait la fuyarde en un rien de temps.

Et en effet, quelques minutes plus tard seulement, un troupe de sept sbires avaient ligoté la sirène à l'aide d'une solide corde, et la traînaient jusqu'à Stirbjorn. Ce dernier prit le bout de corde que lui tendait l'un des hommes, et, sans un mot, tira la jeune femme avec lui, retournant à l'entrepôt où se trouvait actuellement Dimma Dökkhönd.

* * * * * *
À l'instar du prédateur auquel il faisait face, Dimma amorça un mouvement autour de Lev. Il tenait fermement une dague d'acier dans une main, une dague d'argent dans l'autre.

Son visage désormais découvert traduisait une envie de jouer et de torturer celui qui se croyait être son égal, celui qui se croyait supérieur à lui. Tuer un homme n'apportait qu'une maigre satisfaction, celle d'avoir comblé temporairement un trou peu profond. Torturer un homme, en revanche, était un plaisir extatique complet, une joie immense qui donnait un aperçu de ce qu'était le bonheur de vivre.

— J'ai tellement de projets pour toi, Lev.

Dimma fusa brusquement sur le loup, et l'entailla au niveau de l'artère carotide avec sa dague d'acier, et l'effleura à peine de sa lame d'argent au niveau de l'estomac. Il savait que le coeur de Lev allait pomper toujours plus de sang, il avait endormi son nerf vague.

L'Elfe s'écarta aussitôt, et recommença à tourner autour de son adversaire.

— Par exemple, je te gâche la surprise mais tant pis, tu auras pour tâche d'aller tuer ta reptile de mère. Tu iras la voir, et d'un simple coup de patte, tu lui arracheras la tête, et tu viendras me l'apporter. Je t'autoriserai à porter sa peau en guise de manteau, en récompense.

Il fondit à nouveau sur le lycan, et, au dernier moment, se glissa sous son bras, se retourna et lui enfonça la dague d'argent entre les côtes. Ensuite, il se retira et fit un bond en arrière pour se mettre à distance.

— Et je suis sûr que tu y prendras plaisir. Sûrement bien plus que moi en ce moment.

Dimma lui tourna le dos, et s'enfuit par le trou qu'il avait lui-même créé lorsque Lev l'avait projeté dans les airs. Rapidement, il revint dans la salle principale, là où gisaient les restes du camion et la vingtaine de corps inconscients des agents de la Kabbale. Non loin, Jorge et Requiem étaient toujours allongés, inertes.

L'Elfe se précipita vers la masse immobile du Razoran, et l'examina grossièrement. Un choc électrique pouvait le réanimer. Dimma leva les yeux. Il pouvait aspirer l'électricité des lampes, elles étaient encore actives grâce au groupe électrogène de secours. Mais pour cela, il fallait ralentir Lev...

Dimma s'orienta vers le cadavre éventré du camion, et usa de ses pouvoirs pour en arracher des morceaux de tôle, qu'il projeta aussitôt sur le lycan. Ensuite, il leva les bras. L'électricité gicla des lampes, les faisant exploser les unes après les autres. Une boule crépitante se forma dans ses mains, qu'il plaqua alors sur le torse du monstre. Le choc fut si intense que le Razoran se releva immédiatement en poussant un terrible rugissement, et chargea d'emblée le loup-garou.

L'Elfe se dirigea alors vers le corps de Requiem, tenant toujours la boule d'énergie entre ses doigts.

— Debout, R.

L'électricité s'insinua dans le corps de l'assassin, qui se réactiva. Ses yeux rouges clignotèrent avant de reprendre leur couleur jaune. Requiem se redressa de moitié et tourna lentement sa tête enfoncée vers le loup-garou. Enfin, il se leva, et bondit sur Lev à son tour.

L'arrivée de Stirbjorn, qui traînait Symphonie derrière lui, captiva l'attention de Dimma, qui ne put réprimer un petit sourire victorieux. L'Elfe se dirigea vers elle et, sans adresser ne serait-ce qu'un regard à son bras droit, prit le menton de la sirène entre ses doigts.

— Calmez-le, maintenant. C'est votre dernière chance.
Revenir en haut Aller en bas
Lev Konstantin
Admin
avatar

Messages : 771
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 24
Localisation : aaaaah AH

Feuille de personnage
Métier: je bosse pour un mec masqué plutôt bizarre....
Relations:

MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Ven 15 Aoû - 16:01

Je serre un peu plus mon emprise sur le coup de mon patron cherchant à lui faire manqué assez d'air pour lui faire perdre connaissance. Seulement voilà aillant beaucoup de souffle il eut le temps se saisir mes mains pour y dégager un courant électrique. Soudainement mon cœur ce met à battre trop vite, essoufflé je fronce les sourcils ne comprenant pas ce qui se passe.

Affaiblie je me prend les coups et tombe au sol les dents serré je continue à réfléchir à une solution pour le battre. Ne serai-ce que l'assommer pour vite rejoindre Symphonie et l'emmener chez Andro' en lieu sur.

— Tu crois que tu peux me battre, Lev ? Tu n’es même pas capable de protéger Symphonie. Réalises-tu que tu viens de l’envoyer seule, dans la nuit, trempée et presque nue dans la rue ? Tu ignorais qu’Edora était une ville dangereuse, on dirait.

Sans répondre étant malgré tout conscient de la situation j'espère justement en finir très vite pour la rejoindre et l'emmener en lieux sur, quitte à fuir. Mais je n'avais pas prévue qu'il m'affaiblisse à ce point. Je me relève avec difficulté et fixe le visage de mon futur ex patron sans son masque mémorisant bien son visage aillant déjà mémorisé son odeur depuis qu'il est venue chez moi. J'inspire un grand coup pour essayer de calmer mon cœur  mais en vain. Puis je remarque deux dagues dans ses mains, une d'un gris différent. Très certainement deux métaux et je craint fort que l'une d'elle puisse être en argent.

— J'ai tellement de projets pour toi, Lev.

Sans que je puisse agir, comme si mon corps refusais de répondre je me prend un coup de dague la plus foncé dans le coup. Dieu merci la plaid se cicatrise automatiquement. Cette dague n'est donc pas en argent, par contre la plus claire si, parce que la coupure qu'elle m'a infligé au ventre elle me brule et ne se cicatrise pas.

— Par exemple, je te gâche la surprise mais tant pis, tu auras pour tâche d'aller tuer ta reptile de mère. Tu iras la voir, et d'un simple coup de patte, tu lui arracheras la tête, et tu viendras me l'apporter. Je t'autoriserai à porter sa peau en guise de manteau, en récompense.

Malheureusement pour lui mon calme extérieur ne fait que confirmer ma plus grande rage. Et il a beau l'accentué en menaçant Andromeda. Je le tuerais, oui un jour c'est sa tête à lui que je décapiterai après l'avoir torturé pendant des heures. Mais bon sang pourquoi je suis incapable de bouger?! Une vive douleur me transperce le ventre, la lame en argent vient de me transpercer, je tombe au sol crachant du sang et pose ma main sur la plaid constatant avec la plus grande des frayeurs qu'elle ne se referme pas.

— Et je suis sûr que tu y prendras plaisir. Sûrement bien plus que moi en ce moment.

C'est beau de rêver espèce d'ordure sans nom mais la seul tête que je décapiterai se sera la tienne et en aucun cas à une des personnes les plus chères. Je le jure, je sortirais Symphonie et moi de cette situation vivant quoi qu'il en coute. Planté pour le moment en sol, toujours essoufflé pour je ne sais quel raison, je vois le mec bizarre foncer sur moi, je me lève les dents serré pale gardant ma main sur la plaie et utilise le peu de force qui me reste pour lui donner un coup de poing en pleine figure afin de le faire voler contre le mur qui par manque de force ne se brise pas sous le coup. Ma vision commence à se troubler. Ce n'est pas bon, non pas bon du tout. Il faut vite que je rejoigne Symphonie. Malheureusement, le Razoran me fonce à son tour dessus et voit au loin Symphonie, j'esquive de justesse la première attaque du Razoran en chambrant un petit peu. Vomissant encore un peu de sang, ce qui m'empêche d'appeler ma sirène. Je me prends un coup du Razoran trop concentré par ma petite amie je me prend un coup de la créature et me retrouve contre le mur. En m'aidant de celui-ci je me relève et cogne la tête du sorte de robot une nouvelle fois contre le mur pour l'assommer et monte sur la grosse créature qui s'est coincé la main dans le mur voulant me donner un coup que j'ai esquivé. Une fois sur les épaules du monstre je saute pour me retrouver derrière son dos et fixe Symphonie et Dimma bientôt à bout de force, mais quoi qu'il arrive je tiendrai bon et je partirais avec elle saine et sauve.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://edora-planet.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Mar 19 Aoû - 18:30

Je frissonnai sans trop savoir si c’était le froid ou la peur qui en était la cause.

Serrant les pans de la chemise de Lev autours de moi, je jetais sans arrêt des regards inquiets autours de moi, lançant même mon radar de temps à autre. Les rues semblaient désertes à cette heure-ci, mais je n’étais pas rassurée quand même.

Je repérai un homme au loin et me cachai dans l’ombre, sans trop d’espoir.

Ma peau était trop blanche, mes cheveux presque argentés et la chemise qui me couvrait était blanche également. C’était sans compter les écailles d’argent qui brillaient de temps à autre sur mes jambes.

On pouvait me voir à au moins 200 mètres sans bénéficier de vision spéciale.

Je repérai d’autres personnes se dirigeant clairement dans ma direction et sentis mon sang se glacer dans mes veines. C’était pas bon du tout ça !

Observant les alentours, lançant mon radar pour estimer leur nombre et leur vitesse moyenne, je cherchai une solution pour me sortir de là.

Je ne pouvais pas leur échapper en courant, il y avait sans doute des créatures bien plus rapides et je n’étais pas non plus une athlète accomplie. Un humain pouvait me battre à la course, même.

Il n’y avait aucune habitation où me réfugier, et j’étais entourée de containers.


Minute.

Des containers !!

J’étais tellement stupide !

Je me trouvais dans un entrepôt !

Il n’y avait pas quinze-mille entrepôts à Edora !

J’étais près de la mer !

La nuit et la peur m’avaient totalement déboussolée, mais j’entrevoyais maintenant un moyen de me sortir de pétrin.

M’aidant de mon radar, je tentai d’éviter les inconnus, me faufilant le plus silencieusement possible et priant pour atteindre l’eau, me fiant à mon instinct.

Un homme massif atterrit juste devant moi et je reconnus les hommes de main de Dimma.

Prise de panique, je tournai les talons et commençai à courir dans la direction opposée mais deux autres hommes me barrèrent le passage.

Pendant ce temps, celui qui se trouvait derrière moi s’était rapproché. Il me saisit par les épaules et cela me fit l’effet d’un électrochoc. Je hurlai à l’aide et me débattis mais une violente gifle me fit retomber contre un des hommes de main qui m’empêcha de m’effondrer, totalement sonnée.

Celui qui m’avait frappée me menaça de m’en recoller une si je recommençais quoi que ce soit dans ce genre et, encore sous le choc, je me laissai ligoter.

On me mena à un homme que je ne reconnus pas tout de suite.

L’amateur de seins !

Peut-être qu’il y avait un espoir !

Alors qu’il saisit la corde, je lui lançai un regard de chaton perdu sous la pluie. Le côté droit de mon visage était douloureux et je n’allais sans doute pas tarder à avoir un bleu, si ce n’était pas déjà fait, ce qui rajoutait plus de réalisme à mon air implorant. Mais l’autre resta de glace. Je ne perçu aucune étincelle dans son regard signifiant qu’il me reconnaissait et fis rapidement le lien entre les révélations que m’avait faites l’elfe plus tôt. Lui aurait-il effacé la mémoire ? C’était fort probable. Et fort regrettable pour moi…

Retour à la case départ.

En passant par l’emprisonnement.

Les choses avaient changées en quelques minutes. Lev saignait. Beaucoup. Trop. Il était assaillit par les monstres de l’elfe dont le visage était à présent découvert.

Je le vis sourire et ne détournai pas les yeux alors qu’il me fixait en me rejoignant, ignorant le combat derrière lui.

Ses doigts me saisirent le menton et sa voix, toujours aussi grave et sûre d’elle, m’ordonna :

— Calmez-le, maintenant. C'est votre dernière chance.


La boule nouée dans mon ventre se resserra, provoquant une nausée presque insupportable, et je reportais mon regard sur Lev, dégageant mon visage des mains de Dimma.

- Lev, arrête ! Tu vas te tuer ! Lançais-je sur un ton autoritaire et suppliant à la fois.

Je reportai mon attention sur l’homme en face de moi et sifflai :
- Je vous ramènerais ce que vous m’avez demandé, alors arrêtez vos brutes et laissez-nous partir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Mer 24 Sep - 16:22

Symphonie se dégagea sauvagement des doigts de l’Elfe, et héla son courageux compagnon poilu.

— Lev, arrête ! Tu vas te tuer !
— Peut-être est-ce ce qu’il espère… Mais je suppose que vous aviez déjà pensé. N’est-ce pas… ? siffla doucereusement Dimma.
— Je vous ramènerais ce que vous m’avez demandé, alors arrêtez vos brutes et laissez-nous partir.
— C’est une excellente suggestion.

Il leva une main et aussitôt, Requiem et Jorge, qui s’étaient déjà remis de leur sort, s’écartèrent respectueusement du blessé. Dimma contempla le visage de sirène, sondant la détresse qu’elle ne parvenait pas à réprimer en elle. Elle dissimulait sa terreur par de l’agressivité, c’était un réflexe animal naturel, il ne pouvait lui en vouloir pour cela.

— Ceci, Symphonie, est votre dernière chance de faire partie du camp des gagnants. Pour vous et Lev. Je sais que vous êtes une femme remarquablement intelligente. Vous vous débrouillerez toujours pour survivre. C’est dans votre nature.

Il marqua un silence. Il se méfiait de Lev dans son dos, mais il était capable de réagir assez vite pour menacer Symphonie avant qu’il ne puisse l’attaquer. Il prit un air grave, avant de poursuivre :

— Vous avez déjà beaucoup d’amis dans ce monde, si je ne me trompe pas. Actuellement, je dirais que la moitié d’entre eux seraient prêts à mourir pour vos beaux yeux. J’ai parfaitement conscience que dès que vous en aurez l’occasion, vous essaierez de me piéger.

Aujourd’hui, Dimma avait humilié Symphonie. Il l’avait blessée dans sa fierté, et cela faisait d’elle un danger immédiat. Un danger qu’il se devait d’écarter au plus vite. Il savait qu’il ne pouvait pas la faire chanter éternellement, elle échapperait à son contrôle en temps et en heure. En revanche…

— Il me faut par conséquent un… gage de votre bonne foi.

Les câbles électriques que Dimma avait arrachés un peu plus tôt serpentèrent jusqu’à Lev et lui ceignirent fermement les mollets et les avant-bras, lui écartant les membres de façon à former un X. L’Elfe dégaina sa dague d’acier, et la fit léviter au-dessus de la paume de sa main. Il la projeta soudain au visage de Symphonie, et l’arrêta à seulement deux centimètres de son oeil droit.

— Voici un échantillon de ce qu’il se passera en cas de… révolte. Ne vous inquiétez pas, c’est indolore. Pour vous.

Il vrilla soudain sur lui-même et propulsa le poignard sur Lev. L’arme pénétra le torse du loup-garou jusqu’à la garde, qui se brisa. La lame à double tranchant poursuivit sa route entre les organes du malheureux, et Dimma la fit pivoter à l’intérieur de son corps pour la mettre dans la position idéale : calée entre les poumons et le coeur. L’Elfe savait que la plaie allait se refermer en quelques secondes.

— Voilà ce qui arrivera, Symphonie. Vous savez maintenant que vous n'avez plus aucun choix. Désobéissez-moi, faites seulement minede me doubler, et j'expédierai ce morceau de métal directement dans le coeur de votre petit ami.

Bien sûr, ils pouvaient tenter de voir des médecins, mais Dimma savait qu'opérer Lev serait très dangereux, d'une part parce que tout geste inconsidéré pouvait davantage enfoncer le morceau de métal, ce qui noierait le loup dans son propre sang, et d'autre part parce que ses chairs se refermeraient presque instantanément dès incision. La faiblesse d’un loup-garou résidait dans sa plus grande force. C’était d’ailleurs une leçon de vie valable pour toutes les choses de ce monde.

— Je vous surveillerai, Symphonie. Je serai toujours là. Allez le faire opérer, je serai là pour transpercer son coeur. Allez contacter d’autres loups-garous, des dragons, des sorciers, des démons, des anges… Je serai là pour mettre un terme à la vie de Lev avant que l’on n’ait eu le temps de l’approcher. Rapportez-moi ce que je vous ai demandé, ou je vous assure...


Il ferma le poing, faisant remuer un peu le morceau de métal dans le sein de Lev.

— ... que vous le regretterez pour le restant de vos 1000 ans d’existence.

Dimma fit un bref geste de la tête, et ses hommes et ses deux monstres se dirigèrent vers la sortie.

— Je vous ai dit de vous réjouir de votre survie, mon amie, et d'en faire bon usage. Alors il est temps d'en faire bon usage.

L’Elfe emboîta alors le pas à ses hommes, et sortit de l’entrepôt, non sans faire sauter les dernières ampoules encore intactes, plongeant ainsi Symphonie et Lev dans le noir le plus total.

Dimma allait les faire surveiller de très près. Tous, les voisins, les piétons dans la rue, les employés des magasins et des administrations, allaient désormais observer les moindres et faits et gestes de ce couple perturbateur…
Revenir en haut Aller en bas
Lev Konstantin
Admin
avatar

Messages : 771
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 24
Localisation : aaaaah AH

Feuille de personnage
Métier: je bosse pour un mec masqué plutôt bizarre....
Relations:

MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Lun 29 Sep - 11:56

Je me prépare a courir vers Symphonie voulant à tout prie l'éloigner de cet elfe et de tout dangers mais....

- Lev, arrête ! Tu vas te tuer !

Après avoir entendu cette phrase c'est le trou noir. Assommé par un de mes ennemis derrière? Affaiblie comme ils sont censé être malgré la charge d'électricité ça ne se peu pas. Enfin je crois bien, ce n'est pas la fatigue non plus, parce que j'ai déjà été dans un pire état que celui là pendant la guerre et je suis quand même parvenue à tenir debout. Non sincèrement ça peut être que les ennemis derrière mon dos auquel j'ai cru m'être débarrassé.

Inconscient sur le sol je ne parviens plus a savoir ce qui se passe. Je vais donc passé à la troisième personne ne pouvant pas vous en dire plus sur ce qui m'arrive. Mais prenez note, moi je suis inconscient, je ne sens rien je ne vois rien et surtout je suis au courant de rien.

Planté en sol tel qu'un pantin désarticulé, le loup garou au sang chaud, qui jusqu'ici n'a jamais connu le mot défaite se retrouve en spectacle devant sa petit amie comme la victime, la menace, et la faiblesse. Vous vous doutez bien que si Lev serai conscient il se serai déjà libéré de ces cables électriques et celui qui était jadis son patron n'aurai absolument pas le temps de se la pété et de lui planté dans le ventre une dague en acier. D'ailleurs moi, le narrateur que je suis je suis déçu.... Tout se régénère, même le cœur, seul l'argent pourrait vraiment le touer en embrochant le cœur... Il le sait... Alors pourquoi en acier? Pour l'immobiliser? Non ça s'en la magouille à plein nez.

Quoi qu'il en soit c'est sous le regard horrifié que Dimma impose sa menace et son avertissement envers la sirène afin de s'assurer qu'elle fera tout ce qu'il souhaite. Les menaces dites, il part l'air de rien laissant le couple dans le noir, mais l'elfe est loin de ce douté que ce n'est pas totalement fini... Il reste encore une toute petite surprise.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://edora-planet.forumactif.org
Les Garlicks

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 18/05/2014

MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Lun 29 Sep - 13:57

Il attendait son maitre dans les plaines comme chaque soir pour avoir son casse croute. Un homme grand au cheveux brun et long, suivit d'une fine barbiche et de grand yeux jaune légèrement lumineux. Un loup garou alpha pour qui il s'est pris d'affection quand celui-ci lui avait sauvé la mise contre un Razoran qui avait décider de ce défouler sur lui. Depuis ce jour, ce Garlicks et ce Garlicks seul est totalement dévoué à son sauveur qu'il considère maintenant comme un maitre.  Pour le moment il n'a jamais eu l'occasion de remercier son maitre à sa juste valeur, lui rendre service lui enlèverai un poids et lui permettrai de mieux vivre son sauvetage sans doute par fierté animal.

Tel qu'un chien heureux, la créature de redresse et remue la queue lorsqu'il aperçoit au loin son maitre bien aimé. Pourtant celui-ci avait l'air contrarié ce qui inquiète la bête pose  son museau au creux de sa main jusqu'à ce qu'il prenne enfin la parole.

« Mon grand je vais avoir besoin de toi aujourd'hui... »

Il sort un bout de tissus de sa poche et lui fait renifler, le Garlicks analyse bien l'odeur qui ressemble étrangement à celle de son maitre sans qu'elle soit pour autant identique.

« Cette odeur... C'est l'odeur de l'homme que tu dois allé chercher et emmener à l'hôpital avec une jeune fille qui sera très certainement à côté de lui. »

Une pointe de rage se dégage de son regard et ajoute.

« Il y aura aussi sans doute un autre groupe de personne qui n'ont aucun amour animal... N'hésite pas à les blessé en chemin... Mais fait le seulement si tu t'en sent de taille, ne prend pas pour autant trop de risque. »

La bête acquiesce, le maître lui tend un morceau de viande qu'elle engloutie de suite.

« Brave bête... Je te fais confiance. »

Le Garlicks hume l'air et commence à chercher, il tombe enfin sur un entrepôt abandonné, il grogne à la vue d'un homme brun entouré d'autre homme, il leur saute dessus et mort violemment l'épaule de l'ennemi qui fut rien d'autre que Dimma. Il prend la fuite par les airs et arrive enfin dans l'entrepôt. Il s'approche du blond inconscient au sol et le renifle, reconnaissant l'odeur, à l'aide de son museau, il se fait monter sur son dos et invite la sirène à en faire autant. Une fois monté parce qu'il ne lui laissera de toute façon pas le choix, il galope vers l'hôpital pour les y déposer s'envole aussitôt pour rejoindre son maître à la plaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Lun 29 Sep - 15:44

— Ceci, Symphonie, est votre dernière chance de faire partie du camp des gagnants. Pour vous et Lev. Je sais que vous êtes une femme remarquablement intelligente. Vous vous débrouillerez toujours pour survivre. C’est dans votre nature.

Je ne répondis rien, soutenant le regard de l’elfe tandis qu’il entamait son monologue.

— Vous avez déjà beaucoup d’amis dans ce monde, si je ne me trompe pas. Actuellement, je dirais que la moitié d’entre eux seraient prêts à mourir pour vos beaux yeux. J’ai parfaitement conscience que dès que vous en aurez l’occasion, vous essaierez de me piéger.


Ma mâchoire se crispa, envoyant une onde de douleur sur tout le côté droit de mon visage, à l’endroit où son sbire m’avait frappée.

Si seulement il savait à quel point je mourrais d’envie de lui arracher le cœur à mains nues à ce instant précis !

Il avait raison, je réfléchissais même à un moyen de me venger depuis le moment où je m’étais retrouvée dans cet aquarium.

Mettre une prime sur sa tête ne serait pas suffisant. J’avais besoin de le voir souffrir, de le réduire à l’état d’insecte que j’écraserai du talon.

— Il me faut par conséquent un… gage de votre bonne foi.

Un bruit sinistre et métallique me détourna de Dimma un moment et j’écarquillai les yeux en voyant des câbles suspendre Lev dans les airs.

Qu’est-ce qu’il allait encore lui f…

Je me figeai, pétrifiée, lorsqu’il fit léviter un poignard dans ma direction et sentis le sang quitter mon visage lorsqu’il s’arrêta à quelques centimètres de mon œil. Mon cœur battais si fort que j’avais l’impression qu’il risquait d’exploser d’un moment à l’autre.

— Voici un échantillon de ce qu’il se passera en cas de… révolte. Ne vous inquiétez pas, c’est indolore. Pour vous.

Le poignard s’éloigna et fonça sur Lev qui était totalement inconscient.

- Non !!! Hurlais-je en me débattant.

Le manche se retira et je remarquai qu’il n’avait plus de lame.

Il n’avait quand même pas …… NON !

— Voilà ce qui arrivera, Symphonie. Vous savez maintenant que vous n'avez plus aucun choix. Désobéissez-moi, faites seulement mine de me doubler, et j'expédierai ce morceau de métal directement dans le coeur de votre petit ami.

- Espèce de salaud ! Fulminais-je.

— Je vous surveillerai, Symphonie. Je serai toujours là. Allez le faire opérer, je serai là pour transpercer son coeur. Allez contacter d’autres loups-garous, des dragons, des sorciers, des démons, des anges… Je serai là pour mettre un terme à la vie de Lev avant que l’on n’ait eu le temps de l’approcher. Rapportez-moi ce que je vous ai demandé, ou je vous assure...

Retenant mes larmes, je nourrissais ma rage par le désespoir qui m’avait envahie. Il ne fallait pas qu’il me voie en train de pleurer. Ce sera au moins une humiliation qu’il ne m’aura pas fait subir ce soir.

— ... que vous le regretterez pour le restant de vos 1000 ans d’existence.


Il fit un geste de la tête à ses hommes et je su que c’était la fin de son discourt.

— Je vous ai dit de vous réjouir de votre survie, mon amie, et d'en faire bon usage. Alors il est temps d'en faire bon usage.

Sur cette phrase, il partit. Les ampoules éclatèrent et je me retrouvai dans le noir. J’avais envie de pleurer et de m’effondrer mais ce n’était pas fini. Lev était trop mal en point pour que je me laisse aller.

Avançant prudemment, je me dirigeai de mémoire vers l’eau et m’accroupis lorsque je sentis le sol plus humide. Mes mains tâtonnèrent un moment jusqu’à ce que je trouve un gros morceau de verre pour me détacher. Ses bords me coupèrent les doigts, mais je me concentrai sur ma rage, imaginant toutes les tortures que je ferais subir à cet elfe.

Une fois libérée de la corde, je me déplaçai à quatre pattes pour éviter de tremper malencontreusement mes jambes dans l’eau et réussi à trouver une sorte de planche que je posai sur le sol mouillé. Une seconde planche à la main, je grimpai sur la première dans l’espoir qu’elle suffirait pour rejoindre Lev. Dans d’autres cas, je devrais intervertir les planches au sol pour évoluer sans risquer de me transformer.

Je finis enfin par butter contre le corps inconscient de Lev, toujours retenu par les câbles. Soulagée, je libérai ses jambes et pris solidement appui sur les miennes quand il fallut détacher ses bras. Manquant de tomber quand même, je ne pus que ralentir sa chute en me mettant le plus doucement à genoux, le serrant dans mes bras.

Bon. Nous étions dans un entrepôt inondés, il faisait noir, et il y avait du verre partout par terre. Je ne pouvais le porter, mais le trainer le blesserait plus encore. J’étais bloquée.

Nous étions bloqués.

Et Lev ne revenait toujours pas à lui.

Soudain, un bruit me fit sursauter et je cru un instant que Dimma était revenu. Je cherchai un bout de verre par terre mais une énorme masse me frôla avant que je le trouve. Tâtonnant, je devinais qu’il s’agissait d’une créature. Une créature avec des ailes.

Etrange.

Elle avait hissé Lev sur son dos, chose qu’aucune bestiole ne ferait en temps normal. Bon, cela voulait sans doute dire qu’elle était amicale.

Grimpant juste derrière Lev, je m’assurai qu’il ne puisse pas glisser et m’accrochai.

Une fois dehors, la lune éclaira la créature et je reconnu avec étonnement un garlicks. Ce n’était pas terriblement hostile, mais je savais qu’elles vivaient loin de la ville.

Que faisait-elle là ?

Un doute s’immisça dans mon esprit et se confirma lorsqu’il nous déposa devant l’hôpital avant de s’envoler.

C’était des créatures intelligentes, mais pas à ce point. Ce garlicks avait reçu des ordres. Quelqu’un veillait sur nous.

Les infirmières sortirent et se précipitèrent vers nous en courant. Je levai les yeux vers elles et me rappelai les paroles de Dimma.

Je ne pouvais pas leur demander de retirer le morceau de métal dans la poitrine de Lev.

Mais me croiraient-elles sûrement ?

J’étais trempée, mon visage présentait un hématome sur son côté droit, mes mains étaient coupée, j'étais vêtue d’une simple chemise et on pouvait facilement deviner qu’elle appartenait à l’homme inconscient et couvert de sang que je tenais dans mes bras.

Il était évident qu’elles penseraient que je suis trop choquée pour réfléchir normalement. Ce qui était sans doute le cas.

Une petite voix dans ma tête m’insuffla encore quelques forces.

Courage, c’est la dernière ligne droite ! Ne craques pas encore, il faut les empêcher d’opérer Lev !

Ravalant encore une fois mes larmes, ne tenant plus que par ce petit reste de volonté, je serrai Lev contre moi et répondis enfin aux questions des infirmières.

- Il… Il a besoin de soins. Mais n’enlevez surtout pas le morceau de métal en lui, c’est très important, ça pourrait le tuer.  Je laissai échapper, plus bas. IL pourrait le tuer…
Revenir en haut Aller en bas
Justice A. Screw

avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 30/04/2014

Feuille de personnage
Métier: Médecin en chef
Relations:

MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   Lun 29 Sep - 17:51

http://edora-planet.forumactif.org/t301-quand-un-homme-masque-nous-chatouille-les-nerfs-pv-symphonie-et-lev#5124

Je te laisse répondre je ferais intervenir Lev quand se sera nécessaire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enlèvement [PV Dimma/Lev]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enlèvement [PV Dimma/Lev]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» alerte enlèvement
» CD5 du mois : Enlèvement au club des cinq
» Les méthodes aqueuses utilisées dans le décrassage, l’enlèvement des vernis et des repeints : solutions, gels et émulsions ; INP, 5, 6 et 7 juillet 2011
» Enlèvement inexpliqué
» Fausse alerte enlèvement à Saint-Aubin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La renaissance d'une planète :: Hors Rôle Play :: Allez HOP POUBELLE-
Sauter vers: