La renaissance d'une planète

Edora, une planète qui sert de refuge pour les êtres surnaturels, détruite par une guerre et qui renaît aujourd'hui de ses cendres...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La traque, partie 2 [PV Isei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La traque, partie 2 [PV Isei]   Lun 2 Juin - 23:16

Dimma Dökkhönd pouvait enfin mettre son plan en marche, après plusieurs longs mois de préparatifs. Tout était finalement prêt pour le commencement de la phase 1.

Grâce aux efforts, un peu laborieux certes, de Lev Konstantin, Dimma avait pu remonter la piste de Reiji le démon et découvrir l'identité de la personne à laquelle il tenait le plus : ironiquement, un autre démon, du nom d'Isei.

Sérieusement, encore un nom japonais ? Alors qu'il était l'aryen parfait. Grand, pour Dimma, blond, les yeux bleus en amande... Les joueurs de ce forum étaient décidément trop influencés par ces saletés de manga. Dimma devrait régler ce problème plus tard...

La Kabbale avait suivi les traces du démon jusqu'à sa tanière, au sens littéral, car il vivait actuellement dans une caverne au sein de la montagne. Ce n'était par conséquent pas le meilleur lieu pour Dimma, en cas de confrontation. Et il était sûr à 97% qu'il y aurait une confrontation. Avec le contexte actuel, il avait 47% de chances de perdre le combat. Isei avait ainsi 53% de chances de vaincre, mais 116,83% de chances d'y laisser sa peau.

Les probabilités étaient une véritable épine dans le pied de n'importe qui, qui qu'il fût, Elfe génocidaire ou Démon aux origines géographiquement confuses.

Peu importait pour Dimma. Il allait accomplir ce pour quoi il était venu, c'était essentiel à l'essor de son maître plan. Laissant son armée entière derrière lui, l'Elfe gravit la montagne, juché sur l'épaule de Jorge, le Razoran mexicain, en compagnie de son fidèle et agile Requiem. Tous trois, ils allaient à la rencontre du démon.

Une fois arrivés devant la fameuse grotte, Dimma bondit de son perchoir, et se dressa de tout son mètre soixante-dix face à la cavité qui s'enfonçait dans les entrailles de la roche. Jorge et Requiem se tenaient à ses côtés.

Sans s'inquiéter de trouver de sonnette ni de paillasson de bienvenue, il entra dans la caverne en compagnie de ses sbires. Ses pas résonnaient contre les parois.

— Mmh... C'est gentil, ici.
— ¡ Hombre ! grogna Jorge.
— Je suis d'accord.

Ils continuèrent à avancer, s'enfonçant toujours un peu plus dans les ténèbres.

— Isei ? héla Dimma. Sors de ton alcove, mon garçon. Toi et moi avons à parler à propos d'une connaissance commune.

Dimma sortit le poignard tordu de Reiji, trophée qu'il avait conservé depuis leur précédent, et jusque-là unique, affrontement. Il jeta l'arme devant lui, et le fracas du métal qui se cogne et crisse contre le sol rocailleux résonna dans toute la grotte.

— Eh bien, mon garçon ? Tu n'as pas peur d'un vieil Elfe comme moi, quand même... Je suis bien inoffensif, tu ne risques rien. Mes amis ici-présents m'ont simplement aidé à gravir la montagne.
— ¡ Hombre !
— Comme il dit.

Certainement lassé des bouffonneries de Jorge, Requiem avait disparu. Dimma se retrouvait donc seul avec son Razoran latino, face à cet Isei... S'il était bien là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La traque, partie 2 [PV Isei]   Mer 4 Juin - 14:13


La traque, Partie 2.

Feat Dimma Dokkhond



La journée s'écoula comme toutes les autres, depuis que Reiji et moi squattions dans une caverne, quelque part en montagne. Bon, d'accord, mis à part le fait que je restais étrangement maladroit ce jour là, tout me paraissait normal. Comme d'habitude, j'avais ouvert les yeux, seul, et en pyjama, toujours enroulé dans les couvertures, avec l'envie de dormir quelques heures de plus. Je n'étais pas fatigué, loin de là, en fait, mais je n'avais malheureusement rien à faire de mes journées, et par conséquent, je m'ennuyais ferme. Alors autant passer le restant de la journée sous les draps. Et puis, ça passait plus vite, comme ça. Il était donc plus de onze heure passé quand j'ouvrais les yeux pour la seconde fois. Grommelant, je me retournais vers le mur, et soupirais en me disant qu'il était peut-être temps de me lever. Je m'étirais alors, et encore ensommeillé, m'apprêtait à sortir du lit quand je me prit les pieds dans la couette et me rétamais alors subitement, à moitié par terre, et à moitié sur le lit. Ce qui n'était par ailleurs, pas très confortable comme position.

Je laissais un grognement mécontent m'échapper tandis que je me relevais tant bien que mal. Mes genoux étaient venus claquer sur le sol, et bien que la douleur n'était pas trop forte, je prenais quelques secondes pour les frotter un peu avant de me diriger vers ce qui nous servait de salle de bain. Là, bien sûr je cognais l'un de mes orteils contre le pieds d'un des rares meubles et me mordais aussitôt la lèvre inférieur. Faisant fi de la douleur, je me déshabillais et me glissais sous les jets d'eau de notre douche improvisé. L'eau était à peine tiède, et j'en frissonnais atrocement. Au moment de me savonner les cheveux, du shampoing se faufila jusqu'à mes yeux qui se mirent aussitôt à piquer.


«Bordel de...!»

J'attrapais précipitamment le pommeau de la douche et visais mon visage avant de faire couler l'eau. Une fois mes yeux libérés de leur torture, je poussais un lourd soupir et venais brusquement appuyer mon front contre la parois qui se mit alors à bouger légèrement, faisant par ailleurs glisser la bouteille de gel douche qui tenait en équilibre précaire sur la petite étagère de douche, celle-ci atterrissant brutalement sur mon crâne avant de retomber sur mon pied.

«Aïe! Mais c'pas vrai!! Put***!»

Je sortais finalement de la douche après m'être complètement lavé, le pied en compote et de mauvaise humeur. Et là, bien sûr...! Impossible à rater! La tentative de rattrapage complètement raté d'Isei Ishin alors qu'il vient de glisser en posant son foutu pied en compote dans la flotte! Je me retrouvais les fesses par terre, grimaçant et pestant contre la flaque d'eau qui s'était formé pendant que je prenais ma douche. Je me relevais en m'appuyant sur le lavabo et apercevais alors mon reflet dans le miroir. J'écarquillais les yeux et reculais brusquement d'un pas, déglutissant. Il y avait là, sur la glace, une énorme... chose, noire et poilu! Bordel! Ça existait vraiment dans cette taille là?! Non pas que j'avais peur des araignées, mais celle-là...! Je récupérais une chaussure qui traînait par là, et comme un idiot, la balançait tout droit sur le miroir, sans penser à ce dernier qui se fendit en plusieurs morceaux avant de s'effondrer dans le lavabo, en compagnie du cadavre de l'araignée. Je grimaçais en songeant à une excuse que je pourrais donner à Reiji quand il reviendrait, puis m'habillais avant de tout nettoyer.

J'enfilais un jean propre de couleur noir, et un simple t-shirt gris avant de mettre une veste par dessus. Je débarrassais la salle de bain des éclats de verre et me couper légèrement à un doigts avec l'un des morceaux au passage, puis allais jusqu'à la réserve de nourriture d'où je prenais une bouteille de lait que j'ouvrais pour aussitôt la porter à mes lèvres. Erreur. Je recrachais rapidement, toussotant, puis pensais enfin à regarder la date inscrite sur l'étiquette. C'était bien ce que je pensais. La date limite était passé depuis quelques jours. Hm... J'avais vraiment l'impression que la vie cherchait à me faire passer un message, aujourd'hui.

Je grimaçais de plus bel, et m'apprêtais à aller m'étaler dans un coin pour, comme d'habitude, ne rien faire, quand un bruit lointain parvint à mes oreilles. Je me retournais donc, le regard dirigé droit vers l'entrée de la partie de la grotte que nous avions aménagé, et fronçais les sourcils. Reiji était-il de retour? Peut-être. Ou peut-être pas. Je restais immobile un moment, puis entendait clairement une voix cette fois. Et ce n'était pas celle de mon colocataire. Sur mes gardes, je me dirigeais vers l'origine du bruit, le plus silencieusement possible. Et cette fois, j'entendis clairement les paroles de celui qui avait pénétré les lieux. Évidemment, il ne s'agissait pas d'un pauvre idiot qui s'était paumé, mais bel et bien de quelqu'un qui était venu intentionnellement jusque là. Comment est ce que je savais ça? Et bien, simplement parce que ce type là venait de m'appeler.

Caché dans l'ombre, je restais silencieux et décidais de ne pas me montrer, comme me l'avait demandé Reiji si un tel cas venait à arriver. J'observais l'inconnu qui se trouvait là, accompagné d'une créature que je ne connaissais pas, mais dont je trouvais le style un peu trop... Latino. Bien que le sombrero, le poncho et la moustache lui allait bien. Surtout la moustache, en fait. Quand je vis le type habillé bizarrement sortir quelque chose avant de le balancer vers moi, je grimaçais, pas sûr de ce que je devais faire. Toujours dans l'ombre, j'avançais jusqu'à récupérer l'objet et remarquais aussitôt qu'il s'agissait d'une des armes de mon colocataire.

Une illumination me vint subitement, et je compris qu'il s'agissait du gars qui avait blessé gravement Reiji la dernière fois qu'ils s'étaient affrontés, et surtout, qu'il s'agissait de celui que j'étais normalement censé ne jamais rencontrer pour ma sécurité. Hm. Et bien c'était raté. Surtout maintenant que je l'avais sous la main. La colère s'empara brutalement de moi alors que, de rage, je balançais à mon tour le poignard tordu de Reiji, droit vers cet imbécile qui pensait certainement m'avoir en prétendant être inoffensif. La force que j'avais mis dans mon coup m'avait moi-même étonné, néanmoins, rien ne se lisait sur mon visage si ce n'est une certaine colère tandis que je sortais partiellement de l'ombre qui jusque là m'avait protégé de son regard.






(c) MEI SUR APPLE SPRING




Dernière édition par Isei Ishin le Jeu 5 Juin - 12:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La traque, partie 2 [PV Isei]   Mer 4 Juin - 21:46

Le poignard de Reiji revint soudain vers Dimma, tel un boomerang. Sans bouger, l’Elfe resta droit devant la lame volante, et la stoppa net devant lui grâce à ses pouvoirs. Il la saisit alors par le manche, et la contempla un instant. Puis il leva les yeux, et aperçut enfin la tête aryenne du faux-Japonais sortir de la pénombre.

— Et voilà le secret du poignard volant.

Dimma rangea la dague à sa ceinture et replaça ses mains dans son dos.

— Eh bien. Tu es bien plus mignon que ce qu’on m’avait raconté, jeune homme.

L'Elfe fit deux pas en direction d'Isei.

— Je ne te veux aucun mal, ne t'en fais pas. Ce qui est arrivé à Reiji... n'est pas de mon ressort. Il gagne sa vie en tuant, moi, je la gagne en rendant service aux gens auxquels il cause du tort. Entre lui et moi, c'est strictement professionnel. Donc ne crois pas qu'il s'agit pour moi de terminer le travail, non. C'est une simple... visite de courtoisie.

Dimma commença à inspecter le refuge des deux démons, et fut surpris de constater que le lieu était en fait arrangé pour fournir les services les plus basiques. Cela ressemblait à une sorte de bunker, à y regarder de plus près.

— Avant qu'on ne s'élance dans des effusions de violence prématurées, laisse-moi te dire que je n'ai aucune intention agressive à ton égard. Je vois que tu as une jolie demeure, et ça serait dommage de la ravager pour un simple malentendu.

Dimma marcha jusqu'au niveau d'Isei, tout en prenant garde de rester à une distance de sécurité raisonnable.

— Je me nomme Vinur. Et je suis venu t'imposer un marché. Vois-tu, mon organisation est en pleine expansion, et j'ai besoin de quelqu'un comme toi à mes côtés. Je te donne donc une place à ma droite. Tu seras dans l'équipe des gagnants, et bien entendu tu obtiendras tout ce que tu voudras.

Dimma se rapprocha encore un peu, et caressa délicatement la joue du démon, du bout des doigts.

— C'est une offre non négociable. Je ne repartirai pas sans toi. Après, tu peux la jouer fine et venir de ton plein gré, ou tu peux la jouer agressive et être... maîtrisé, et convaincu à la manière forte.

Il lui tourna le dos et revint vers Jorge.

— Bien sûr, j'ai déjà battu ton petit ami. Avec une remarquable facilité. Tu dois te douter qu'il ne sera pas aisé de me faire changer d'avis.

Il dépassa Jorge et se poste à seulement deux mètres derrière lui, avant de refaire face à Isei.

— Ton appartenance à la Kabbale est déjà décidée. Il ne te reste plus qu'à choisir la façon dont tu vas l'intégrer. Tu as deux minutes pour réfléchir à la question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La traque, partie 2 [PV Isei]   Jeu 5 Juin - 13:49


La traque, Partie 2.

Feat Dimma Dokkhond




De là où j'étais, il m'était facile de discerner chacun des mouvements qu'il effectuait. Et le premier que je pu voir fut sa main qui se levait pour récupérer le poignard tordu de Reiji que j'avais renvoyé et qui s'était arrêté subitement face à lui. Un elfe... Qui contrôle le métal. Et donc le feu, et l'électricité. Un vieil elfe... Et donc probablement un expert dans le maniement des armes. Quelqu'un d'assez rusé, et compétent pour battre un démon tel que mon colocataire. Ce n'était certainement pas quelqu'un avec qui l'on pouvait jouer. Loin de là. Quoi d'autre? Le voir ainsi croiser ses mains dans son dos me fait penser qu'il doit être confiant en lui-même, confiant en ses mots. Confiant en sa propre force. Il avance... Deux pas. Un grognement roule dans ma gorge dont un faible écho s'échappe de mes lèvres. Je le fixe, et l'écoute, bien malgré moi. Ce type me donne des envies de meurtres.

Qu'est ce qu'il croit? Que le fait que ce soit professionnel ou non m'intéresse? Moi, tout ce que j'y vois, c'est que Reiji a prit des coups, qu'il était mal en point, et que c'était ce type qui l'avait mit dans un état pareil. L'explication s'arrêtait là. Le reste, je n'en avais rien à faire. Mes poings se referment lentement, mes phalanges blanchissent et mes mains tremblent de rage. Une visite de courtoisie, hein...? J'vais t'en mettre une, moi, et tu verras a quel point je peux me montrer courtois.

Je grinçais des dents, et suivais du regard ce type qui s'était cru assez intelligent et balèze pour s'aventurer jusqu'ici. Je n'ai qu'une envie, c'est d'en finir, là tout de suite. Lui mettre la raclé du siècle, et le balancer en petit morceaux juste devant l'entrée, pour bien faire comprendre aux abrutis qu'ici, ce n'est pas la peine de venir si c'est pour faire mumuse. Je laissais échapper un «Hmph» d'amusement quand il déclare n'avoir aucune intentions agressives. Si c'était bien vrai, alors c'était loin d'être mon cas. Je ne pensais qu'à ça, faire gicler le sang.

Il se déplace à nouveau, et vient vers moi, toujours aussi confiant. Ah.. Bordel si il n'était pas aussi loin, je lui aurais cloué le bec en lui filant une bonne droite. Ouais. Juste là, en pleine face. Je me sens tellement énervé, et crispé, que je ne réagis même pas à ses mots. Alors comme ça, il veut que je fasse partis de sa petite bande d'idiots, hein? Sérieusement? Il était vraiment venu jusqu'ici pour ça? A moins qu'il ne soit bien plus c*n que je ne le pensais, il devrait pourtant déjà connaître ma réponse. Non...? C'était trop froid comme réponse. Je pensais plutôt à «Va te faire f**tre.», à vrai dire. C'était plus «courtois» et ça sonnait mieux à mes oreilles, là, sur l'instant.

Il avance encore vers moi, réduisant considérablement la distance qui se trouvait entre nous. C'est ça, rapproche toi, que je puisse tout de suite t'arracher le petit pois qui te sert de cervelle. Ooooh, ouais, c'était bel et bien ce que j'avais envie de faire... Mais ses doigts qui se posent sur ma joue me troublent aussitôt. Qu'est ce que...? Il se foutait de moi, c'est ça? Il croyait pouvoir se permettre un tel geste? Tandis qu'il se retourne, je baisse les yeux sur le sol, grimaçant en comprenant que cette caresse avait réussis à me troubler assez longtemps pour que je ne lui saute pas à la gorge. J'en ais assez, assez qu'on se foute de moi. Je n'écoute même plus ce qu'il dit.

L'aura démoniaque de mon démon s'élève et sort peu à peu de chacun des pores de ma peau. Je sens la chaleur habituelle annonçant une prochaine transformation m'envahir, tandis que mes ongles se mettent subitement à pousser, et à s'allonger. Il... Bordel, il... Un battement de cœur, sourd et puissant retentit à mes oreilles alors que ma peau se craquelle et se déchire, quelques lambeaux s'en arrachant et voletant dans l'air avant de subitement brûler sous la chaleur intense qui se dégage de moi. Ce type, il est... Il est... Un étrange cocon se forme rapidement autour de mon corps, mélange entre mon aura et mon propre sang qui s'écoule et s'élève un peu dans l'air comme si la gravité était différente, suivant chacun des contours de mes membres. Ça commence par les bras et très rapidement, ça se propage à mon buste, descendant et recouvrant mon ventre, mon bassin, mes jambes, mes chevilles. Je laisse échapper un grognement tout ce qu'il y a de plus inhumain alors que j'ai l'impression de commencer à perdre pieds avec la réalité. Cet enf**ré est tellement... Je me laisse retomber vers l'avant, prenant une position animale, à quatre pattes et m'enfonce alors dans l'ombre, derrière moi, devenant invisible aux yeux de mes ennemis. Il... m'énerve... tellement.


°Il est temps de montrer aux autres de quoi tu es capable...°

Je pousse un grondement qui se répercute aussitôt entre les parois de la caverne, faisant écho. Impossible de me trouver grâce aux bruits ambiants puisque nous sommes dans une grotte, et chaque son est renvoyé, faisant écho au précédent. Derrière moi, mes quatre queues s'agitent, et battent furieusement l'air. Le démon en moi n'attend plus que ça...

°Tue-le, et prends-y plaisir.°

Mes griffes raclent le sol. Sagement posté dans l'ombre, je me pose et m’assois comme le ferait un animal. Deux de mes queues se recourbent au dessus de ma tête, leur bouts venant pointer vers moi. Je redresse la tête et aussitôt des particules de mon aura se mélangent avec celles de la magie environnante, formant peu à peu une sphère. Qu'ils viennent, lui et son abruti de créature mexicaine, mes deux autres queues qui viennent de s'enfoncer dans le sol se chargeront de les accueillir. Je me redresse un peu, et referme ma gueule sur le concentré de magie que je viens de former, et d'avaler. Mon aura s'intensifie aussitôt, bien qu'elle avait déjà envahit la caverne toute entière. Je rouvre aussitôt la gueule, et un rayon de magie pure s'en dégage brusquement, crevant les ténèbres, et se dirigeant droit vers ce c*n*rd d'elfe.





(c) MEI SUR APPLE SPRING



P.S:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La traque, partie 2 [PV Isei]   Lun 16 Juin - 13:03

Ce garçon était décidément bien silencieux. Dimma ne parvenait pas vraiment à comprendre comment Reiji pouvait être attiré par lui. Peut-être une éventuelle différence d'âge ? Isei avait l'air bien plus jeune que son petit ami, mais cela n'expliquait pas tout.

Un grognement tira l'Elfe de ses songeries. Il leva les yeux sur le jeune garçon et s'aperçut que le bruit émanait de lui. Dimma haussa un sourcil, presque pris de court. Était-il vraiment en train de... de se transformer ? Il s'y attendait, il était vrai, mais il ne pensait pas réellement que ce serait aussi tôt. Il avait supposé que ce serait deux posts plus tard, mais tant pis.

Comme un serpent en train de muer, Isei perdait sa peau. L’Elfe l’observait stoïquement en train de changer de forme, impatient de voir le résultat final. Son nouveau lieutenant allait être vraiment terrifiant ! S’il achevait un jour, éventuellement, sa métamorphose. Bon sang, Kakfa lui-même avait été plus rapide que cela…

Soudain, sans prévenir, le corps du démon explosa. Littéralement. Sa peau se déchira et fut calcinée par un rayon de chaleur. Puis son sang s’expulsa de son corps, et se mélangea dans l’air à une sorte de brume semi-opaque qui suintait de ses organes à découvert. Anatomiquement, c’était un très beau spécimen. Sauf en ce qui concernait ses gonades. Affligeant. Le sang se mêla complètement à la brume, formant une coque épaisse, et enroba le corps d’Isei. Fascinant, cela fonctionnait comme une armure nautrelle.

Bon, cela faisait combien de temps qu’il se transformait ? Dimma voulut regarder sa montre… qu’il n’avait pas. Il n’avait jamais de montre. Pourquoi avait-il toujours ce réflexe idiot ?

Un grognement encore plus sordide que le précédent rappela l’Elfe à la réalité. C’était bon ? C’était terminé ? Il avait dû en avoir pour au moins deux minutes, à se transformer ! Isei tomba lourdement en avant et se reprit sur ce qui était désormais des pattes antérieures. Puis il recula, et s’enfonça dans les ténèbres de la grotte. Dimma fronça les sourcils. La caverne était très vaste, cela signifiait que le démon pourrait se dissimuler n’importe où…

— Il est temps de montrer aux autres de quoi tu es capable…

Enfin !

Un troisième grognement, plus intense et grave que les précédents, résonna contre toutes les parois rocheuses. Les choses passaient à la vitesse supérieure.

— Tue-le, et prends-y plaisir.

Cette voix… Le démon était-il en contrôle ? Intéressant. Contrairement à Reiji, celui-là et Isei ne fonctionnaient pas en symbiose, semblait-il.

— Il est inutile de te cacher, mon garçon. Tu ne fais que perdre du temps.

Un rayon d'énergie fusa soudain des ombres. Dimma n'avait pas le temps de bouger. Jorge s'interposa, et encaissa l'attaque de plein fouet. La force de l'assaut fut telle que le Razoran fut poussé en arrière, en dépit de ses solides appuis, et fut finalement complètement expédié dans les airs, hors de la caverne, non sans lâcher un déchirant ¡ Hombre ! de douleur.

Dimma se retrouvait donc désormais seul face au monstre, qui avait de fait bêtement révélé sa position.

— Eh bien, il semblerait que tu aies rétabli l'équilibre. Très bien. Je vais te montrer comment Reiji a souffert, alors...

L'Elfe leva les bras. Le corps d'Isei était enrobé de son sang et de cette brume mystique. Cela lui faciliterait la tâche. Le sang était partiellement composé de fer... Et une aussi vaste quantité allait lui donner un plus grand contrôle que d'ordinaire.

Sans efforts, il manipula le bras du monstre, et le força à se donner un coup de poing fulgurant dans la gueule. Profitant de l'effet de surprise, il le poussa en arrière et le projeta lourdement contre la paroi de la grotte.

— Je vais te laisser, à présent. Il est temps pour moi de faire un peu le tour de mon nouveau chez-moi.

Requiem surgit brusquement des ténèbres, et bondit sur Isei. Les dagues pointées en avant, il plongea sur le démon et les planta dans son poitrail. Requiem allait l'occuper suffisamment longtemps pour que Dimma puisse observer les lieux.

S'éloignant de la confrontation, l'Elfe examina attentivement l'habitation qui s'offrait à lui. Il s'agissait en fait d'une jolie petite maison, taillée dans la roche. Une cuisine, une salle de bain... Tout ce dont une famille heureuse avait besoin pour vivre confortablement. Dimma se retournait de temps en temps pour vérifier que le démon était toujours aux prises avec Requiem.

S'occuper d'Isei allait finalement être plus facile que prévu. D'un geste, il arracha une plaque de métal recouvrant la cuisinière. Parfait, de l'électricité. Ensuite, il se dirigea vers la douche. La présence d'une douche impliquait nécessairement l'existence d'un tuyau de plomb d'acheminement de l'eau... Usant à nouveau de ses pouvoirs, il arracha le tuyau à travers l'évacuation. L'eau commença à gicler abondamment et à s'éparpiller en une énorme flaque qui grandissait à vue d'oeil sur le sol.

Parfait.

Dimma revint vers la cuisinière. Il était temps de s'y mettre sérieusement. Il manipula l'électricité des petits fils de couleur, et commença à la faire tourner autour de lui, comme une ceinture de protection. L'eau qui jaillissait du tuyau éventré atteignait maintenant ses bottes. Il projeta l'électricité par terre, se créant ainsi une zone de protection qui ne cessait de s'agrandir. Puis il fit deux tours avec les bras... et projeta toute l'énergie sur Isei.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La traque, partie 2 [PV Isei]   Lun 30 Juin - 10:29


La traque, Partie 2.

Feat Dimma Dokkhond




Je grondais. Le démon en moi s'animait et s'éveillait plus rapidement que prévu. Je le sentais peu à peu s'ouvrir à l'affrontement, s'ouvrir à moi, et déversait toutes ses forces dans mon corps, comme un liquide chaud et épais s'insinuerait petit à petit dans mes veines. Je le sentais plus fort, et plus puissant à chaque instant, j'avais comme l'impression qu'il surgissait des méandres de mon esprit, et qu'il tentait de forcer le passage, prêt à prendre le contrôle absolu des événements. Il avait toujours été ainsi. Il aimait avoir le pouvoir, et il ne lésinait pas sur les moyens pour parvenir à ses fins. Il n'hésitait pas à lancer des assauts répétés contre les barreaux de la cage que mon cerveau avait lentement construit pour lui. Et le fait que j'étais directement passé à quatre queues n'arrangeait pas les choses. Je n'avais pas l'habitude de prendre immédiatement cette forme, sans passer par les autres stades. Et puis... J'étais au bord du gouffre. J'avais du mal à garder pieds avec la réalité. Je ne pouvais pas rester ainsi trop longtemps...

Bien que je cogitais, que mon cerveau fonctionnait à plein régime, extérieurement, j'avais l'air d'être aussi calme que Bouddha lui-même. Toujours dans la même position, je fixais l'elfe de mon regard vide, mon visage étant animé de tics plus ou moins incontrôlable. J'avais déjà une immense peine à contrôler les charges de mon démon contre les parois de sa prison, alors il était inenvisageable de chercher à prendre le dessus sur ses mouvements convulsifs. Ça ne m'apporterait rien, alors autant garder un maximum de force.

Je me redressais en voyant le type face à moi lever les bras, et sans que je puisse comprendre quoi que se soit mon poing vint aussitôt s'abattre sur mon visage. Reculant sur le coup de la surprise, je poussais un grondement, et une sorte de plainte, un peu déboussolé par le coup, avant de me rendre compte que mon corps tout entier bougeait sans que je ne le commande. Bientôt, je me retrouvais pris au piège contre la parois de la grotte, et cherchais aussitôt à me débattre. Mais à peine avais-je tenté de dégager l'un de mes bras, que je vis surgir des ténèbres devant moi un autre inconnu. Je plissais alors les yeux, autant que c'était possible sous cette forme, et me préparais à me défendre. Non pas que ce type là m'effrayait énormément, mais c'était surtout les dagues qu'il pointait vers moi qui me criaient de faire attention.

Poussant un sourd rugissement, croyant que le bout des lames allaient s'enfoncer dans mon poitrail, j'attrapais les poignets de mon adversaire au dernier moment. Bordel de...! Ce mec là était bien plus balèze que tout ceux que j'avais pu affronter jusque là! Mais je n'allais pas me laisser faire, non. Le démon criait en moi, et hurlait sa soif de sang. Batailler des deux côtés n'était pas facile, mais je faisais de mon mieux. Les pointes des dagues s'étaient appuyés contre le cocon protecteur qui, ce dernier étant très résistant, avait suffit à me protéger de la première attaque. Baissant les yeux vers les armes, je les relevais ensuite vers l'autre, et penchais légèrement la tête sur le côté en le dévisageant. D'une main, je le relâchais et lui donnais un violent coup de patte, dans l'espoir de le faire reculer pour ainsi avoir plus de liberté de mouvements.

Ce qui, au fond, n'était probablement pas une bonne idée. La lame s'enfonça alors légèrement, entaillant le cocon protecteur, et ma chair par en dessous. Poussant un grognement de douleur, je tentais à nouveau de le maintenir tandis que l'une de mes queues venait s'enrouler autour de la gorge de mon opposant, serrant aussi fort que possible. Deux autres vinrent attraper ses bras et se mirent alors à tirer dessus. Mais à peine avais-je commencé que je pu sentir de l'eau couler sous mes pieds. Surpris, je tournais alors la tête vers l'elfe un peu plus loin et avais à peine le temps de comprendre ce qu'il était en train de faire qu'une violente décharge s'abattit sur moi.

Agité de convulsions alors que l'électricité me traversait subitement, je sentis une violente douleur m'envahir peu à peu, et assez rapidement. Pourtant, le temps que dura l'attaque me parut être une éternité. Je m'effondrais finalement sur les genoux avant de m'écraser dans la flaque d'eau au sol, relâchant l'autre au passage. Non...! C'était.. Pile ce qu'il lui fallait. J'avais perdu ma concentration, l'espace de quelques brèves secondes, et il en avait profité. Il était là... Et moi, je m'enfonçais entre les barreaux, sans pouvoir réagir.


♠♠♠

Le pouvoir affluait. Plus aucune limite, plus aucune prise de tête, plus de résistance. Plus rien. Il était libre. Et personne, non, personne ne reprendrait le dessus sur lui. Jamais. Alors qu'un grondement sinistre s'élevait de sa cage thoracique, une cinquième queue surgit au côté des quatre premières, battant furieusement l'air avant de venir s'abattre violemment sur le type aux dagues, le repoussant à son tour et le maintenant contre la paroi rocheuse. La créature se redressa, puis se releva sur ses quatre pattes, lançant un regard menaçant envers l'elfe tandis que deux de ses queues s'enfonçaient sous terre pour se diriger vers ce dernier, surgissant à ses pieds, cherchant à le prendre par en dessous, alors que les autres les suivaient mais par au dessus, dans les airs. La cinquième se referma sur le type qui avait entaillé son cocon protecteur et le souleva rapidement pour aussitôt le jeter et le faire virevolter vers Dimma.

Poussant rugissement et sons gutturaux, la créature qu'était devenu Isei ne semblait plus être qu'un tourbillon de violence, sans aucune conscience. Un animal, une entité qui ne réagissait plus que par instinct.






(c) MEI SUR APPLE SPRING


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La traque, partie 2 [PV Isei]   Lun 21 Juil - 0:35

Plus l'affrontement évoluait, plus Dimma parvenait à cerner son adversaire. Ce dernier agissait essentiellement comme une bête sauvage. Plus dans la réaction que dans l'action. Aucune réflexion quant aux conséquences, aucune prudence, aucune retenue.

Le monstre allait naturellement épuiser toutes ses forces bien avant que le combat n'atteigne son paroxysme.

Violent. Brutal. Frénétique.

Lourd. Maladroit. Inconscient.

Cela en faisait une machine à tuer aussi exceptionnelle que perfectible. Beaucoup de tares à combler, mais tellement de profits à en tirer...

Le temps semblait toujours s'arrêter quand Dimma raisonnait. Ce fut presque comme s'il fut tiré d'un rêve lorsque le démon s'écroula la face la première dans l'eau. Cette soudaine faiblesse prit l'Elfe de court, et cela le força à faire face à l'ébrèchement de ses attentes. Déjà le monstre qui avait paru si extraordinaire retrouvait son rang de tas de chair anonyme...

Dimma baissa sa garde et se détendit. La bataille dantesque qu'il avait tant espérée était-elle déjà terminée ? Il avait pensé qu'il lui offrirait plus de résistance que Reiji, ou encore Lev ou Lexi. Si même Lexi Ray s'était avérée être une meilleure opposante, alors Isei le démon était vraiment pathétique.

Se remettant sur pieds suite aux attaques qu'il avait subies, Requiem s'approcha du corps inconscient. D'un geste de la tête, Dimma lui ordonna de vérifier qu'il était bel et bien mort. Mais avant que le fidèle homme de main n'ait pu bouger, un râle sourd et rauque emplit la caverne. L'Elfe se tendit à nouveau, prêt à encaisser une prochaine attaque. Finalement, le démon n'allait pas tomber sans coup férir.

Poussant depuis corps rouge, une queue, encore une, claqua dans les airs et enfonça Requiem dans un mur. Isei se releva et posa son regard sur Dimma. L'Elfe admit alors qu'il s'était trompé. Ce n'était que maintenant que le monstre révélait sa bestialité intérieure.

La terre trembla. Deux queues surgirent sous ses pieds. Pris par surprise, Dimma fut poussé en arrière, perdit son équilibre, et tomba lourdement sur le dos. Déjà deux autres tentacules le prenaient en tenaille par les airs. Il roula sur le côté pour les éviter et se redressa. Ses vêtements étaient trempés, alourdis, et lui en avait perdu son souffle. Bien joué, pensa-t-il. Cependant, il ne put réfléchir à une nouvelle stratégie, car la cinquième queue s'enroula autour de Requiem, et le catapulta sur son maître. Ce dernier n'eut qu'un dixième de seconde pour réagir. Usant de sa maîtrise du métal, il s'empara du corps de son homme de main dans les airs, lui fit décrire un cercle, et le renvoya sur le démon, les dagues en avant. Le sbire frappa le monstre exactement à l'endroit où il l'avait blessé précédemment, et agrandit la balafre.

Profitant de ce rapide avantage, Dimma récupéra de l'électricité de la cuisinière et la projeta dans l'eau, toujours en contact avec le démon. Le résultat fut immédiat et Isei clignota comme un sapin de Noël tandis qu'une pestilentielle odeur de brûlé s'élevait dans les méandres de la grotte. L'Elfe ne comptait pas en rester là. Il éventra complètement la cuisinière, la déchirant en de multiples lambeaux de métal, et fit tournoyer les débris autour de lui et les affûta tout en avançant vers le tas de chair anonyme.

— Tu es téméraire, mon garçon.

Mêlant les échardes, il constitua une tige dont il se servit pour clouer la main du démon au sol. Puis il coupa la barre en deux, et planta la deuxième main du monstre dans la pierre.

— Tu es téméraire et faible.

Grâce à ses pouvoirs, il retira les lances de fortune, et les projeta chacune sur deux queues, les empalant contre une même paroi. Il dégaina la dague de Reiji et prit la tête du démon dans sa main libre. Pendant ce temps, Requiem s'attelait à s'occuper des trois dernières queues.

— J'ignore quel autre sale petit tour tu as dans ta poche, mais sois assuré, mon garçon, qu'avec moi à tes côtés, pour te guider, tu auras le monde à tes pieds.

D'un geste aussi rapide que précis, il poignarda Isei dans le crâne, en plein dans la tempe gauche. Un "tchoc" signala que la lame s'était coincée dans l'os, et l'Elfe jubila intérieurement en songeant que cela devait être douloureux.

— Voilà ce qu'il va se passer. Je vais t'effacer tous tes souvenirs, complètement. Tu vas oublier toute ta vie. Tu croiras que tu es mon meilleur lieutenant, que Reiji est ton ennemi mortel et qu'il t'a fait perdre la mémoire.

Dimma délogea la lame en l'agitant dans son trou, et la planta à nouveau, comme pour creuser un tunnel jusqu'au cerveau.

— Mais avant cela, je vais devoir te rendre plus docile. Tu es encore trop sauvage. Trop... toi-même.

Il ôta une nouvelle fois la dague, et la plongea dans la nuque du démon. Il posa sa main libre sur sa tête, couvrant de sa paume le trou ensanglanté de sa tempe, et se concentra. Dimma sentait l'électricité de ses nerfs aller et venir, comme des auto-tamponneuses affolées. Manipuler de telles forces pouvait se révéler dangereux, car une simple erreur signifiait griller le cerveau, mais c'était un risque à prendre. L'Elfe poussa un soupir, puis inspira et ne relâcha plus son souffle. Il redirigea l'électricité des terminaisons nerveuses vers les capteurs de douleur. Puissance : maximale. Isei allait apprendre à la dure que dans le monde, il n'y avait que deux types de personnes. Les esclaves, et leur maître.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La traque, partie 2 [PV Isei]   Lun 25 Aoû - 15:50


La traque, Partie 2.

Feat Dimma Dokkhond




On trouve en général deux types de démons: les plus faibles en général, qui ont besoin d'un corps humain dont l'âme est corrompue pour quitter les enfers, et les plus fort dit-on, qui ont leur propre corps humanoïde et qui n'ont besoin de rien ni personnes pour mettre les pieds en dehors des ténèbres. Ces deux types sont les plus connus. Mais il existe une dernière sorte de démons, dont un seul spécimen a été relevé jusqu'ici, le démon qui prit possession d'un corps, d'un être encore parfaitement vivant. Isei Ishin était le porteur de cette créature. Jeune à l'époque, il ne comprit pas un seul instant ce qui lui arrivait, jusqu'à ce qu'il atterrisse sur Edora, et qu'on lui explique qu'il faisait désormais partis des ennemis des anges. Il apprit à faire avec, et commença à chercher à prendre le dessus sur celui qui le possédait. Il progressa, et aujourd'hui, on peut dire qu'il exerce un contrôle plutôt correct sur son démon.

Du moins, c'est ce que l'on pourrait croire. Actuellement coincé entre les barreaux de la cage qu'il avait lui-même forgé dans son esprit pour la créature, il ne pouvait plus en rien s'opposer à lui. La force, et la puissance qu'il pouvait élever n'était rien à celle que le démon laissait courir dans ses propres veines. Il était trop tard. Il ne pourrait reprendre le dessus. Il avait beau tout voir, il ne pouvait en aucun cas intervenir. Ses propres muscles ne lui répondaient pas. Aussi, lorsque le blondinet vit revenir l'homme de main de l'elfe droit vers lui, et qu'il voulut l'éviter, le démon, lui, resta immobile, et imperturbable, jugeant que ce qui fonçait dans sa direction n'était pas une menace pour ce qu'il était. Il grogna à peine quand la dague s’enfonça un peu plus sous son cocon protecteur, agrandissant la plaie qu'il avait déjà. Ses deux mains munies de griffes se refermèrent sur les poignets du cyborg tandis que sa tête penchait légèrement sur le côté.

Instinct ou non, la créature ne sentit qu'à la dernière minute l'approche du danger et n'eut à peine le temps de relâcher son adversaire qu'une nouvelle décharge électrique s’abattait sur lui. Refusant de se laisser battre aussi facilement, il poussa un rugissement de colère, ne faiblissant que très légèrement face à cette attaque surprise. Il était prêt... Oh oui, il était prêt à tuer son adversaire. La soif de sang qui l'animait, et la colère de son hôte ne faisait que raviver son désir d'exterminer celui qui se trouvait face à lui.

Le voyant s'approcher, le démon se prépara à l'offensive, ses muscles se tendirent et ses griffes raclèrent le sol, laissant s'élever dans l'air un léger crissement qui s'éteignit alors que des sons que l'on aurait pu assimiler à des grognements s'échappaient des tréfonds de l'individu. La lance de métal qu'avait constitué Dimma se planta brutalement dans sa main, le faisant baisser les yeux vers celle-ci, avant de se casser en deux, l'autre morceau venant s’enfoncer dans son autre main, achevant de le clouer au sol. Pas un seul  grondement, ou gémissements de douleur ne lui échappa. Ce n'était pas quelque chose d'aussi futile qui ferait hurler le démon qu'il était... Son hôte, lui, peut-être. Deux de ses queues subirent rapidement le même sort, délivrant ses mains au passage, et alors que l'elfe s'abaissait vers lui, les trois autres furent prises d'assaut. Ne résistant nullement, alors qu'il l'aurait probablement pu, le démon resta totalement immobile, fixant simplement celui qui venait de s'accroupir devant lui. L'humain qui l'avait accueillit tentait encore désespérément de résister, et de reprendre le dessus et bien qu'il était aussi pathétique que ceux de sa race, il semblait s'être jeté dans cette bataille avec toute la force qu'il avait. Pouvait-on être aussi misérable, et aussi résistant, à la fois...?

Les yeux de l'être semblèrent s'agrandir au moment où une lame s'engouffra dans sa pauvre boîte crânienne, en passant par sa tempe gauche. Ses griffes raclèrent le sol bruyamment et avant qu'il n'ait le temps de réagir, la lame se mit à bouger légèrement dans son trou, le faisant gronder de douleur cette fois avant de se retirer, et de s'y enfoncer à nouveau. Un grognement, un premier, jaillit de la bouche de l'être, suivit d'une plainte sourde. Les cinq queues se mirent à bouger, comme pour tenter d'échapper à leur entrave, s'agitant nerveusement, et tirant petit à petit sur les lames qui les retenaient aux parois rocheuses. Le second grognement fut lâché alors que c'était dans sa nuque cette fois que l'arme venait de se loger, précédé d'un rugissement court.

Le doigt de l'elfe posé contre sa tempe ensanglantée, le démon se redressa au fur et à mesure, fixant d'un regard noir Dimma, ses queues cherchant à échapper à leur attache. Il comptait bien lui faire payer. Et puis brusquement la douleur revint, d'abord très légère, puis vive et brutale. Tombant brusquement à genoux, l'une des mains munies de griffes de la créature se referma sur l'avant bras de son adversaire, celles-ci pénétrant sa peau et sa chair, serrant extrêmement fort, à la même intensité que la douleur qui l'envahissait. Accompagné par le rugissement guttural de la bête, le cri de son porteur se mêla, se répercutant contre la roche alors que déjà la créature réagissait. Sa seconde main se referma sur l'autre bras de l'elfe, le tirant vivement vers lui avant de venir abattre son crâne contre le sien aussi violemment que possible.

Une première queue se libéra et vint aussitôt se refermer sur le corps de Requiem, l'homme de main, tandis qu'une seconde envoyait férocement l'arme qui la retenait cogner un peu plus loin, avant de rejoindre l'autre, s'enroulant quant à elle autour du cou du cyborg. Toutes les deux se mirent alors à tirer chacune dans le sens opposé de l'autre, cherchant comme à écarteler l'individu. Les autres queues se libérèrent également, une par une, alors qu'une sixième venait de pousser aux côtés de celles-ci. Deux autres attrapèrent les bras de l'elfe qu'elles soulevèrent dans les airs, le tenant fermement, et la dernière venue se mit doucement à onduler avant de brusquement se diriger vers le cœur de Dimma, prête à s'y planter.






(c) MEI SUR APPLE SPRING


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La traque, partie 2 [PV Isei]   Ven 26 Sep - 23:06

Dimma savourait tout particulièrement cet instant de victoire. Cela s'était en fin de compte mieux déroulé que ce qu'il l'avait anticipé. Il allait profiter des pouvoirs de cette formidable machine de guerre pour réaliser la première partie de ses plans. Edora allait bientôt connaître un nouvel âge de violences irraisonnées, un âge de pureté et de bonheur.

Les griffes du monstre se refermèrent soudain sur son avant-bras et le lacérèrent. Dimma ne poussa pas un cri de douleur. Il était bien trop stupéfait pour cela. Comment pouvait-il s'être fait avoir aussi bêtement ? C'était impossible. Improbable. Impensable. Irréalisable !

Le démon gronda, et cela ramena Dimma à la réalité. Mais avant qu'il ne put réagir, la deuxième main de l'abomination attrapa son autre bras, et l'Elfe reçut un formidable coup de tête, si puissant que son masque vola instantanément en éclats.

Dimma était groggy, c'était indéniable. Il avait perdu son avantage, et il avait désormais conscience qu'il ne pourrait pas le récupérer de sitôt. Il étudia rapidement les alternatives qui lui s'offraient encore à lui. Hormis la plus évidente, qui était la mort. La simple évocation de cette pensée le terrifia. Il ne pouvait pas mourir ici ni maintenant.

Bien sûr, il pouvait tenter de retourner la situation, mais comment ? Le démon était plus enragé et plus fort que jamais. Cela ne pourrait se terminer que par un décès aussi brutal que prématuré. Non, la seule option encore viable demeurait la fuite. Dimma l'avait sous-estimé ? Très bien, c'était le genre d'erreur qu'il ne commettait jamais deux fois. Il dut cependant admettre qu'il s'était lui-même sur-estimé. Il ne s'était pas suffisamment préparé à cet affrontement. Mais la prochaine fois serait différente. Il choisirait le lieu de la rencontre, et aurait déjà conditionné Isei…

S’il survivait.

L’une des queues fusa en direction de sa poitrine. Combien de queues ce montre avait-il ? Dimma les aurait volontiers tranchées s’il n’avait pas désiré garder son petit prix intact. Laissant parler son instinct, il effleura du bout des doigts les grosses mains griffues du démon, et le dépourvut du sens du toucher. Se ressaisissant, l’Elfe se dégagea et tomba à terre.

Il tendit la main droite et le poignard de Reiji vola jusqu’à lui. De la gauche, il fit léviter les pals de métal, et dans une virevolte, les projeta tous sur le démon, l’épinglant au mur.

— Ce n’est que partie remise, Isei, persiffla-t-il. J’ai été trop audacieux en venant te voir si tôt, c’était une erreur. Reiji va en payer le prix, maintenant.

Une mèche de cheveux bruns tomba devant les yeux bleus de l’Elfe furax. Il sifflait entre ses dents serrées. À ce moment, il n’avait plus qu’un désir, celui d’écorcher vif ce démon, tailler dans sa chair jusqu’à trouver le vrai Isei, et répéter l’opération jusqu’à ce que mort s’ensuive. Toutefois, il avait perdu cette manche. Inutile de rester pour se moquer d’Isei, il n’en obtiendrait rien de plus pour le moment.

Dimma s’enfuit alors au pas de course, suivi par Requiem, ou ce qu’il en restait. Il sauta hors de la caverne, et s’envola en faisant léviter le métal dans ses bottes, serrant contre son torse son bras blessé. Il dévala ainsi le flanc de la montagne, et se laissa tomber une fois arrivé à son pied. Il roula par terre et termina sur le dos.

Il toussa, cracha de la poussière, et se redressa de moitié. Cette défaite lui laissait un goût très amer dans la bouche. En plus de celui de la terre. Il se passa la main dans les cheveux, chassant le gravier, et poussa un profond soupir. Il sentit alors deux petites mains sur ses épaules, qui le nettoyaient. Il se retourna, et reconnut un Bundock, qui était en train de le dépoussiérer. Il sourit, se releva complètement, et caressa la tête de l’amicale bestiole.

— Salut, toi.

Le Bundock couina.

— C’est dommage que tu doives prendre pour lui, oui…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La traque, partie 2 [PV Isei]   Dim 28 Sep - 15:29


La traque, Partie 2.

Feat Dimma Dokkhond




L'entité démoniaque qu'était devenu Isei ne connaissait ni la pitié, ni la compassion, et même aucun sentiment d'ailleurs, si ce n'était la colère, la rage, la haine... L'envie de tuer, ou de déchiqueter des chairs, de faire gicler le sang. Voilà... Voilà tout ce que la bête savait faire. Et elle estimait ne pas avoir besoin d'autre chose. Après tout, elle était venue au monde pour ça. N'était-ce pas là ce que Lucifer en personne lui avait dit? «Tu décapitera, tu arrachera le cœur de tes victimes, tu leur charcutera leur chair... Tu tueras.» C'était donc ce qu'il faisait. Il tuait, et sans pitié aucune.

Et c'était sans aucun doute ce qu'il s'apprêtait à faire à l'homme masqué et à son acolyte lorsqu'il fut subitement dépourvu du sens du toucher. Le réflexe, sans doute en était-ce, qu'il eut fut de lâcher prise sur ses deux proies qui en profitèrent aussitôt. Son visage étant agité de tics incontrôlable, le démon poussa une drôle de plainte alors qu'il regardait tour à tour ses mains et ses queues, se demandant ce qui pouvait bien clocher. Mais alors qu'il s'y attendait le moins, des sifflements dans l'air lui firent relever la tête.

Mais trop tard. Epinglé à l'une des parois rocheuses de la caverne, la créature ne pouvait plus faire aucun mouvement. Bien qu'elle aurait volontiers arraché la tête de ses pauvres victimes, elle était visiblement coincé, et chaque mouvement lui arrachaient un grognement, le métal tirant sur son cocon protecteur, et sur sa peau juste en dessous. Cherchant malgré tout à se dégager de là, il tira brusquement une première fois sur l'un de ses bras en grondant, un des pals de métal voletant un peu plus loin. Mais à peine l'avait-il fait que la voix de l'elfe s'élevait, attirant son attention sur ce dernier.

Bien que le démon avait parfois du mal à comprendre les mots des êtres mortels, il avait toutefois parfaitement bien entendu ce que venait de lui cracher à la figure le petit homme face à lui. Partie remise, hein? Pauvre fou! Il venait de se faire battre, et voilà qu'il en redemandait! Ça c'était bien typique des habitants de la Terre, toujours à croire qu'ils pourraient battre n'importe qui avec un peu d’entraînement en plus! Ah, certes, ça faisait grandement rire l'entité qui extérieurement pourtant n'en montrait rien, mais ça inquiétait beaucoup plus son porteur, qui venait tout juste de s'évanouir.

Mais à peine avait-il terminé, que l'homme masqué s'en allait aussitôt, fuyant du côté de la montagne. Mécontent de voir sa proie s'enfuir, le démon poussa un grondement qui se répercuta sur chacune des parois de la caverne. Aussi brutalement que tout à l'heure, il dégagea son deuxième bras avant d'envoyer les autres pals de métal valdinguer plus loin d'un coup de patte qui lui arracha pourtant un autre grognement. Il venait de se faire avoir comme un débutant, et désormais, sa cible partait, déguerpissait loin de lui.

Maintenant libre de ses mouvements, la créature se jeta au sol, prête à partir à la poursuite de l'elfe, quand elle se rendit compte qu'il y avait encore quelque chose qui entravait ses mouvements, et que ce quelque chose n'était autre qu'un autre morceau de métal qui s'était enfoncé dans sa chair au niveau de sa cheville et qui l'empêchait de s'appuyer sur sa patte arrière gauche. De nouveau coincé, il chercha à retirer le bout de métal et celui-ci se dégagea finalement de ses chairs au bout de plusieurs tentatives.

Malgré tout, la pointe de métal avait traversé ses chairs et avait touché pas mal de point sensible sur sa route, ce qui l'empêchait de marcher correctement. Sentant le sang couler de sa plaie, la bête refusa cependant de céder et de laisser Dimma lui échapper. Il se lança donc à sa poursuite, boitillant un peu malgré tout. Il sortit de la caverne, renifla l'air, et gronda en se rendant compte que reprendre la chasse serait bien moins facile qu'il ne le croyait.

Partant dans la direction qu'il croyait être la bonne, le démon poussa un rugissement guttural pour prévenir sa proie du fait qu'il ne comptait pas le lâcher...






(c) MEI SUR APPLE SPRING


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La traque, partie 2 [PV Isei]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La traque, partie 2 [PV Isei]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment laisser une seule partie de couleur ???
» [Guerre de l'anneau] partie du 12 décembre
» harry potter-and the deathly hallows première partie
» FIN DE PARTIE de Samuel Beckett
» un particulier vends une partie de sa collection militaria

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La renaissance d'une planète :: Hors Rôle Play :: Allez HOP POUBELLE-
Sauter vers: